Le Datacenter du ministère de l'Economie et des Finances certifié "Tier III" d'Uptime Institute    Le Pérou interdit au navire à l'origine de la marée noire d'appareiller    Léger recul des homicides au Mexique, toujours miné par la violence    Bourita s'entretient avec son homologue malien    Russes et Américains se parlent à Genève pour tenter de désamorcer la crise ukrainienne    Sekkouri: Le programme "Awrach" reflète l'engagement du gouvernement à soutenir les piliers de l'Etat social    CAN 2021: Programme des 8ès de finale    Covid-19: chute du nombre de cas en Afrique, la 4e vague reflue (OMS)    Les Pharaons s'imposent sur le fil    Terrorisme : Le parquet fédéral belge enquête sur l'agression de la ressortissante à Agadir    France: Plus d'1 million d'animaux supplémentaires à abattre pour freiner la grippe aviaire    La Bourse de Casablanca clôture en territoire positif    Affaire de bitcoin et d'enlèvement: la DGSN annonce une nouvelle saisie    Hachem Bastaoui a-t-il réellement mis fin à sa carrière ? Son frère Oussama brise le silence    CAN 2021 : Les Fennecs éliminés par les Eléphants    La Russie s'emporte contre les menaces américaines    M. Bourita s'entretient avec son homologue malien    NourAyadi, la pianiste qui évolue dans la cour des grands    Adonis le spirituel dissident !    Audience des chaînes nationales : que regardent les marocains ?    Covid-19 : 9 061 nouveaux cas, plus de quatre millions de personnes ont reçu les trois doses    Service militaire : L'annonce du ministre de l'Intérieur    Le Conseil de gouvernement prend connaissance d'un accord portant création du siège de l'Union Panafricaine de la Jeunesse à Rabat    Casablanca-Settat : Maâzouz reçoit le Bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël    La FIFA annonce une nouvelle réglementation pour les prêts    Maroc: 206 nouveaux GAB en 2021 (CMI)    Commission nationale chargée de l'application des sanctions : Ouahbi ajoute deux secteurs vitaux    Accord pour faciliter l'accès à la pilule anti-Covid de Merck dans 105 pays    Un récif corallien très rare découvert près de Tahiti par une mission de l'UNESCO    Espagne : Plus de 285.000 Marocains inscrits à la sécurité sociale    Renault Group Maroc clôt 2021 avec une hausse de 10% véhicules produits    Ouverture des frontières : Ryanair jette l'éponge, Akhannouch reste évasif    Automobile: carton plein pour les marques de luxe    Covid-19 : hausse de 20% des nouveaux cas dans le monde la semaine dernière (OMS)    Après une année à la Maison Blanche, Biden évoque de nombreux « défis » et « d'importants progrès »    Largement touchée par le Covid : Mission difficile pour la Tunisie face à la Gambie    Barça à Dembélé : '' On ne veut plus de vous M. Dembélé. Partez dès cet hiver SVP !''    Barrages africains du Mondial2022 : ''Arriyadia'' diffusera la cérémonie samedi prochain à partir de 16h    Les efforts de SM le Roi en faveur de la question palestinienne mis en avant devant le Conseil de sécurité    Patrimoine : Rabat et Washington unis pour préserver les mosaïques historiques de Volubilis    Le poète El Houcine El Qomri est décédé    Akhannouch , Inshallah pour un gouvernement de résultats    CAN 2021 / Programme de ce jeudi : La Tunisie se présente avec seulement 16 joueurs !    Equité vaccinale: le programme Covax en quête de 5 milliards de dollars    Dialogue social : Premier test réussi pour le gouvernement Akhannouch    L'ONMT déploie une nouvelle task force au salon FITUR de Madrid    José Manuel Albares : parvenir à un accord définitif sur le Sahara est un «impératif moral»    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alia Ali, mots contre maux
Publié dans MarocHebdo le 09 - 09 - 2021

Photographe et vidéaste, ses images signent une esthétique contemporaine alliant mot, textile et 8e art autour de l'humain. Coloriste, Alia Ali expose à Paris dans le cadre de l'exposition personnelle Mot(if) à la 193 Gallery jusqu'au 24 octobre 2021.
Alia Ali évoque la galerie de portraits qui façonnent son oeuvre singulière au fil de la série colorée «Indigo», dévoilant un spectacle captivant dans l'antre de la 193 Gallery, à Paris. Alliant la représentation du corps féminin recouvert de tissu wax à la liberté, les tonalités pop sont autant de stigmates qui étayent la réflexion: «Le tissu est une constante dans mes pratiques et j'ai récemment commencé à fabriquer mes propres motifs et imprimés.
Le textile a une signification pour chacun d'entre nous. Nous sommes nés en lui, dormons en lui, mangeons et nous nous y définissons. Nous nous protégeons avec et éventuellement, nous mourons en lui. Cependant, tout en nous unissant, nous sommes physiquement et symboliquement divisés par le tissu», précise-t-elle à Maroc Hebdo. Quant à la série colorée «Hub», amour en arabe, elle rappelle le foisonnement de cette langue souvent stigmatisée depuis le 11 septembre 2001.
Curieuse, à l'affût de divers médiums, Alia Ali vit et travaille entre Los Angeles et Marrakech. «Je suis originaire de deux pays qui n'existent plus: la Yougoslavie et le Yémen du Sud. Mes parents sont des linguistes migrants et malgré les sept langues qu'ils parlent, ils ne partagent que l'anglais. J'ai grandi entre Sana, Sarajevo, Istanbul, le Michigan et l'Indiana. Plus tard, j'ai vécu au Pays de Galles, à la Nouvelle Orléans.
Etant une femme artiste qui existe aux frontières de l'identification: en tant qu'asiatique de l'ouest, européenne de l'est, citoyenne américaine et culturellement musulmane bien que spirituellement indépendante, mon travail explore les binarités culturelles. Conteste l'oppression culturellement sanctionnée et affronte les barrières dualistes des notions conflictuelles de genre, de politique, de médias et de citoyenneté», nous confie-t-elle. Ayant de nombreux solo shows et group shows à son actif, elle a été invitée en août 2021 à expérimenter la première résidence artistique de la 193 Gallery. Ses images aux lignes féminines ont investi plus de la moitié de cet espace qui se déploie sur une distance de 350 m2.
Un regard multilingue
Alia Ali a vécu cette expérience de façon intense où elle présente les résultats de ses recherches au fil d'un solo show immersif offrant vidéo et photographies intrigantes. Son art reflète des notions de linguistique, d'identité, de frontière et d'universalité. Elle s'empare, de plus, de thématiques liées à la colonisation ou encore au confinement mental et physique.
«Créer un travail à partir de mon propre regard multilingue m'a montré comment la langue peut être une forme d'interprétation erronée plutôt qu'un moyen de compréhension. Mon art critique la linguistique et hérite des structures et des récits politiques en tentant de contrer la polarisation et la mauvaise communication qui mettent en péril des communautés à travers le monde, encourageant les spectateurs à affronter leurs propres préjugés». Avec Mot(if), solo show énigmatique, ouvert au multi-genre à la 193 Gallery jusqu'au 24 octobre 2021, Alia Ali dit sa rage de créer et son inclination pour l'humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.