Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Béni Mellal: une panne d'électricité provoque l'ire des habitant de plusieurs quartiers    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Une voie vers l'amélioration de la performance des services publics    Les hôteliers en déception!    Journée nationale du migrant: Trois questions à Abdellah Boussouf    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dakhla fait des projets
Publié dans MarocHebdo le 13 - 07 - 2001

Perspectives de règlement définitif de la question du Sahara
Il est dix heures. À Dakhla, c'est l'heure idéale de prendre son thé matinal. Entouré de sa femme et de ses trois filles, Moussa déguste son verre dans la joie. Le vieil homme ne cache pas la cause de sa bonne humeur: "Je suis sûr et certain que la solution (du problème du Sahara) est proche" affirme-t-il en faisant référence au projet de solution politique adopté dernièrement par l'ONU.
Pour cet ancien fonctionnaire de l'administration espagnole, la communauté internationale est désormais sur la bonne piste: "Il est impératif de défendre l'intégrité territoriale du pays et il est sage de permettre à l'autre partie de sauver la face". Le raisonnement revient dans la bouche de tous les membres de l'élite locale.
"Ce qui importe pour les gens ici, c'est, l'unité du Royaume grâce au règlement définitif de cette affaire qui a trop duré" affirme pour sa part, Bekkar Sidi Ahmed vice-président du conseil municipal.
Evolution
Dans son bureau orné d'un portrait géant de feu SM Hassan II, M. Bekkar égrène les bienfaits de la réunification. "Nous disposons aujourd'hui à Dakhla de nombreuses écoles et lycées, de deux hôpitaux, civil et militaire, et de toutes les autres infrastructures de base".
Il est vrai, comme l'affirment tous les habitants de l'ancienne Villa Cisneros que la situation de celle-ci a considérablement changé depuis sa réintégration au Maroc. Peuplée à l'époque par quelques milliers de personnes, la ville abrite aujourd'hui plus de 40.000 âmes. Elle est la capitale de la région de Oued Eddahab-Lagouira dont la superficie représente le 1/5 du territoire national. Ses côtes qui sont parmi les plus poissonneuses du monde drainent une activité halieutique très dense.
Capacités
À en croire Hamoudi Hamida, président de l'Association des produits de mer de Oued Eddahab, la pêche artisanale qui a atteint en 2000 une valeur de 150 millions de dh procure un emploi direct à 100.000 pêcheurs en haute saison, dont la quasi-totalité vient d'autres régions du Royaume. Les retombées positives du secteur sont appelées à croître. Car, dès la mise en fonction prochaine du nouveau port de la ville, les bateaux de la pêche hauturière qui représente 80 % de la flotte nationale seront amenés à débarquer à Dakhla au lieu de le faire à Tan Tan, Laâyoune ou Agadir.
Mais l'activité économique à Dakhla n'est pas réduite à la pêche, tient à rappeler Bekkar Najem, figure éminente de la naissante société civile locale qui compte beaucoup sur l'essor du tourisme de la ville. Pour l'instant la région de Oued Eddahab ne dispose que de onze établissements hôteliers pour une capacité de 533 lits, dont 3 établissements classés avec une capacité de 182 lits. Mais sa situation géographique et la configuration de la fameuse baie de Oued Eddahab aux plages illimitées avec un sable fin, un ensoleillement à longueur d'année font de la région et sa presqu'île un des sites touristiques les plus remarquables du monde. Cependant il y avait une écharde : si le conflit saharien n'avait pas été réglé, l'essor socio-économique de Dakhla serait resté hypothéqué.
Les investisseurs nationaux et surtout étrangers sont intéressés par les potentialités, notamment touristiques, de la région. Mais la persistance du conflit les dissuadait de tout engagement conséquent sur le terrain. Il semble même que plusieurs organismes internationaux, comme l'Union européenne, souvent généreux avec le monde associatif, opposent une fin de non-recevoir systématique pour motif politique à toute demande de financement émise par les associations de la région. Les choses changent graduellement. L'euphorie perceptible aujourd'hui dans tous les foyers de Dakhla, cette belle et paisible cité côtière, s'explique par les dividendes espérés du règlement définitif du dossier du Sahara: retour de parents séquestrés à Tindouf pour lesquels l'Etat marocain a déjà construit des centaines de logements dans la banlieue de la ville; la valorisation optimale des immenses potentialités économiques de la région et la réouverture des frontières avec la Mauritanie dont l'importance pour les habitants, les Oulad Dlim de Oued Eddahab, est évidente puisque l'autre moitié de la tribu réside à Nouadhibou au nord de la Mauritanie. Pendant les soirées humides aux bords de la fameuse Baie de l'Or, les gens ont une préférence marquée pour les variétés musicales et la poésie hassanie diffusées par la télévision mauritanienne.
Valorisation
Aussi, le très brillant président de la région, Cheikh Ammar, se félicite de la dynamique insufflée par SM le Roi Mohammed VI aux relations maroco-mauritanniennes.
D'autant plus que ses primeurs sont en train d'être recueillies: les travaux de la transsaharienne qui reliera le Maroc à l'Afrique occidentale via Nouakchott sont désormais en cours. Tandis que le puissant groupe financier mauritanien d'Abdellah Ould Nouegued vient d'ouvrir une filiale à Dakhla. La joie du vieux Moussa est amplement justifiée.