Aid Al-Adha: La demande estimée à environ 5,6 millions de têtes d'ovins et caprins    Mort de Shireen Abu Akleh: Washington accuse Israël à demi-mots    Météo Maroc: temps assez chaud ce mardi 5 juillet    MRE: Ammor interpellée sur la cherté des billets de voyage    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    Jeux Méditerranéens (Taekwondo) : Fatima-Ezzahra Aboufaris et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent    Moody's change la perspective du Maroc de « négative » à « stable »    Femmes au Maroc : Le verdict du Comité CEDAW est tombé    JM Oran 2022 : Maroc 4-2 Turquie ! Les Lionceaux sur le podium (vidéo)    L'opposition moque de« chaises musicales »    Le Conseil de sécurité publie la réponse de Hilale à son homologue algérien    La contribution sociale de solidarité sera maintenue en 2023    Lekjaa affirme le retour de Ziyech    Pedro Sanchez : « L'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc »    Formule E : Edoardo Morata remporte l'E-Prix de Marrakech 2022    Une convention pour la réalisation des travaux d'aménagement de la voie de «Taddart»    « Le plan d'autonomie offre des pouvoirs législatifs exclusifs à la Région »    Sahara : Singapour appuie le plan marocain d'autonomie    L'élimination de la discrimination à l'égard des femmes au centre de la prochaine réunion du gouvernement    Espagne : des «drones sous-marins» pour acheminer de la drogue interceptés    La MAP lance sa nouvelle webradio thématique « Samaoui », dédiée à l'art Gnaoui    Le drame de Mellilia : Pedro Sanchez n'a rien à reprocher au Maroc    « Morocco Now »: des Japonais saluent les avancées du Maroc    Intempéries : Les Australiens piégés par les pluies torrentielles    Evolution du coronavirus au Maroc. 941 nouveaux cas, 1 226 246 au total, lundi 4 juillet 2022 à 15 heures    [Alerte météo] Vague de chaleur (38 à 45°C) du mercredi au samedi    Les étudiants en médecine haussent le ton    Le dirham se déprécie face à l'euro et au dollar du 23 au 29 juin (BAM)    Malhounyat. Le Festival international de l'art du Malhoune de retour à Azemmour    Rabat Salé : Mémoire et ICESCO signent un nouveau partenariat    Pedro Sanchez : l'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc    Tétouan: des mesures sécuritaires spéciales pour le mariage de Nouâmane Belaiachi    Vidéo - La politique marocaine de l'Algérie expliquée par la boxe    Lancement de la célébration de Yaoundé capitale de la culture du monde islamique    La High Line Art de New York expose une sculpture de la Marocaine Meriem Bennani    Le film néerlando-marocain «Marokkaanse Bruiloft» rafle deux prix à Rabat    Les 24 hélicoptères AH-64 Apache seront livrés au Maroc en 2023    Chambre des conseillers: séance plénière mardi consacrée à la politique générale    La Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement à Lisbonne pour la 2e conférence de l'Océan    Le roi félicite le président américain à l'occasion de l'Independence Day    Les Lionnes de l'Atlas réalisent l'essentiel face au Burkina faso    Jazzablanca: Sur la Scène Casa Anfa, Erik Truffaz et Maâlem Hamid El Kasri ont ravi le public    Le Maroc abrite la Supercoupe de la CAF entre le WAC et la RS Berkane    Ligue féminine des champions : Le Maroc officiellement organisateur de l'édition 2022, l'AS FAR qualifiée d'office    Nabila Rmili appelle à accélérer la cadence de traitement des autorisations d'urbanisme    Education : Il était une fois le Baccalauréat !    Joe Biden a reçu un message du roi Mohammed VI    Egypte : le vice-président de la BEI se félicite de l'achèvement réussi de la ligne 3 du métro du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouhsine Foulane : «Je m'inspire de Jimmy Hendrix»
Publié dans Agadirnet le 05 - 07 - 2009

Le «ribabiste» Bouhsine Foulane a révolutionné la pratique de son instrument. Il parle de ses ambitions et de sa récente participation au Festival gnaoua, musiques du monde.
Pourquoi avez-vous quitté le groupe AmargFusion?
Bouhsine Foulane : Je fais beaucoup de tournées, je me déplace beaucoup et je joue avec diverses formations. Et cela, les membres de mon ancien groupe ne l'ont pas accepté. Pour eux, il fallait choisir. Je joue actuellement avec le groupe Mazagan ainsi qu'avec RibabFusion, une nouvelle formation que je viens de créer On essaye au sein de cette dernière de poursuivre l'élan artistique de la world musique amazighe. D'ailleurs le prochain album du groupe sortira bientôt. Je collabore aussi avec Hamid Kasri, Mazagan, Karim Ziad, et d'autres artistes étrangers. Et je me sens plus épanoui ainsi.
Vous êtes l'un des jeunes «ribabistes» les plus connus au Maroc. Quelle est votre ambition pour cet instrument ?
J'espère permettre au ribab d'acquérir un plus grand rayonnement, autant que celui du guenbri des gnaoua, désormais reconnu internationalement et que pleins de gens veulent découvrir et pratiquer. Parce que le ribab est aussi un symbole de la culture marocaine et amazigh. Ainsi, j'œuvre pour que cet instrument retrouve sa réelle valeur et soit enseigné de manière académique notamment à travers un manuel d'apprentissage que je suis en train de d'écrire en ce moment. Il ne faut pas cantonner le ribab à l'aspect folklorique. Il faut valoriser cet héritage, l'actualiser et le partager avec les générations futures pour que celles-ci se l'approprient. Aujourd'hui pour exprimer leurs problèmes, nos jeunes s'imprègnent du hip hop et d'autres styles et les adaptent à leur langage et époque, cela est aussi possible avec la musique amazighe. Et puis dans notre culture marocaine, on a aussi besoin que chacun transmette le savoir qu'il détient non pas le garder pour soi.
Comment avez-vous donc appris au ribab ?
Au début, je jouais et enseignais le violon. Et en tant que jeune originaire d'Agadir, fier de ses origines et de sa culture amazighe, je me suis décidé à apprendre à jouer au ribab. J'ai donc commencé chez moi en autodidacte, avant d'aller suivre l'enseignement auprès de grands chioukh. Ensuite, j'ai essayé de faire évoluer cet instrument au niveau de sa forme et au niveau de la façon de jouer. Je m'inspire particulièrement de Jimmy Hendrix. J'aime son énergie et sa spontanéité. J'espère qu'il y aura d'autres personnes qui s'intéresseront au ribab ainsi qu'à d'autres instruments traditionnels, pour qu'il y ait richesse et diversité. J'ai joué au violon pendant dix ans et personne ne me connaissait. Grâce au ribab, je suis devenu célèbre. Et puis mon rapport avec mon instrument est sain de toute hypocrisie. Je le joue avec mon coeur et ma sincérité.
Comment s'est déroulée votre participation au Festival d'Essaouira ?
Moi, je suis très content de participer au Festival d'Essaouira parce que je fais de la fusion avec mes compatriotes. Ainsi, il s'agit d'une sorte de de dialogue interne essentiel.
Pour moi, il est important d'affirmer son identité et de faire connaître sa marocanité avant d'entreprendre le dialogue avec l'autre. Ce qui réchauffe le cœur, c'est que dans nos festivals, on commence de plus en plus à faire confiance aux talents marocains. On commence à reconnaître leur travail, leur culture et leur expérience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.