Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    La gestion intégrée des ressources hydriques!    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Hadji, 4e ballon d'Or du Maroc en Afrique    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation à Asilah d'un ressortissant malien    A Sidi Moumen, inauguration royale d'un centre médical de proximité    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Des nuits colorées et lumineuses à savourer au MMVI…    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En 2005, le Maroc a dépensé 80 millions d'euros pour contrer la migration clandestine, et l'aide de Bruxelles n'arrive pas. En été 2006, il accueille la conférence Afrique-UE sur la question.
Publié dans MarocHebdo le 09 - 12 - 2005


L'Europe doit s'impliquer
Catherine Colonna et Alberto Navarro.
Ce n'est pas vraiment une image courante que de voir, sur la rive sud de la Méditerranée, trois responsables officiels présenter les résultats de leurs travaux sur la question migratoire. Pourtant, c'est à cet exercice qu'ont volontiers sacrifié la ministre française des Affaires européennes, Catherine Colonna, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Tayeb Fassi Fihri, et Alberto Navarro, secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères. Lundi 5 décembre 2005, au siège du ministère marocain des Affaires étrangères, ils ont ainsi tenu une conférence de presse pour faire le point sur leurs discussions. Quel avait été l'ordre du jour de cette rencontre ? Trois dossiers surtout : le bilan du Sommet de Barcelone, qui a vu le Xème anniversaire de la conférence euro-méditerranéenne; l'évaluation des relations futures entre le Maroc et l'Union européenne; enfin, la préparation de la conférence Afrique-Union européenne sur l'immigration. À propos de tous ces points, des précisions et des éclaircissements ont été donnés. Les trois ministres ont insisté sur le fait que «les conclusions de Barcelone seront soutenues et mises en œuvre dans le sens des stratégies adoptées tant au niveau politique, économique que sécuritaire». Le dialogue politique avec le Royaume sera également poursuivi et approfondi. A cet égard, le secrétaire d'Etat espagnol ira même jusqu'à dire que «le Maroc est le pays le plus européen de la rive sud de la Méditerranée.» Enfin, Catherine Colonna et Alberto Navarro réitéreront l'appui de leur gouvernement respectif quant au projet présenté par Rabat d'une conférence Afrique-UE sur la question des migrations.
Tayeb Fassi-Fihri n'a pas manqué de relever au passage que le Maroc était le pays africain et méditerranéen le plus exposé du fait de sa proximité avec l'Europe et qu'il était ainsi un pays de transit pour l'immigration clandestine en direction du Nord.
C'est d'ailleurs cette question particulière qui a fait l'objet de la réunion à Marrakech, vendredi 2 décembre 2005, du groupe de travail hispano-marocain sur l'immigration. Il devait en particulier analyser la coopération bilatérale en matière de lutte contre l'immigration clandestine, les actions projetées concernant les mineurs non accompagnés et la canalisation légale des flux migratoires.
Comment mener une lutte conjointe et coordonnée contre l'immigration clandestine ? Depuis le début de cette année, pas moins de 80 millions d'euros (900 millions de dirhams environ) ont été engagés par Rabat pour faire face aux charges de ce type de migration, alors que l'aide promise par Bruxelles depuis des années n'avait pas encore été débloquée. Les événements intervenus, voici trois mois, à Mellilia, au Nord du Maroc, avaient pris une dimension dramatique et ils ne pouvaient que conduire à une approche opératoire. C'est dans cet esprit que le Maroc a proposé le projet d'une conférence Afrique-UE, visant à mettre à plat de manière conséquente tous les problèmes liés à ces flux de migrants irréguliers.
La conférence de Barcelone a adhéré à cette politique. Et la déclaration hispano-britannique de ce sommet euro-méditerranéen avait ainsi appelé à l'intensification de la coopération dans un esprit de responsabilité et de solidarité partagées sur tous les aspects liés à l'immigration irrégulière.