Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne - éducation : La crise affecte aussi la rentrée scolaire
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2011

Les mesures d'austérité appliquées par certains gouvernements régionaux en Espagne touchent des secteurs publics vitaux, tel l'enseignement qui risque de connaître des débrayages à la rentrée scolaire. La réduction du nombre des enseignants et l'élargissement de deux heures des horaires de travail des instituteurs et professeurs du secondaire sont des motifs suffisants pour que les centrales syndicales appellent à des mouvements de grève et mettent les autorités régionales devant le fait accompli.
L'Espagne risque de vivre un automne atypique avec pour toile de fond la menace de paralysie de secteurs qui ont été jusqu'à présent à l'abri du spectre de la crise économique. A cause de la mise en garde du gouvernement et de l'Union Européenne contre la progression de la dette et des dépenses des administrations publiques, les gouvernements des communautés autonomes se trouvent au pied du mur. Pour éviter des sanctions, certains gouvernements régionaux, qui sont dirigés par le Parti Populaire, tels ceux de Madrid, Castille-La Manche (centre), Galice (nord-ouest), et Navarre (Nord) ont décidé d'augmenter de deux heures l'horaire des professeurs ce qui a eu pour conséquence immédiate la disparition de postes d'enseignants suppléants.
Cette catégorie de professeurs assume particulièrement une mission de soutien aux élèves confrontés aux difficultés d'apprentissage, de révision assistée de matières scientifiques et d'animation pédagogique. C'est la raison pour laquelle les centrales syndicales ont annoncé, lundi, un calendrier de mobilisations pour protester contre la réduction de 13.000 postes de professeurs suppléants qui aura des incidences négatives sur la « qualité de l'enseignement » en Espagne. Le 22 octobre est le jour retenu pour une marche à Madrid pour «une école publique et contre les mesures d'austérité dans l'éducation». Les responsables de la Fédération de l'Enseignement des centrales syndicales ont, lors d'une conférence de presse lundi à Madrid, communiqué les démarches à suivre dont le calendrier des manifestations pour protester contre les réductions budgétaires dans l'enseignement qu'ils ont qualifiées de «brutale attaque contre l'école publique et les professeurs».
Outre un sit in en face du siège du ministère de l'éducation, mercredi prochain, les centrales syndicales ont annoncé l'organisation d'une «journée de lutte» appuyée par des manifestations et la remise aux responsables de l'éducation d'un manifeste appelant à l'analyse de la situation de tous les centres de l'enseignement et de la communauté des professeurs.
Selon les syndicats, les mesures d'austérité se traduisent par la réduction de deux milliards d'euros de la rubrique destinée au système public éducatif. Cette mesure, soutiennent-ils, ne contribuera nullement à la réduction du taux d'échec scolaire, qui «dépasse 32%».
Les réductions budgétaires représentent, pour cette raison, “une attaque contre les programmes éducatifs qui sont la garantie de la qualité et de l'équité, dont l'intérêt réservé à la diversité de la composition des élèves de la même classe et l'aide à apporter à ceux qui ont des difficultés de suivre le niveau de leurs collègues », ont mis en garde les syndicalistes.
L'augmentation des horaires représente une dégradation des conditions de travail pour les professeurs qui va avoir une incidente sur les tâches d'organisation, de préparation et de soutien individualisé des élèves.
Les syndicalistes ont enfin appelé la classe politique à revenir sur les mesures d'austérité affectant l'éducation et adopter une politique éducative «responsable». Ils ont dans ce sens mis en garde contre la possibilité d'appeler à une grève générale dans l'enseignement au niveau national au cas où «les réductions budgétaires s'étendent au reste des communautés autonomes».
La centrale Commissions Ouvrières (CC.OO) a ainsi annoncé un agenda de mobilisations dont des grèves les 21 et 27 septembre en Galice, une autre le 14 courant à Madrid, qui va coïncider avec la rentrée scolaire. La capitale espagnole abritera, enfin, le 22 octobre une grande marche sous le thème «en faveur de l'école publique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.