Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Débat avec Khalid Naciri sur l'actualité de Marx et les questionnements de la Gauche : Redécouvrir et redéfinir le socialisme
Publié dans Albayane le 15 - 05 - 2012

L'actualité de Marx et les questionnements de la gauche marocaine étaient, durant la matinée de samedi dernier, au centre du débat organisé par l'Espace cadres du PPS à Casablanca, avec Khalid Naciri, membre du Bureau politique du Parti et ex-ministre de la Communication. Mohamed Bakrim, dans l'introduction du débat, a relevé «le retour de Marx» et la «renaissance de la gauche», au niveau mondial, et soulevé quelques problématiques théoriques et des questions pratiques, pour « rechercher les outils théoriques », afin de résoudre les problèmes de la société. Le but étant de «réhabiliter la politique et d'aider l'intellectuel à «la réflexion et à l'action».
Pour Khalid Naciri, la question «n'a jamais été absente durant les 20 dernières années. Depuis la chute du Mur de Berlin, «les théories libérales et réactionnaires ont dénaturé la réalité, sous formes d'habillages fallacieux», pour dénigrer le marxisme et le socialisme et leur mise à mort.
Aujourd'hui, il faudra dire que «l'actualisation de la pensée socialiste est cadrée par trois légitimités».
- Une légitimité philosophique car personne ne nie plus que «Marx reste l'un des grands géants de la pensée politique et économique mondiale et ne laisse plus personne indifférent»
- Politiquement, la légitimité vient du fait que «de nombreux penseurs, théoriciens et militants s'interrogent toujours s'ils n'ont pas été trop vite en besogne pour enterrer le marxisme avec la chute du Mur de Berlin». Une «nouvelle découverte de Marx» s'avère nécessaire après l'offensive des libéraux et des politiciens de droite.
- Une légitimité marocaine surtout que « la pensée socialiste a pénétré au Maroc avec Marx, grâce au Parti communiste marocain, qui a été le premier à la divulguer ». Elle constitue donc «une partie fondamentale de l'histoire et de la vie marocaine».
En ce qui concerne le Parti du progrès et du socialisme, il faudra dire, abstraction faite d'«une lecture bête» de l'athéisme, sur laquelle Naciri préfère ne pas s'y étaler, car manquant totalement de pertinence, le marxisme reste présent dans sa pratique, «même s'il n'a pas intégré formellement le marxisme dans son référentiel» et reflète une «accumulation interactive de la pensée marocaine et mondiale».
Le dirigeant du PPS, pour qui «il n'est pas obligatoire de déclarer son marxisme pour être marxiste», et «la pensée socialiste sans le marxisme ne vaut rien», estime que « nous avons besoin d'un instrument d'analyses performant qui nous aide à analyser le présent et à nous projeter sur l'avenir». Le marxisme nous a toujours été d'un grand secours dans cette démarche analytique car, reposant sur la méthode dialectique (empruntée à Hegel), le marxisme colle à la vie réelle. Il cherche à la comprendre, pour la transformer, a-t-il notamment affirmé.
«Le Maroc actuel est une société en pleine mutation socio-économique, où se chevauchent des référentiels, des positionnements, des structurations très variés, voire contradictoires. Le marxisme ne nous apportera pas, bien entendu, des solutions miracles ou le prêt-à-porter pour décoder le réel, mais nous aide, s'il est bien intégré dans le substrat économique, social et politique, à COMPRENDRE et surtout, à TIRER les enseignements», dira en substance Khalid Naciri. Il s'attellera, ensuite, sur certains concepts en liaison avec la précision de l'analyse, la dialectique, la théorie et la pratique révolutionnaires et la lutte et la «gestion des contraires», en partant de « la réalité que la vie est gérée par des contradictions». L'ébranlement des fondements du monde capitaliste est venu rappeler brutalement que le capitalisme, dans ses structures excessives d'exploitation, dans ses démarches extrêmes d'injustice sociale, est, et demeure largement contestable économiquement, politiquement et moralement.
Revenant sur la démarche du PPS au lendemain de l'effondrement de la communauté des pays socialistes, il a affirmé qu'«au moins 5 à 6 réunions du Comité central et durant plus de 3 mois ont été consacrées au débat, ouvert, autour de la question «s'agit-il de l'échec des valeurs du socialisme ou tout simplement celui d'une expérience historiquement datée du socialisme dit réel».
Aujourd'hui, deux décennies après, il s'agit de «recadrer» la problématique, par la recherche «d'un outil d'analyse efficace» en posant les vraies questions du genre « c'est quoi le Maroc d'aujourd'hui», en tant que société en pleine mutation socio-historique» en interaction continue de ses accumulations et de ses contradictions». L'analyse doit partir du fait que «les piliers du monde contemporain sont dominés par un capitalisme débridé, actuellement secoué par la plus grave crise, la plus aigue depuis de 1929».
«Entre l'effondrement du mur de Berlin et la crise enclenchée en 2008 , et dont les effets ne sont pas prêts de s'estomper, on a laissé s'installer l'illusion fallacieuse que le socialisme en tant qu'utopie sociale, en tant que grand rêve de l'humanité était OBSOLETE. L'on se rend compte qu'il n'en est rien.
Pour Khalid Naciri, «les errements de la grande finance internationale constituent un salvateur rappel à l'ordre. Le capitalisme sauvage montre ses limites».
S'agissant du Maroc, il a relevé que « nous avons résisté pendant les 2 à 3 dernières années », mais la crise « entre par la grande porte européenne ». au départ financière la crise apparait bien aujourd'hui comme les fondements de l'économie mondiale.
L'illusion a pleinement accompli son rôle idéologique, au point que l'on a décrété «la fin de l'Histoire (Francis Fucuyama). Il faudra bien constater que c'est bien là une chimère.
Avec retard, l'impératif demeure de « redéfinir les contours du socialisme». Le socialisme est à redéfinir et à redécouvrir. Car ses valeurs fondatrices, son idéal de justice demeurent immuables. Au PPS, nous ne les avons jamais enterrés, car le socialisme, en tant que projet, est toujours vivant.
En prenant acte de l'effondrement de l'expérience historique du socialisme bureaucratique (URSS et démocraties populaires), en 1990, le PPS avait pris soin d'affirmer qu'il ne jetait pas le bébé avec l'eau du bain, ajoutera le conférencier.
Pour le PPS, les trois derniers congrès (1995, 2002 et 2010) ont affirmé que « les valeurs fondatrices du socialisme sont toujours vivantes ». Car « le marxisme a été victime de certains marxistes qui l'ont desservi par une instrumentalisation matérialiste qui lui a fait perdre sa riche substance. Le marxisme européen a survalorisé l'instance économique au détriment de l'idéologique. C'est ce qu'on a appelé l'économisme».
Citant des passages de Marx sur l'autonomie relative de l'instance juridico-politique, il a estimé que «C'est grâce à cette lecture (d'autonomie relative) que le marxisme peut analyser utilement le Maroc, par une analyse de l'interaction de la contrainte et du consensus dans la cristallisation du système juridique et politique ». Citant également Louis Althusser pour ne pas « survaloriser l'instance économique», Naciri a également souligné « la complexité croissante de la configuration sociale du Maroc». Pour lui, « les institutions marocaines traduisent et reflètent cette complexité, inédite et résultante de développements et d'accumulations ». D'où l'impératif que le Maroc a besoin de « l'apport des économistes, des sociologues, des politologues» pour être mieux analysé. Car « jamais le Maroc n'a été autant sous analysé », martela-t-il, après avoir parcouru la société précoloniale et le « dualisme » colonial et postcolonial.
Pour lui, les institutions et les pratiques politiques sont «le reflet d'une société fortement déstabilisée» et il y a nécessité que l'analyse du Maroc contemporain, se fasse avec «beaucoup de recul et de sérénité». Car «les articles de presse polémiques ne peuvent remplacer une solide analyse argumentée».
Khalid Naciri conclura son intervention par une multitude de questions phares sur la nature de «la nouvelle stratification sociale», l'existence ou non d' «une cohérence dans les repères politiques des citoyens en fonction de leur conscience de classe », «l'accumulation des richesses», la manière avec laquelle « se constituent les partis, les syndicats, les ONG, les journaux », la signification des concepts « classe ouvrière, bourgeoisie, classes moyennes » ou encore la religion, le religiosité, la gauche, l'extrême gauche… l'excès du pluralisme politique, le mouvement national, la Koutla démocratique, les alliances, l'union de la gauche, « être socialiste aujourd'hui », et quid des intellectuels, des élites et de la société civile »….
Autant de questions auxquelles des réponses sereines et objectives contribueraient à une meilleure construction des valeurs d'hier, aujourd'hui laissées de côté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.