Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écrivain Ahmed Al-Madini : «Je suis l'écrivain qui rejette cette langue plate et pauvre qui n'ose pas défier les outils d'expression»
Publié dans Albayane le 25 - 08 - 2011

En bon pionnier qu'il est de la modernisation de l'écriture littéraire au Maroc, l'écrivain Ahmed Al-Madini croit que la littérature classique est l'apogée même du renouveau créatif. Ce niveau qui ouvre la voie sur le vaste champ du patrimoine littéraire constitué, pas par pas, à travers l'histoire. Et voilà qu'après s'être dressé devant toute tentative de “destruction“ du modèle réaliste, qui régnait en maître des lieux dans la littérature marocaine de l'après indépendance, l'écrivain veut paradoxalement suivre le fil du renouveau jusqu'au classicisme. Cette “fausse“ contradiction, Ahmed Al-Madini ne tarde pas à la dissiper, dans un entretien à la MAP, lorsqu'il tient à dissocier le courant classique du concept de tradition. Il le conçoit, lui, comme une capacité expressive qui fusionne une expérience mure à une langue explosive qui sort des modèles figés et des métaphores usitées.
Dans un exercice de mémoire, Al-Madini s'arrête au début des années 70, où, dit-il, les textes traditionnels, qui faisaient le pari du réalisme, tenaient le haut de la marche littéraire. C'est alors qu'une nouvelle élite a fait son apparition avec des textes inclassables. Et c'est dans ces conditions là qu'apparut “Al Ounfo Fi Addimagh” (la violence dans le cerveau) en 1971. Une sorte de “choc“ esthétique, considéré à l'époque comme un tournant dans la marche moderniste de l'expérience narrative au Maroc.
Pour preuve, “ce sont les mêmes noms qui ont donné, dans les années 70, le coup d'envoi à cette expérience qui poursuivent aujourd'hui même le chemin de la modernisation, épaulés par une maturité et une maîtrise des outils de création”.
Du haut de ses 62 ans, Al Madini vit toujours son âge de gloire, de jeunesse. La richesse de ses travaux littéraires et critiques et le renouvellement constant de sa vision peuvent en témoigner.
“Je n'ai pas posé mon fusil d'ancien rebelle, puisque je le suis encore, sauf que je ne tire pas de manière aléatoire en raison de ma maturité humaine et de mon expérience créative”.
Cette capacité créative, il l'a directement tiré du bouillonnement qui a marqué le Maroc de l'après indépendance. Cette belle matière politique, sociale et humaine qui a constitué la source d'inspiration narrative vitale aux romans de ce créateur, natif de Berrechid. Grâce à une conscience propre à lui, Al Madini a su capter les moments de gloire et de détresse de cette époque pour en constituer une vision propre et en confectionner un texte narratif, que les critiques ont vu différent du texte réaliste. Inutile pour lui de délaisser son temps social et historique à la faveur d'une création pure, qui serait plutôt proche de l'illusion. “Si la poésie exprime les émotions et les sentiments humains, le roman, lui, devra décrire une réalité objective par le biais de ses propres outils esthétiques “.
“Ceux qui veulent se consacrer à une création pure n'ont rien compris au genre littéraire. On ne peut attaquer la narration en dehors de l'histoire et de la société. Même en poésie, les belles métaphores ne naissent pas du vide“, explique Al-Madini.
Sa relation avec ses lecteurs et ses critiques mêmes n'a pas été toujours facile, malgré la place immuable d'Al Madini dans l'arène de la littérature marocaine.
C'est ainsi que l'écrivain s'est trouvé sur le banc des “accusés“ pour abus dans le travail de la langue aux niveaux du lexique, du style ou encore de la structure. Un travail qui rend parfois ses textes difficilement assimilables et peu digestibles.
Mais l'écrivain ne nie pas cette “accusation“ et avoue que cet élément était plus présent à ses débuts dans “Al O'unfo Fi Addimagh”, “Safaro Al Inchae Oua Tadmir“ (voyage de construction et de destruction-1976) et “ Zamano Bayna Al Ouiladati Oua Al Houlm“ (temps entre naissance et rêve-1977).
L'écrivain se reprend aussitôt, en défendant mordicus son choix : “la langue est la structure expressive, la relation entre les termes et les images. Ceux qui m'accusent de complexité linguistique sont habitués à une écriture homogène, avec un modèle déjà en place“.
C'est dire, en d'autres termes, que “l'écriture déstructure l'horizon du lecteur et incite à une contre-réaction. La question est de savoir pourquoi cette écriture apporte-elle cette déstructuration, cette rébellion, cette flamme, cette dissociation des relations entre les termes “.
Il convient à partir de là de souligner que l'écriture littéraire n'est pas une simple écriture. Alors pourquoi l'écrivain devra-t-il emprunter la voie de la simplicité linguistique ? “Mon temps, mes sensations et ma vision aussi ont changé, mais je suis encore l'écrivain qui rejette cette langue plate et pauvre, qui n'ose pas défier les outils d'expression et reconstituer les liens. Mais à quoi sert l'art alors ?“, se défend-il. Mais avant de devenir “le professionnel“ de l'écriture qu'il est aujourd'hui, il est passé par la presse. Sans elle, sa production littéraire n'aurait pas été aussi riche. “Alors que j'attendais l'inspiration, la presse m'a contraint à l'écriture régulière. Elle m'a mis sur le bon chemin, même si l'écriture journalistique n'a rien à voir avec la littérature “.
En pariant sur l'écriture journalistique, il voulait toucher un grand nombre de lecteurs, avec ce qui implique comme simplification et apprivoisement. Mais Al Madini a tenté tout de même de présenter un modèle littéraire d'écriture journalistique, à travers ses célèbres tribunes, depuis Paris: “une lettre de l'autre rive “ou“ une lettre des deux rives “sur les pages d' “ Al Mouharrir” et “ Al Ittihad Al Ichtiraki“, des années durant.
Alors qu'il a cumulé les travaux en critique, Al Madini ne cache pas son désarroi de cette paresse dans la critique des textes, les non-classiques surtout. Et pour cause : les travaux qui opèrent des chamboulements dans les formes et la langue ne peuvent être évalués du jour au lendemain. Ils ont besoin du temps pour recevoir une évaluation bien mure. Et c'est aussi parce que la critique littéraire est un long processus qui exige un bagage culturel riche et composé et, encore plus, la littérature n'est pas une simple course cycliste à l'issue bien évidente.
Nizar Lafraoui (MAP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.