Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc-Espagne : Ce que pensent les intellectuels hispanophones marocains de la visite de Rajoy
Publié dans Albayane le 18 - 01 - 2012

La visite qu'effectue, mercredi au Maroc, Mariano Rajoy, dans son premier déplacement à l'étranger en tant que président du gouvernement espagnol, suscite un intérêt singulier dans les milieux politiques et d'observateurs qui s'intéressent au suivi des relations maroco-espagnoles. Les raisons abondent. Toutefois, les intellectuels hispanophones marocains ont une vision particulière des rapports entre les deux Etats voisins eu égard à leur profonde connaissance des conflits bilatéraux et des regards croisés entre les sociétés civiles dans les deux pays.
Leurs opinions sont marquées par un scepticisme mesuré et dégagent des attitudes prudentes quant aux objectifs auxquels aspirent les responsables dans les deux gouvernements. L'accumulation des différents entre l'Etat marocain et la coupole du Parti Populaire, alors dans l'opposition, pèse fortement dans l'expression des opinions de ces intellectuels. Voici un échantillon de ces points de vue :
Abdellah Ennour, Président du Centre Marocain d'Etudes Hispaniques (C.M.E.H) :
«Intensifier la coopération
géostratégique et sécuritaire
entre les deux pays»
Logiquement, cette visite ne va pas apporter du nouveau. Elle s'inscrit dans une tradition instaurée depuis le premier gouvernement socialiste de Felipe Gonzales de 1982 et qui veut que le premier voyage officiel à l'étranger effectué par le nouveau président du gouvernement espagnol soit réservé au Maroc. Toutefois, cette visite du président Mariano Rajoy au Maroc porte un message selon lequel le gouvernement actuel de Madrid veut donner l'impression qu'il opte pour le statu quo pour ne pas aggraver la vision négative qu'ont les Marocains du Parti Populaire et de sa politique envers les intérêts du Maroc.
Il paraît aussi et comme le montre le profil des membres du cabinet du Président Rajoy, notamment ceux chargés de la projection extérieure de l'Espagne et leurs déclarations, que le Maroc ne constitue plus une priorité de la politique extérieure de leur pays.
D'abord, l'intérêt espagnol est accordé à l'environnement européen, seul espace géographique susceptible de résoudre les problèmes liés à la crise économique et financière que traverse le pays. Ensuite, il y a une considération géopolitique qui impose le retour à l'Amérique Latine qui compte les pays les plus intéressants au niveau de la dynamique économique mondiale. Face à cette situation, l'actuel gouvernement marocain doit adapter sa politique espagnole et s'assigner ainsi de nouveaux objectifs prioritaires.
D'abord, il est indispensable d'intensifier la coopération géostratégique et sécuritaire entre les deux pays. Ensuite, les deux capitales sont appelées à redynamiser la coopération économique hispano-marocaine, notamment au niveau de ses aspects humain et technologique.
Le Maroc est aussi invité à revoir, à travers des nouveaux accords bilatéraux, sa politique d'immigration en Espagne.
La communauté marocaine installée dans ce pays et qui compte environ un million de personnes, et dont la constitution espagnole (articles 13-1 et 23) lui accorde actuellement un statut ainsi que la nouvelle constitution marocaine (article 30) qui lui prévoit une nouvelle fonction, qui est celle de participer activement à la vie politique espagnole locale à travers la participation aux élections.
Dans cette nouvelle perspective de réciprocité, le vote des marocains résidents en Espagne va constituer un premier pas vers le basculement du Maroc d'un sujet d'enchères et de spéculation de politique intérieure à un thème de participation dans la préparation de l'avenir politique et économique.
Cependant, les conditions de réussite de cette démarche exigent un nouvel encadrement associatif de l'émigration marocaine en Espagne. Aussi une nouvelle pratique consulaire marocaine plus communicative et plus compréhensive des aspirations des Marocains de la nouvelle constitution s'impose aussi.
Par ailleurs, Rajoy ne manquera pas d'évoquer avec ses interlocuteurs marocains la question de la pêche dont le rejet du parlement européen de l'accord signé avec le Maroc a courroucé les marocains et les milieux de la pêche maritime espagnols.
Il va sans dire que cette question est directement liée au conflit du Sahara sur lequel Rajoy devrait donner aux Marocains des précisions sur la position de son gouvernement à l'égard de ce dossier.
Haddou Argaz Atta, activiste social
et d'amazighité à Madrid:
«Ce déplacement a une connotation économique»
La visite de Rajoy entre dans le cadre des visites traditionnelles des chefs de gouvernements espagnols nouvellement élus depuis le premier mandat du socialiste Felipe Gonzalez. Toutefois, ce déplacement a une connotation économique qui profite aux intérêts de l'Espagne. Ce qui est certain est que le peuple marocain n'en tirera aucun profit.
D'autant plus, depuis la non rénovation de l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union Européenne, affectant particulièrement la flotte halieutique d'Espagne, le gouvernement de Madrid et son président ne cessent de multiplier les démarches en vue de permettre le retour des chalutiers espagnols dans les eaux marocaines dans l'objectif de combattre le chômage qui touche l'ensemble des secteurs du pays. De même, les autorités espagnoles s'appuient sur le Maroc dans le contrôle des flux migratoires et la lutte contre le terrorisme international. A travers cette visite, Rajoy compte transmettre son soutien au nouveau gouvernement du Maroc, récemment nommé, ainsi qu'aux nouvelles réformes mises en marche depuis le début des mouvements sociaux et des manifestations du Mouvement 20 Février. Grosso modo, il s'agit d'une visite à caractère économique et commercial.
El Hassane Arabi, président
de l'Association de Solidarité
pour l'Intégration socioprofessionnelle
de l'Immigré (ASISI) et universitaire:
«La décision de Rajoy de se rendre au Maroc doit être appréciée»
Se rendre en visite au Maroc après son investiture comme président de gouvernement est une tradition inaugurée par Felipe Gonzalez, y compris José Maria Aznar l'avait effectuée en dépit des difficultés qu'ont connues les relations bilatérales durant son mandat. Le Maroc se considère pour l'Espagne un voisin incontournable et les hommes politiques espagnols sont parfaitement conscients que sa stabilité est primordiale.
La décision de Rajoy de se rendre au Maroc doit être appréciée et nous devons par conséquent la qualifier comme un geste de courtoisie de la part de nos voisins espagnols qui pourraient bien choisir autres destinations tels l'Allemagne ou les Etats Unis, pour ne citer que ces deux pays qui nous surclassent quant aux intérêts que l'Espagne partagent avec eux.
Les gestes comptent aussi dans les relations internationales parce que c'est à partir d'eux que nous pouvons connaître le degré d'appréciation que nous méritons de la part de nos voisins.
Il suffit seulement de nous demander comment vont-ils accueillir nos voisins de l'est ce geste qui fait du Maroc la Mecque des dirigeants espagnols.
En tout cas, ce type de visites devient nécessaire pour renforcer les relations bilatérales dans les domaines.
Mohamed El Medkouri, professeur
à l'Université Autonome de Madrid :
«Le Maroc demeure un pays
important pour l'Espagne»
La visite revêt une grande importance dans les relations bilatérales et intervient particulièrement pour éliminer les craintes qu'a suscitées le nouveau gouvernement d'Espagne.
Il existe de nombreux problèmes épineux qui influent sur le cours normal de ces relations. Il est certain que la remise en marche des canaux d'une communication fluide contribuera à gérer ce type de problèmes.
En tout cas, le Maroc demeure un pays important pour l'Espagne en témoigne la place qu'il occupe souvent beaucoup plus dans son agenda intérieur que celui de sa politique extérieure. Comme l'Espagne assume un grand rôle dans les politiques du Sud de la Méditerranée, le voisinage et le complexe réseau d'intérêts invitent expressément à raffermir les relations d'entente et les canaux de dialogue. L'échange de visites, durant les deux dernières semaines, démontre ainsi que les deux pays sont en permanent contact entre eux.
Nous souhaitons que cet intérêt politique ait une répercussion sur le rapprochement entre les sociétés et acteurs civils, qui paraissent de plus en plus éloignés les uns des autres.
Mohamed Lemrini Ouahhabi, professeur
à l'Université Européenne de Madrid :
«Rajoy a pris une sage décision
en se rendant au Maroc»
Les relations maroco-espagnoles ont toujours été difficiles et compliquées et ceci varie selon les périodes. Rajoy a pris une sage décision en se rendant au Maroc dans sa première visite officielle à l'extérieur. Toutefois l'absence totale de l'expérience des chefs de la diplomatie des deux pays inquiète tout observateur.
Au Maroc, c'est le numéro deux du Parti Justice et Développement (PJD) qui est le chef de diplomatie alors qu'en Espagne, Rajoy a opté pour un ami qui est compétent mais dans les domaines législatif et économico-financier. Néanmoins, il faut prendre en considération le fait que Rajoy se rend au Maroc deux jours seulement après avoir accueilli à Madrid le président français Sarkozy, et que les écueils des relations ne pourront être résolus, comme toujours, que par les souverains Mohammed VI et Juan Carlos 1 er roi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.