Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nos chères petites têtes brunes ne demandent qu'à lire pour apprendre. La littérature pour enfants existe. Encore faut-il que les parents et les écoles donnent l'exemple. Il faut encourager la littérature enfantine Entretien avec Habib Mazini, auteur
Publié dans MarocHebdo le 13 - 01 - 2006

Nos chères petites têtes brunes ne demandent qu'à lire pour apprendre. La littérature pour enfants existe. Encore faut-il que les parents et les écoles donnent l'exemple.
Il faut encourager la littérature enfantine
Loubna Bernichi
Ahmed Taieb El Alj.
Les éditions Marsam publient quatre livres pour enfants. Deux, d'Ahmed Taieb El Alj, Petit Soleil, l'Âne et la Vache; un d'Ahmed Isamïli, Le Fou de Leyla; et un autre de Habib Mazini, La Colère de P'tit nuage. Ecrits en arabe et en français, ces contes de vingt-huit pages sont illustrés par des artistes peintres aussi talentueux qu'Alexis Logié ou Nathalie Logié Manche ou encore Abdelhalim Raji. Inspiré de la littérature orale populaire, L'Âne et la Vache, du dramaturge et parolier Taieb El Alj, raconte l'histoire de tonton Kaddour, portefaix de Fès, victime de sa cupidité. Le professeur et écrivain Habib Mazini parle du voyage d'un petit nuage, parti à la découverte du monde. Ahmed Ismaïli revisite l'amour impossible de Qays et Leyla. Ces livres, destinés à un public jeune, viennent enrichir un genre littéraire encore balbutiant au Maroc. En effet, jusqu'à aujourd'hui, le marché du livre pour enfants est dominé par les éditeurs étrangers, particulièrement français, connus pour leurs produits de qualité mais aussi pour leur prix inaccessible. Les quelques éditeurs du Golfe sont présents à travers différentes revues tels que le mensuel koweitien Al-Arabi as-saghir, l'hebdomadaire des Emirats Arabes Unis, Bassim, et Majid de l'Arabie Saoudite. Ces revues, dont les prix varient entre cinq et sept dirhams, connaissent un véritable engouement. C'est que la demande existe. Les éditions Yomad, pionnières dans ce domaine, Chemins des Croisés et Marsam l'ont compris. Les écrivains aussi. Abdelatif Lâabi, pour ne citer que lui, a écrit Saïda et les voleurs de soleil, Comment Nassim a mangé sa première tomate et l'Orange bleue, qui a remporté le prix Jeunesse 2005 lors de la treizième édition de Grand Atlas. Une autre manière d'élargir son lectorat. Encore faut-il que les parents soient sensibles à ce genre de livre. Car, ce sont eux qui achètent et qui ont un rôle d'éveil. Il est bien établi que si les parents s'intéressent à la lecture, l'enfant s'y intéressera aussi. L'école a aussi son rôle à jouer. Elle est souvent montrée du doigt, puisqu'il est prouvé aujourd'hui qu'un enfant qui n'a pas été initié à la lecture à l'école a de maigres chances de se retrouver dans la peau d'un lecteur assidu à l'âge adulte.
Malheureusement, même pour les élèves initiés à la lecture, dès qu'ils ne sont plus motivés par la peur du maître, ils arrêtent toute lecture. Une idée préconçue dit que le livre pour enfants souffre de la concurrence des dessins animés et des jeux vidéo. Mais, sous d'autres cieux, il est en plein essor. La preuve: Harry Potter, le célèbre sorcier, bat tous les records de vente. Les héros et les héroïnes des contes fascinent toujours. Blanche neige, Cendrillon continuent à faire rêver plus d'une fille. Quoi de plus normal ? Les enfants ont besoin de ces personnages pour comprendre la vie. Leur imaginaire se développe grâce à ces histoires. Il faut juste savoir les initier.
C'est là que réside le problème. Le livre ne fait pas partie intégrante de l'éducation. Il est considéré comme un luxe et non comme une priorité. Les prix pratiqués confortent cette idée. A titre d'exemple: le prix de Petit Soleil, d'Ahmed Taieb Laâlej, est de 40 dirhams. Il est vrai que c'est un beau livre, mais ça reste hors de portée pour le Marocain moyen. Les bibliothèques scolaires sont également montrées du doigt. Elles sont en disparition et même celles qui existent ne contiennent pas assez d'ouvrages. Aussi, les instituts culturels et les bibliothèques municipales sont concentrés au centre de la ville. Tandis qu'aux quartiers périphériques, elles sont un phénomène exceptionnel. Il est aussi important de dire que les médias marocains ne jouent aucun rôle pour sensibiliser les jeunes à la lecture. Aucune émission télévisée n'est programmée pour présenter les nouveaux ouvrages publiés. Et encore, quand une diffusion est prévue, elle est ennuyante à mort. Au bout de six mois d'existence, elle est supprimée parce qu'elle ne réalise pas un bon pourcentage d'audience. Que ce soit pour adultes ou pour enfants, le livre rencontre les mêmes problèmes. Mais, l'espoir reste permis. L'édition 2004 du salon du livre à Casablanca a suscité l'intérêt de quatre-vingts mille enfants. Rien n'est perdu.
Entretien avec Habib Mazini, auteur des contes La Colère du P'tit nuage et l'Œuf de Noé
Propose recueillis par
Habib Mazini.
• Maroc Hebdo International : Pourquoi écrivez-vous pour les enfants?
- Habib Mazini : Il y a quelques années, en voulant acheter des livres pour ma fille, j'ai eu la surprise de constater que l'essentiel de la littérature jeunesse provenait d'Europe ou du Moyen-Orient. Les rares livres marocains pour enfants étaient des histoires orales transcrites. Comme je racontais beaucoup d'histoires à ma fille, que j'inventais souvent, un jour, j'ai décidé de les écrire.
• MHI : Est-ce qu'il est facile d'écrire pour des enfants?
- Habib Mazini : Au contraire, c'est difficile. Pour une raison ô combien capitale. Un enfant ne triche pas, il est franc dans son jugement. Quand un livre lui déplait, il l'abandonne. L'auteur doit donc déployer tout un art pour le captiver dès les premières lignes, c'est en ce sens que cette littérature est difficile. Evidemment, on est moins libre dans le choix de mots, des personnages, mais aussi de la fin.
C'est la raison pour laquelle mes «fins» sont construites avec les enfants lors de rencontres. J'écris de petits romans autour de thèmes qui passionnent les enfants.
• MHI : Comment adaptez-vous vos écrits à un public jeune ?
- Habib Mazini : Il n'y a pas de schéma préétabli. Dans un premier temps, j'écris l'histoire, puis, dans un deuxième temps, je fais un tri des mots à partir d'une lecture faite par des enfants. Leurs remarques me permettent de supprimer des mots et de les remplacer par d'autres, plus accessibles. Parfois, je m'entête à en garder, ce qui oblige les enfants à consulter un dictionnaire ou à associer leurs aînés à la lecture. J'ai la faiblesse de croire qu'un texte doit solliciter le lecteur, attiser sa curiosité.
• MHI : En tant que pédagogue, quel rôle joue le livre dans l'éducation d'un enfant ?
- Habib Mazini : Un enfant a besoin de livres, à la fois pour nourrir son imagination, pour s'évader et pour apprendre. Il y trouve aussi des repères. Le rôle du livre est fondamental, sa dimension éducative et ludique est prouvée. Force est de constater que, dans notre pays, cette dimension est défaillante. J'essaie d'apporter ma modeste contribution pour combler ce vide. Et puis, donner du plaisir à un enfant me paraît être la plus belle des initiatives. o