Pegasus : le Maroc formule une demande d'injonction contre le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung    ADII: Sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    VIDEO// Maroc-Algérie : Que doit-on retenir du discours du Trône ? le décryptage de Zakaria Abou Dahab    Marché automobile : Les ventes en hausse de 14,5% par rapport aux 7 premiers mois de 2019    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    Chakib Benmoussa redonne espoir!    Affaire Pegasus : Le Maroc dépose une demande d'injonction à l'encontre de la société "Süddeutsche Zeitung GmbH"    Entretien exclusif. Les confidences de Saad Eddine El Otmani    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19/Maroc : 64 décès et 8760 nouveaux cas en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali: six ans plus tard, les accords d'Alger en échec
Publié dans MarocHebdo le 22 - 06 - 2021

Ce n'est certainement pas grâce à la voisine de l'Est que Bamako parviendra à apaiser le ton avec les rebelles touaregs, dont la menace de la reprise des armes est à peine voilée.
Tout le monde se souvient de la façon peu cavalière dont la diplomatie algérienne s'est emparée du conflit du Nord-Mali au milieu des années 2010, en écartant les autres médiateurs, dont le Maroc, et en imposant ses accords d'Alger -car ils étaient, in fine, davantage les siens que ceux des propres belligérants. Un peu plus de six ans après la signature de ces accords -en 2015-, le constat d'échec est implacable, et il se dit même qu'une reprise des affrontements serait carrément dans le pipe.
Personne ne le souhaite bien sûr, mais telle est la conclusion que l'on peut du moins tirer de la sortie de ce 20 juin 2021 de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), qui représente les anciens rebelles. "Les résultats ne sont pas satisfaisants," a, ainsi, déclaré le porte-parole de la CMA, Maouloud Ould Ramadane. Ce dernier, a, dans le détail, fait porter le chapeau au nouvel Exécutif malien, formé le 7 juin 2021 suite au coup d'Etat effectué quinze jours plus tôt par le colonel Assimi Goïta -"la faute incombe au gouvernement", a notamment dit M. Ould Ramadane; ceci étant, pour de nombreux observateurs, le ver était d'ores et déjà, avec les accords d'Alger, dans le fruit.
Groupes séditieux
"Si ces accords avaient été faits dans les règles, s'ils avaient été véritablement consensuels et non, pour ainsi dire, imposés, nous n'en serions pas aujourd'hui à de tels discours," analyse une source diplomatique ouest-africaine qui renvoie au discours public du 4 juin 2021 du nouveau Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga, qui sans les citer nommément avait laissé entendre que les accords d'Alger étaient contraires "aux intérêts fondamentaux du peuple du Mali" -il s'était également toujours montré féroce, avant son investiture, à leur encontre.
Et notre source de poursuivre: "C'est un secret de polichinelle qu'Alger n'avait laissé que deux choix à IBK (Ibrahim Boubacar Keita, président malien déposé par le colonel Goïta en août 2018, ndlr): soit accepter de signer, soit voir les groupes séditieux continuer de le déstabiliser et déstabiliser son intégrité territoriale, car tout le monde sait les accointances de la capitale algérienne avec les groupes jihadistes de l'époque, notamment Ansar Dine".
L'objectif de l'Algérie à l'époque était de fait, alors, surtout de s'affirmer en tant que puissance régionale, notamment au dépens du Maroc, auprès duquel se sont tournés les principaux chefs touaregs, à l'instar du secrétaire général du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MLNA), Bilal Ag Acherif, reçu fin janvier 2014 par le roi Mohammed VI au palais royal de Marrakech, ou encore le président d'honneur du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), Intalla Ag Attaher, qui avant son décès en décembre 2014 avait été hospitalisé de longs mois durant à l'hôpital militaire de Rabat.
Car ces chefs étaient les premiers à être conscients du jeu trouble de la voisine de l'Est. De son côté, M. Keita avait tenu à ce que participe, en septembre 2013, à son investiture le Souverain, qui s'était à cette occasion signalé par un discours largement commenté. L'Algérie, dont le président Abdelmadjid Tebboune assurait en octobre 2020 qu'elle "est le seul pays au monde qui connaît parfaitement le Mali" n'avait toutefois pas goûté, avec le résultat que l'on voit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.