Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    La Bourse de Casablanca débute en hausse    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tori Suzuki, 30 ans, un Marocain d'adoption adepte de la permaculture
Publié dans MarocHebdo le 03 - 05 - 2017


Un citoyen du monde qui chérit la terre
Pour Tori Suzuki, franco-américano-japonais installé au Sud du Maroc, la permaculture est "la solution pour sauver le monde." Un savoir qu'il a à coeur de partager avec "ses frères".
"Salam, Sidi", vous lance dans un darija parfait ce blond aux yeux verts. Tori Suzuki est un Marocain d'adoption qui aime vivre en toute simplicité, à l'ombre des oliviers et autres arbres fruitiers, au contact de la terre et des multiples plantes qu'il cultive aujourd'hui non loin de Marrakech. Ce héros des temps modernes qui évolue loin de la ville depuis plus de dix ans a choisi sa cause: la permaculture. «C'est la solution pour sauver le monde. Un monde où la terre est de plus en plus ravagée par des modes non respectueux de la nature et hérités de père en fils. Un monde où l'on souffre de graves problèmes de santé à cause de la pollution et de l'urbanisation irraisonnée. Un monde où la qualité de la nutrition fait de plus en plus défaut. Un monde où la sécurité alimentaire est menacée...», s'indigne ce citoyen du monde qui incarne la fraternité entre les peuples.
Lui-même est le fruit du métissage. Né à Paris dans une famille aisée, d'un père franco-japonais et d'une mère américaine, Tori a sillonné le monde, traversant l'Europe, l'Amérique et l'Asie. Il accumule les expériences et les découvertes, apprend sur le tas dans l'école de la vie en travaillant partout, mais toujours au contact de la nature, dans la bijouterie, dans des champs de pomme, de riz, dans des maisons d'hôte, entre l'Inde et le Pakistan. Il s'installe en 2008 à Marrakech et se marie à une Berbère en 2014. Tout a commencé quand son père, lui-même résidant au Maroc, l'a sollicité pour l'aider à construire sa maison non loin de Marrakech dans le respect de la nature et de l'écologie. C'est là que, petite à petit, il se passionne pour l'agriculture naturelle.
Pour en maîtriser les techniques, Tori, en autodidacte pointilleux, a passé d'innombrables nuits blanches à se documenter sur Internet autour des différentes tendances, passant par l'agro-écologie, la biodynamique, avant de se focaliser sur la permaculture.
Un système en symbiose
Il commence alors à expérimenter cette approche sur le terrain de son père, à Marrakech, avant de développer cette expérience jusqu'à ce qu'elle devienne sa raison d'être. «C'est une méthode de design, une organisation qui va mettre ensemble des éléments différents pour former un système naturel en symbiose. Le but est de fertiliser le sol et ses ressources pour en tirer le maximum de bénéfice qu'on peut transformer et revendre, sans dégrader la terre et le système écologique», explique ce passionné. Et d'ajouter: «J'ai eu de la chance dans la vie. J'ai le devoir de partager mon savoir avec le reste de mes frères». Ces mots simples, qu'il prononce d'une voix sereine et profonde, il les met en pratique sans répit et avec bonheur chaque jour.
Ainsi, aujourd'hui, à 30 ans, Tori cultive sa terre, celle de son père et transmet son expertise à plusieurs agriculteurs. Il accompagne plus d'une trentaine d'hectares dans plusieurs villages entre Marrakech et Agadir, continuant à convertir à sa cause de plus en plus de citoyens. Aussi, il ne cesse d'apprendre en voyageant, en rencontrant «ses frères» et en observant la nature. C'est ainsi qu'il s'inspire des modèles de permaculture ancestraux qui existent depuis plusieurs millénaires au Maroc et qui fonctionnent encore aujourd'hui. Il est question, par exemple, de ce système des oasis qui longent les oueds vers Zagora et jusqu'à Agadir.
Là, les cultures de palmiers abritent des polycultures des différents types d'arbres, les caroubiers, les oliviers, parfois les bananiers, des pommiers... formant un système semblable à celui des forêts naturelles et permettant à ces éléments d'être solidaires et en symbiose pour une meilleure productivité. Un paradis au milieu du désert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.