La Brigade légère de sécurité célèbre le 65-ème anniversaire des FAR    Proche-Orient: "Beaucoup trop de civils innocents déjà morts", déplore l'ONU    Masters 1000 de Rome: Nadal bat Zverev et se qualifie en demi-finales    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand angle, du figuratif à l'abstraction
Publié dans MarocHebdo le 09 - 02 - 2018

Olivier Dassault à l'Atelier Grognard, Rueil-Malmaison
Photographe, Olivier Dassault ne s'accroche vraiment pas à la recherche visuelle. Son souci va au-delà, à la recherche d'une sorte d'authenticité cachée.
Après Marrakech puis New York, en novembre 2017, l'Atelier Grognard, à Rueil-Malmaison, dans l'ouest parisien, accueillera une rétrospective du photographe Olivier Dassault jusqu'au 26 février 2018. Son thème: «Grand angle, du figuratif à l'abstraction ». Olivier Dassault? C'est une vie, ou plusieurs vies, se nourrissant l'une de l'autre et qui donnent à sa personnalité un profil est un parcours peu conventionnel. Un grand-père de génie, Marcel Dassault, avionneur de génie, fondateur du groupe éponyme, cela pèse sur la construction d'un jeune homme.
Le voilà pilote professionnel en 1974, à 23 ans, diplômé de l'Ecole de l'air. Cela ne lui suffit pas et il décroche ensuite un doctorat en mathématique de décision. Puis ce sera une autre vie, une carrière politique –il a été encore réélu en juin 2017 député de l'Oise– couplée à un grand intérêt pour les questions économiques nourries par le professorat à HEC et plusieurs ouvrages sur le commerce et la mondialisation. Autre versant de sa vie et de ses passions: la musique. Compositeur, il signe la musique de plusieurs films (José Giovanni, Claude Zidi, Walerian Borowczyk...).
Tonalités inspirées
Reste la photo –c'est là une longue carrière de quelque quarante ans. Une promenade artistique autour de portraits (Jane Birkin, Isabelle Adjani, de multiples clins d'oeil de figures internationales et des hommages à Georges Braque, Nicolas de Staël, Soulage et tant d'autres. Un marathonien, donc, qui n'est finit pas de se livrer: Olivier Dassault est, au fond, en quête de lui-même tout en s'intéressant aux autres. Comment travaille t- il? Qu'est-ce qui accroche son regard? Et l'instantané? Il y a eu sans doute l'attrait du noir et blanc, des cadrages équilibrés de la géométrie, mais aussi, et de plus en plus, autre chose: des tonalités inspirées des peintres impressionnistes. Tout cela donne à Olivier Dassault une pâte propre, un langage, un style. Il s'agit, au final, d'une sorte d'allégeance où se conjuguent la lumière et la couleur dans l'univers de l'abstraction. Les formes et les couleurs sont ainsi combinées; elles arrivent à se croiser, à se multiplier, à s'ordonner aussi en figures, comme l'a justement noté tel critique d'art. Assurément, c'est un nouveau langage esthétique qui n'en finit pas de se prolonger et de se renouveler. Il ose, risque même les grands écarts sans sa quête permanente de formes possibles.
Photographe, Olivier Dassault ne s'accroche vraiment pas à ce qu'il voit, à la réalité visuelle, telle qu'elle peut se présenter. Son souci va au-delà, à la recherche d'une sorte d'authenticité cachée et ce à coups de multiples procédés de combinaison, de fragmentation et de juxtaposition. Il a sans doute fait sien ce titre d'un ouvrage de Paul Claudel: L'OEil écoute. Ce qui lui permet, au passage, avec la sculpture, la peinture et la musique de se dérober au monde mais, en même temps, de s'unir à lui. Aller aux limites du visible en recourant au départ au regard visuel: tel est l'un des fils d'Ariane du photographe.
Dans tout cela, il est connecté à la vie mais en la transcendant d'instinct. Un «attrapeur de lumières» braconnant dans l'invisible, campant dans un champ particulier: celui des bâtisseurs d'harmonies visuelles jusqu'aux éblouissements. Une oeuvre qui est celle d'un «activiste» dans un combat visuel.
Sophia. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.