L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'usine de câblage automobile d'Oujda générera 3.500 emplois pour la région    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces du Royaume    Inezgane : Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie et complicité    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    Le partenariat de l'Université du Real Madrid    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Afrique, le braconnage inquiète les professionnels du tourisme
Publié dans Medias24 le 16 - 09 - 2018

Les difficultés de la protection des espèces animales emblématiques de l'Afrique comme le rhinocéros ou l'éléphant inquiètent les professionnels du tourisme, qui redoutent qu'elles ne freinent le flot des visiteurs étrangers sur le continent.
« A l'évidence, elles ont un impact négatif », a résumé cette semaine le patron de l'Association du tourisme africain (ATA), Naledi Khabo, à l'occasion d'un sommet du secteur réuni au Cap (sud-ouest) à l'initiative d'Airbnb.
« Qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux, voir des morts pareilles a forcément des conséquences » sur notre activité, a-t-elle ajouté.
Ces dernières semaines, plusieurs événements ont terni l'image de sanctuaire de la faune sauvage de l'Afrique, l'un de ses principaux « produits d'appel ».
Il y a d'abord eu le fiasco du transfert mal préparé de onze rhinocéros d'un parc kényan vers un autre, qui s'est soldé par leur mort par déshydratation.
« C'est malheureux (…), il est clair que l'affaire n'a pas été bien gérée par mes officiers, et nous avons pris des mesures pour y remédier », a reconnu, penaud, au Cap, le ministre kényan du Tourisme Najib Balala.
Et puis il y a eu l'affaire des éléphants du Botswana, qui abrite leur plus grande population en Afrique.
Son arsenal très répressif a fait de ce pays un modèle dans la lutte antibraconnage. Mais au début du mois, une ONG y a dénoncé la mort d'une centaine de pachydermes lors d'un massacre sans précédent qu'elle a attribué à la décision des autorités de désarmer ses « rangers ».
Le gouvernement de Gaborone et des scientifiques ont remis en cause la réalité de ces massacres mais trop tard, la réputation du pays a déjà souffert de l'incident.
« Ce qui est triste avec cet incident au Botswana, c'est que la presse n'a titré que sur ce qui s'est passé, sans s'interroger sur le pourquoi ni sur l'après », a regretté l'auteure de récits de voyages Anita Mendiratta.
– « Mesures fortes » –
Les crimes environnementaux coûtent chaque année plus de 70 milliards de dollars aux pays en développement.
L'Afrique est la cible des braconniers qui s'arrachent les défenses de ses éléphants et les cornes de ses rhinocéros pour satisfaire, à prix d'or, la demande de la médecine traditionnelle asiatique.
Ces dernières années, les pays qui accueillent les amateurs de safaris ont considérablement renforcé leurs moyens pour lutter contre le trafic d'ivoire.
Des efforts loués par les tour-opérateurs. « Il est essentiel que le gouvernement et les professionnels du tourisme prennent des mesures fortes et punissent sévèrement les trafiquants », se réjouit Naledi Khabo.
« Le nombre de rhinocéros protégés au Kenya est passé de 300 il y a trente ans à plus de 1.200 aujourd'hui. Et nous avons 35.000 éléphants contre seulement 16.000 il y a trente ans », s'enorgueillit son ministre du Tourisme.
Selon Anita Mendiratta, la lutte contre les trafiquants et braconniers est même devenue une demande des visiteurs. « Les touristes nous disent +ce n'est pas bien+ », affirme-t-elle, « la lutte antibraconnage est au cœur de leurs préoccupations. Le militantisme des touristes est devenu un élément important de notre industrie ».
Ancien « ranger » tanzanien reconverti dans le secteur des safaris, Loserian Laizer pense lui aussi que « la contrebande nuit au tourisme ». Il raconte que, dans le célèbre parc sud-africain Kruger, des visiteurs se plaignent du bruit des patrouilles aériennes de surveillance.
« Mais nous gagnons la bataille. Je félicite ceux qui protègent la faune sauvage, de plus en plus de gens comprennent que c'est indispensable », ajoute-t-il, « il faut essayer de la protéger de façon intelligente ».
Mais le braconnage n'est pas le seul à menacer la faune sauvage, juge M. Laizer. « Le problème, c'est la construction de plus en plus d'infrastructures pour accueillir plus de visiteurs », met-il en garde, « ça détruit l'environnement, alors il faut contrôler cette évolution ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.