Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En 2005, le Maroc a dépensé 80 millions d'euros pour contrer la migration clandestine, et l'aide de Bruxelles n'arrive pas. En été 2006, il accueille la conférence Afrique-UE sur la question.
Publié dans MarocHebdo le 09 - 12 - 2005


L'Europe doit s'impliquer
Catherine Colonna et Alberto Navarro.
Ce n'est pas vraiment une image courante que de voir, sur la rive sud de la Méditerranée, trois responsables officiels présenter les résultats de leurs travaux sur la question migratoire. Pourtant, c'est à cet exercice qu'ont volontiers sacrifié la ministre française des Affaires européennes, Catherine Colonna, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Tayeb Fassi Fihri, et Alberto Navarro, secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères. Lundi 5 décembre 2005, au siège du ministère marocain des Affaires étrangères, ils ont ainsi tenu une conférence de presse pour faire le point sur leurs discussions. Quel avait été l'ordre du jour de cette rencontre ? Trois dossiers surtout : le bilan du Sommet de Barcelone, qui a vu le Xème anniversaire de la conférence euro-méditerranéenne; l'évaluation des relations futures entre le Maroc et l'Union européenne; enfin, la préparation de la conférence Afrique-Union européenne sur l'immigration. À propos de tous ces points, des précisions et des éclaircissements ont été donnés. Les trois ministres ont insisté sur le fait que «les conclusions de Barcelone seront soutenues et mises en œuvre dans le sens des stratégies adoptées tant au niveau politique, économique que sécuritaire». Le dialogue politique avec le Royaume sera également poursuivi et approfondi. A cet égard, le secrétaire d'Etat espagnol ira même jusqu'à dire que «le Maroc est le pays le plus européen de la rive sud de la Méditerranée.» Enfin, Catherine Colonna et Alberto Navarro réitéreront l'appui de leur gouvernement respectif quant au projet présenté par Rabat d'une conférence Afrique-UE sur la question des migrations.
Tayeb Fassi-Fihri n'a pas manqué de relever au passage que le Maroc était le pays africain et méditerranéen le plus exposé du fait de sa proximité avec l'Europe et qu'il était ainsi un pays de transit pour l'immigration clandestine en direction du Nord.
C'est d'ailleurs cette question particulière qui a fait l'objet de la réunion à Marrakech, vendredi 2 décembre 2005, du groupe de travail hispano-marocain sur l'immigration. Il devait en particulier analyser la coopération bilatérale en matière de lutte contre l'immigration clandestine, les actions projetées concernant les mineurs non accompagnés et la canalisation légale des flux migratoires.
Comment mener une lutte conjointe et coordonnée contre l'immigration clandestine ? Depuis le début de cette année, pas moins de 80 millions d'euros (900 millions de dirhams environ) ont été engagés par Rabat pour faire face aux charges de ce type de migration, alors que l'aide promise par Bruxelles depuis des années n'avait pas encore été débloquée. Les événements intervenus, voici trois mois, à Mellilia, au Nord du Maroc, avaient pris une dimension dramatique et ils ne pouvaient que conduire à une approche opératoire. C'est dans cet esprit que le Maroc a proposé le projet d'une conférence Afrique-UE, visant à mettre à plat de manière conséquente tous les problèmes liés à ces flux de migrants irréguliers.
La conférence de Barcelone a adhéré à cette politique. Et la déclaration hispano-britannique de ce sommet euro-méditerranéen avait ainsi appelé à l'intensification de la coopération dans un esprit de responsabilité et de solidarité partagées sur tous les aspects liés à l'immigration irrégulière.