Budget 2022 : l'éducation nationale au cœur du dispositif dévoilé    Compteur coronavirus : 430 nouveaux cas et 7 décès en 24H    Laâyoune: Interpellation de trois personnes soupçonnées de liens avec un réseau criminel d'immigration illégale et de traite humaine    Covid-19 : Pfizer annonce que son vaccin est efficace à 90,7% chez les enfants âgés de 5 à 11 ans    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Transport maritime : GNV renforce son offre sur le marché marocain    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Coronavirus. Le Maroc met à jour son dispositif régissant les voyages internationaux    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Plus de 70 poches de sang collectées à Dakhla    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien
Publié dans MarocHebdo le 23 - 09 - 2021

Artiste plasticien à l'oeuvre prolifique, Omar Mahfoudi est natif de la mythique cité du détroit, Tanger. Fasciné par la couleur et la puissance de la nature, il participera à 1-54 London du 14 au 17 octobre 2021 avec la galerie parisienne Afikaris.
Comment êtes-vous venu à l'art?
Dès ma prime enfance, j'aimais dessiner. Au lycée, je devais choisir entre une filière littéraire ou scientifique; un professeur m'a toutefois conseillé de suivre des études d'arts plastiques à Tanger. D'emblée, cette voie a trouvé un évident écho en moi. J'adorais échanger avec les autres étudiants au sujet de courants artistiques emblématiques, je dévorais la revue Beaux- Arts.
J'étais fasciné par les grands chantiers qui se déployaient au coeur de la ville, par la diversité des couleurs et les gros pinceaux que je voyais grâce à mon père, peintre en bâtiment. Je me disais que je voulais être libre, en réalisant des dessins à coups de graffitis sur les murs. Etre plasticien, c'est un hommage à mon père. Il m'a toujours soutenu et encouragé, il venait accompagné de ses amis à chaque exposition, plein de fierté.
Vous avez vécu l'effervescence artistique nayda, dite la movida, dans les années 2000. Parlez-nous de ce mouvement, notamment à Tanger.
Nous formions divers collectifs artistiques avec de nombreux amis plasticiens, improvisant souvent des vernissages dans la kasbah ou au sein de lieux improbables. Jeune artiste, je dessinais énormément. Pudique, j'étais gêné lorsque ma mère tombait sur des nus en rangeant ma chambre.
J'adorais copier Modigliani. (Sourire). C'est la peinture qui m'a permis de prendre mon envol. J'ai loué un atelier pour me consacrer pleinement à mon art. Les Tangérois vivaient encore avec le souvenir très présent, d'écrivains de la Beat Génération. Je croisais souvent Mohamed Choukri, légende vivante de cette puissante littérature. Il était affable, au contact direct.
Vous êtes un artiste voyageur…
J'ai eu l'opportunité de suivre une résidence artistique aux Etats-Unis, à la fondation Djerassi à Woodside California en 2012, axée sur l'art plastique. Précédée d'une autre, à Berkeley au sein de Kala Art Institute en 2009, consacrée à l'art vidéo. Fasciné par l'univers de William Kentridge, je suis passé par une phase dédiée au 7e art, inspiré par la veine de Georges Méliès. En 2008, Navigantès, mon court-métrage situé dans un café à Dar El Baroud avec des Tangérois parlant de politique, au fil de leur quotidien avait été primé et j'ai été invité à suivre une résidence artistique au Festival de Cannes. En 2013, je suis revenu à la peinture avec Désordre, série qui dépeint la symbolique du pouvoir de l'après Printemps arabe.
Quelle est la place de la couleur dans vos oeuvres actuelles?
Je suis guidé par la couleur. Ma composition prend forme face à l'interruption de la vie, à l'inattendu. Ayant grandi à Tanger, la lumière m'habite profondément, surtout depuis que je vis à Paris. J'aime prendre des risques, réaliser une oeuvre n'est pas confortable, c'est un défi constant.
Que vous inspire votre présence à 1-54 London avec la galerie Afikaris?
J'aime l'identité forte de cette foire dédiée à l'art contemporain africain et la vision de Touria El Glaoui. «Eldorado» sera la prochaine série que j'ai hâte d'y partager et où j'ai introduit une nouvelle tonalité. Les personnages en errance laissent place à la puissance et à l'immensité de la nature. Je revisite le passé colonial à travers des espaces insulaires colorés. J'aimerais retourner au Maroc pour saisir la force de la vie, le mouvement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.