Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En 2005, le Maroc a dépensé 80 millions d'euros pour contrer la migration clandestine, et l'aide de Bruxelles n'arrive pas. En été 2006, il accueille la conférence Afrique-UE sur la question.
Publié dans MarocHebdo le 09 - 12 - 2005


L'Europe doit s'impliquer
Catherine Colonna et Alberto Navarro.
Ce n'est pas vraiment une image courante que de voir, sur la rive sud de la Méditerranée, trois responsables officiels présenter les résultats de leurs travaux sur la question migratoire. Pourtant, c'est à cet exercice qu'ont volontiers sacrifié la ministre française des Affaires européennes, Catherine Colonna, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Tayeb Fassi Fihri, et Alberto Navarro, secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères. Lundi 5 décembre 2005, au siège du ministère marocain des Affaires étrangères, ils ont ainsi tenu une conférence de presse pour faire le point sur leurs discussions. Quel avait été l'ordre du jour de cette rencontre ? Trois dossiers surtout : le bilan du Sommet de Barcelone, qui a vu le Xème anniversaire de la conférence euro-méditerranéenne; l'évaluation des relations futures entre le Maroc et l'Union européenne; enfin, la préparation de la conférence Afrique-Union européenne sur l'immigration. À propos de tous ces points, des précisions et des éclaircissements ont été donnés. Les trois ministres ont insisté sur le fait que «les conclusions de Barcelone seront soutenues et mises en œuvre dans le sens des stratégies adoptées tant au niveau politique, économique que sécuritaire». Le dialogue politique avec le Royaume sera également poursuivi et approfondi. A cet égard, le secrétaire d'Etat espagnol ira même jusqu'à dire que «le Maroc est le pays le plus européen de la rive sud de la Méditerranée.» Enfin, Catherine Colonna et Alberto Navarro réitéreront l'appui de leur gouvernement respectif quant au projet présenté par Rabat d'une conférence Afrique-UE sur la question des migrations.
Tayeb Fassi-Fihri n'a pas manqué de relever au passage que le Maroc était le pays africain et méditerranéen le plus exposé du fait de sa proximité avec l'Europe et qu'il était ainsi un pays de transit pour l'immigration clandestine en direction du Nord.
C'est d'ailleurs cette question particulière qui a fait l'objet de la réunion à Marrakech, vendredi 2 décembre 2005, du groupe de travail hispano-marocain sur l'immigration. Il devait en particulier analyser la coopération bilatérale en matière de lutte contre l'immigration clandestine, les actions projetées concernant les mineurs non accompagnés et la canalisation légale des flux migratoires.
Comment mener une lutte conjointe et coordonnée contre l'immigration clandestine ? Depuis le début de cette année, pas moins de 80 millions d'euros (900 millions de dirhams environ) ont été engagés par Rabat pour faire face aux charges de ce type de migration, alors que l'aide promise par Bruxelles depuis des années n'avait pas encore été débloquée. Les événements intervenus, voici trois mois, à Mellilia, au Nord du Maroc, avaient pris une dimension dramatique et ils ne pouvaient que conduire à une approche opératoire. C'est dans cet esprit que le Maroc a proposé le projet d'une conférence Afrique-UE, visant à mettre à plat de manière conséquente tous les problèmes liés à ces flux de migrants irréguliers.
La conférence de Barcelone a adhéré à cette politique. Et la déclaration hispano-britannique de ce sommet euro-méditerranéen avait ainsi appelé à l'intensification de la coopération dans un esprit de responsabilité et de solidarité partagées sur tous les aspects liés à l'immigration irrégulière.