Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    Risque de licenciement pour Yatim    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    Atlantic Dialogues. Le populisme au cœur du débat    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    «My mina», une création d'Amina Bedraoui Idrissi    So Art Gallery Casablanca expose des palettes africaines    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    Un «Pacte mondial d'avenir»    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés        Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    France.. De nouveaux reports pour les matchs de Ligue 1    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Programme d'urgence de l'éducation nationale : Beaucoup d'argent, peu de résultats    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    News    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Baisse de 38% du taux de mortalité infantile en sept ans    Divers    Divers Economie    Pedro Sanchez accuse les séparatistes catalans de mentir comme les Brexiters    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    Haïti réitère son respect de l'intégrité territoriale du Maroc et de sa souveraineté sur ses provinces sahariennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saadia Wadah, juriste et militante : Des obstacles persistent au niveau du système judiciaire
Publié dans Albayane le 27 - 03 - 2012

La mise en application de la Moudawana a mis en évidence plusieurs lacunes et dysfonctionnements au niveau de la pratique, a fait savoir Saadia waddah, juriste et militante des droits des femmes. La juriste a soulevé, de prime abord, les obstacles au niveau du fonctionnement du système judicaire lui-même qui n'est pas en phase avec l'avancement et la modernisation du Code de la famille.
Pour elle, si le bilan de l'application du code de la famille a fait émergé la recrudescence du recours au divorce à l'amiable, cela prouve la maturité acquise par les couples et leur option pour le dialogue et les négociations au lieu du conflit.
N'empêche, la hausse du niveau du nombre de divorces consensuels requiert aussi une autre lecture, souligne la juriste. « Les couples recourent à cette forme de divorce parce que le tribunal ne leur rend pas justice ».
La difficulté émane d'abord de l'impossibilité, parfois, à connaître la réalité des revenus de l'époux. « Dans ce cas de figure, on a eu plusieurs fois affaire à des déclarations fausses sur le revenu du mari. Ce qui ne permet pas aux femmes d'avoir accès à leurs droits », justifie Mme Wadah.
Le problème est surtout posé pour les époux exerçant des métiers libéraux à qui les tribunaux réclament des attestations d'honneur qui constituent la preuve de leurs ressources.
Quand au mariage des mineures, Saadia waddah estime que la loi devrait statuer définitivement sur l'âge du mariage. Car, précise-t-elle, le code de la famille actuel donne au juge le pouvoir d'appréciation.
L'absence d'un système unifié, pour l'estimation des indemnités, constitue également un hic majeur. «Le ministère de tutelle doit normalement faire appel à des experts pour mettre en place un barème clair pour la détermination des indemnités de divorce avec des indicateurs précis, notamment la période du mariage, le revenu, etc».
Saadia wadah met aussi l'accent sur un autre écueil de taille qui entrave l'exercice judiciaire. Cela concerne l'absence des moyens logistiques des tribunaux. Un déficit qui cause un retard énorme dans le jugement des dossiers. « C'est le cas par exemple du tribunal d'appel de Casablanca. Les dossiers traités début octobre sont reportés à janvier de l'année suivante», selon la juriste. Cette situation n'est pas sans conséquence sur la situation des femmes et des enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.