Le Gabon et la Guinée se dotent de consulats généraux dans nos provinces sahariennes    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Laâyoune abrite le championnat d'Afrique des nations de handball 2022    CSMD-INPPLC : la lutte contre la corruption «axe fondamental» du développement souhaité    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Gabon : la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains organise un concours de mémorisation du Coran    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le grand rendez-vous!    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Le Youssoufia de Berrechid tenu en échec à domicile par le FUS de Rabat (1-1)    Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    La forêt et le nouveau modèle de développement    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Haftar chez son allié grec avant la conférence de Berlin    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 14 novembre, le CSCA a sanctionné Hit Radio Maroc d'un avertissement et d'une amende pour "manquement à la déontologie". Ahmed Ghazali, président de la HACA et du CSCA, s'explique. "Il ne s'agit pas de censure"
Publié dans MarocHebdo le 23 - 11 - 2007

Le 14 novembre, le CSCA a sanctionné Hit Radio Maroc d'un avertissement et d'une amende pour "manquement à la déontologie". Ahmed Ghazali, président de la HACA et du CSCA, s'explique.
"Il ne s'agit pas de censure"
Interview réalisée par
•Maroc Hebdo International: Sur quelles bases juridiques ont été prises ces sanctions?
-Ahmed Ghazali: Les bases juridiques sont multiples : le dahir du 31 août 2002 créant la HACA, notamment ses articles 3, 11, 12 et 16; la loi n°77-03 relative à la Communication Audiovisuelle, qui pose des règles protectrices de l'ordre public et de la morale publique, des bonnes mœurs et de la dignité des personnes et du jeune public; il faut y ajouter le cahier des charges encadrant Hit Radio Maroc, qui prévoit en particulier la nécessité de "maîtrise l'antenne" en toutes circonstances; enfin, la Charte déontologique de cette radio, qui prévoit des principes et des engagements à respecter.
•MHI: comment définir précisément la non-maîtrise d'antenne?
-Ahmed Ghazali: Le socle autour duquel a été construite la décision est celui-ci: l'opérateur de l'émission n'a pas pris les précautions nécessaires pour maîtriser son antenne à l'occasion de la diffusion d'un programme en direct destiné à jeune public, "Libre antenne" en l'occurrence.
L'identité de Hit Radio se base sur le ciblage d'un public compris entre 14 et 34 ans, alors qu'il n'a pas pris soin, sur des thèmes sensibles, de veiller à ce que la maîtrise d'antenne soit assurée, s'agissant d'un direct interactif entre l'animateur et les auditeurs. L'opérateur n'a pas respecté les textes en vigueur ni sa propre charte déontologique.
•MHI: Comment s'est déclenchée la procédure conduisant aux sanctions prises?
-Ahmed Ghazali: La HACA et le CSCA ne contrôlent pas les programmes a priori, mais a posteriori. Nous avons un département de suivi des programmes, fort de 30 cadres, avec des équipements techniques adéquats et performants. Nous disposons également de logiciels, élaborés par nos propres ingénieurs informaticiens, qui permettent de suivre, à la seconde près, tout ce que diffusent les radios et les télévisions au Maroc. Tout est donc enregistré grâce à un système innovant de la HACA, qui est un serveur placé chez tous les opérateurs et qui renvoie à la HACA, par Internet, l'ensemble des programmes diffusés. Sur cette base-là, le département de suivi des programmes est appelé, s'il y a lieu, à établir un rapport de non-respect ou d'infraction à la législation ou à la déontologie professionnelle prévue par le cahier des charges de l'opérateur contrevenant. Ce rapport est soumis au président, qui le transmet, pour instruction, au département juridique, puis à un rapporteur qui, à son tour, en fait la synthèse et le présente au CSCA. Cet organe décide alors en toute connaissance de cause des suites à donner.
•MHI: Certains ont considéré que les sanctions prises contre Hit Radio étaient une censure morale…
-Ahmed Ghazali: Pas du tout! L'esprit de la loi, celui du dahir créant la HACA met la liberté de la communication audiovisuelle au centre de la libéralisation de ce secteur. La HACA a été chargée de faire respecter l'exercice de cette liberté. Notre démarche vise à préserver cette liberté contre les mauvais usages qui peuvent en être faits et qui seraient contreproductifs. Notre souci constant est de coupler la liberté et la responsabilité.
C'est vous dire qu'il n'y a eu aucune censure. S'il y avait eu censure, nous serions intervenus au cours même de la première émission du 2 novembre. Nous n'intervenons ni par la parole ni par téléphone, mais par des actes formels émanant d'une autorité institutionnelle, ce qui donne aux opérateurs la possibilité d'attaquer nos décisions devant le tribunal administratif de Rabat