La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous avons eu le courage de nous approprier les dossiers brûlants relatifs aux réformes
Nabil Benabdallah à l'émission «Moubacharatane Maakoum» sur 2M
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2015

L'émission hebdomadaire «Moubacharatane Maakoum», animée par notre confrère Djamaa Goulahcen, avait convié pour sa dernière édition, des leaders politiques de la majorité et de l'opposition. Le thème de cette édition se rapportait aux chantiers que l'exécutif compte entamer, au cours de la dernière année de son mandat. Mohamed Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS était de la partie, dans ce débat auquel prenaient part également ses homologues du PAM et de l'UC, ainsi que Mustafa ElKhalfi, ministre de la communication, au nom du PJD.
«Lorsque le PPS, en sa qualité de parti socialiste de gauche, avait choisi de rallier le gouvernement en 2011, il l'avait fait en toute conviction et assume, aujourd'hui, pleinement ce choix qui était, faut-il le rappeler rude et crucial. Il nous appartient, actuellement, de défendre le bilan du gouvernement qui est aussi le nôtre et il est hors de question de mettre un pied dedans et l'autre dehors. Cette approche relève des principes et des vertus de notre parti, auxquelles nous n'avons jamais failli», souligne le secrétaire général du PPS, tout en précisant que, durant cette investiture, il n'y a eu jamais d'atteinte aux acquis du peuple et de la nation, aux plans des libertés, de réalisations économiques et sociales...
S'agissant d'une question qui a trait à la cohérence des composantes de la majorité, Nabil Benabdallah rétorque qu'il est plutôt plus judicieux de se focaliser sur les grands chantiers du développement. Il importe beaucoup plus d'institutionnaliser, de démocratiser et de réformer, dans la synergie et la solidarité, au lieu de s'égarer dans les incidents de chemin, qui peuvent se produire, de temps à autre, sans effet majeur sur les engagements pris au départ. Dans le même sens, le leader du PPS déplore que, pendant tout le parcours de l'actuel gouvernement, on n'a jamais cessé de tenter de le déstabiliser et de le désarçonner, en cours de route, à travers des pratiques de contrôle et d'exclusion de l'autre, qu'on traine, d'ailleurs, depuis belle lurette. Cependant, poursuit-il, la détermination a constamment prévalu sur les coups bas, en dépit des contraintes et des entraves. Il est donc question de poursuivre la cadence des réformes, au niveau de la mise en avant des grandes stratégies d'expansion, de l'activation de la dynamique industrielle, du soutien du pouvoir d'achat des populations, de la croissance soutenue et régulière du PIB...
Pour ce qui est de la réforme des retraites, on est tout à fait conscient de son urgence, indique Nabil Benabdallah, puisque, plus elle s'attarde, plus elle dévient ingérable. Toutefois, la résolution de cette problématique épineuse nécessite une démarche globale, basée sur l'élargissement pérenne de l'assiette des contributeurs, en projetant deux caisses distinctes, une pour le public et l'autre pour le privé. Il est donc impératif de trouver des solutions dans l'immédiat, sans, pour autant, perdre de vue que l'éradication définitive de la crise réside dans la mise en œuvre d'une vision globalisante du problème.
Par ailleurs, le ministre de l'habitat et de la politique de la ville a mis en exergue le bilan positif du gouvernement en termes de performances dont le pays perçoit de visu l'impact, notamment dans les secteurs sociaux et les grands travaux, sous l'impulsion de S.M el Roi. Les résultats et les statistiques sont là pour illustrer toutes ces actions, en particulier celles qui touchent de près les citoyens : La baisse des tarifs des médicaments, l'élargissement des bénéficiaires de la couverture du RAMED, l'appui aux veuves, aux employés contraints au chômage, l'augmentation des bourses des étudiants et leur protection sociale, la mise en place des fonds de solidarité...etc Cette approche purement sociale est accompagnée pareillement par la politique des grands chantiers qui va bon train, dans nombre de domaines économiques et écologiques, enchaine-t-il, tout en ajoutant que ces prouesses, fruit de travail assidu et intelligent, nécessite encore d'autres réformes que le gouvernement mène avec la même ardeur. «Tout un chacun, muni d'un minimum de bon sens, ne peut que reconnaitre ce labeur de haut degré de rendement et d'efficacité !», révèle le secrétaire général du PPS
Nabil Benabdellah a affirmé que la réussite des prochaines élections législatives incombe à tous les intervenants et que leur préparation doit se faire dans un cadre de concertation. Il a indiqué que e tous les acteurs sont appelés à contribué au renforcement du rôle des partis politiques ainsi que la réhabilitation de l'action politique. Les Marocains, a-t-il ajouté, aspirent au sérieux et veulent une élite politique indépendante et souveraine et des partis politiques en compétition saine et démocratique qui respectent leurs alliances et leurs engagements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.