Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    La CAN 2025 retirée à la Guinée    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Retrait de la CAN à la Guinée    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Au Maroc, les femmes âgées sont plus vulnérables que les hommes    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Suicide d'une jeune médecin: Le CHU Ibn Sina dément    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Casablanca abrite le 1er forum du sport en entreprise en Afrique    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    De l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite, une première    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Exclu: la preuve que le motif de Zellige utilisé par Adidas est bien Marocain (Documents)    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Hakimi l'exemple qui coute cher!    Maroc : 86% des jeunes marocains insatisfaits des partis politiques    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Le Crédit Agricole du Maroc auréolé du label de certification de l'IFACI    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Poutine signe l'annexion de quatre régions d'Ukraine    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Le 3ème campus de l'Ecole 1337, accueille sa première promotion d'étudiants    L'essentiel de l'avis du CESE sur l'aménagement durable du littoral    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Le jeûne du ramadan, source de crispations dans le football français ?    Fadila Benmoussa se joint aux honorés du 11ème Festival maghrébin du film d'Oujda    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Concert virtuel de Saad Lamjarred: on connait le prix des billets (PHOTO)    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    Des alliés des Etats Unis comme le Maroc, «sont visés par les forces du mal et leurs proxies»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental
Publié dans Yabiladi le 19 - 08 - 2022

L'appel d'Ahmed Raissouni au roi Mohammed VI pour lancer le djihad visant à récupérer Tindouf, a permis de dépoussiérer une vielle déclaration télévisée de l'ancien président algérien, Ahmed Ben Bella, datant de 1960, reconnaissant la marocanité du Sahara oriental.
Les propos d'Ahmed Raissouni sur la marocanité de Tindouf et le Sahara oriental, sont dans la vontinuité de ceux de Hamid Chabat, Allal El Fassi ou encore le roi Hassan II, chacun à sa manière. L'ancien président algérien, Ahmed Ben Bella (1916-1912), était aussi du même avis.
Au lendemain du premier essai nucléaire français, du 13 février 1960, dans la région de Reggane, le roi Mohammed V, qui considère la province comme faisant partie intégrante du royaume, adresse une lettre de protestation au président français, Charles de Gaulle. Une initiative accompagnée par un appel royal lancé à la direction du Front algérien de Libération Nationale (FLN) pour soutenir sa démarche.
Un appel qu'Ahmed Ben Bella, alors vice-président du gouvernement algérien, avait reconnu dans une déclaration à la presse. «L'explosion de Reggane a eu lieu. Le Maroc a protesté auprès de la France parce que l'explosion a eu lieu sur ses territoires. Ils nous ont demandé de nous associer à leur protestation contre la France», avait-il précisé.
Ce n'est qu'une fois investi président de la république indépendante (1963-1965) que Ben Bella révise sa position et réclame à la France la fin des essais nucléaires en Algérie. Un sujet qu'il aborde, d'ailleurs, en 1963 avec l'ambassadeur de France à Alger, Georges Gorse (1963-1967), et Jean de Broglie, secrétaire d'Etat chargé des Affaires algériennes (1962-1966). Des explosions qui ont continué de retentir au Sahara oriental quatre ans après l'indépendance de l'Algérie, jusqu'en 1966.
Hassan II : «Aucune ville, marocaine ou algérienne, ne mérite une guerre»
Si l'habit présidentiel a contraint feu Ahmed Ben Bella de changer d'opinion sur ce sujet, sa destitution par son «frère» d'armes, Houari Boumédiène, lors du coup d'Etat du 19 juin 1965, et les années de prison jusqu'à sa libération en 1979, l'ont conduit à revenir à ses positions initiales. Ben Bella était l'une des rares figures historiques du FLN à défendre la marocanité du Sahara.
«Nous n'avons pas intérêt au démembrement du Maroc. Il faudrait que les partenaires en discutent. Nous pensons que le Maroc a une profondeur historique réelle. Tous les dirigeants du Maroc sont originaires de la Saguia El Hamra. Tous sans exception ! Les Almoravides, les Almohades, les Saadiens et les Alaouites», déclarait le 16 décembre à Londres à l'occasion d'un point de presse animé avec Houcine Aït Ahmed, l'autre figure de proue de la résistance en Algérie, contraint aussi à l'exil.
Quand Hassan II et Ben Bella négociaient la frontière maroco-algérienne
Au lendemain de l'indépendance du Maroc, en 1965, l'armée de libération avait mené des attaques sur des positions tenues par l'armée française à Tindouf. Des opérations ayant contraint le gouvernement français d'envoyer sur place Max Lejeune, secrétaire d'Etat aux forces armées, et Henri Laforest, sous-secrétaire d'Etat à l'Air, pour défendre la présence de la France dans la province.
Dix ans après la Marche verte et 22 ans après la Guerre des Sables, le roi Hassan II, tout en persistant à revendiquer la marocanité de Tindouf et du Sahara oriental, précisait, dans une interview accordée en 1985 à Jeune Afrique, qu' «aucune ville, marocaine ou algérienne, ne mérite une guerre (…) Non, vraiment, ce n'était pas la peine de creuser la tombe d'une amitié qui paraissait à l'abri de toute contingence» entre les peuples marocain et algérien.
La France a occupé Tindouf en 1934, soit plus d'un siècle après son invasion de l'Algérie en 1832.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.