Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vie d'Adèle... la nymphomane, dans le jardin de l'ogre de Leila Slimani
Publié dans Albayane le 15 - 02 - 2016

Le clin d'œil à l'autre Adèle, celle du film d'Abdel Kechiche est plausible. En effet, au-delà de l'homonymie des personnages du roman de Leila Slimani, Dans le jardin de l'ogre et du film La vie d'Adèle du cinéaste franco-tunisien, il y a matière à mener un parallèle. D'abord au niveau des auteurs; nous sommes en présence de deux «beurs» qui ne mettent pas en scène d'autres beurs. Ni parlent de l'immigration.
Ensuite, ils s'attèlent à disséquer non pas l'extériorité des relations mais l'intériorité de deux personnages puisés dans lé géographie profonde de la France d'aujourd'hui. Abdel Kechiche cerne au plus près la passion amoureuse d'une lycéenne au point de placer sa caméra au cœur de son expérience amoureuse dans sa phase érotique la plus intime, exposant aux regards de longues séquences privée. Alors que Leila Slimani aborde la passion de son Adèle cette fois sous sa forme intime aussi mais dans une version physique, sexuelle au premier degré ; son héroïne étant une «toxicomane du sexe». Dans les deux œuvres enfin nous assistons à la mise en scène d'une construction (Adèle/Kechiche), et destruction (Adèle/Slimani) de sujets puisés dans une société dite moderne mais en proie à un malaise existentiel.
Un parallèle, en entrée, pour dire que le roman de Leila Slimani, son premier, est déjà un événement, littéraire certes il a reçu un formidable accueil public et critique, mais aussi culturel puisqu'il contribue à sa manière, en confrontant l'identité de l'auteur et l'identité du sujet, à dessiner la nouvelle configuration des rapports interculturels. Un exercice réussi d'altérité. Même si en fait, Adèle, l'héroïne de son récit n'est pas un modèle sociologique ; elle est davantage « un caractère ». Un profil psychologique qui transcendé les frontières culturelles pour s'inscrire dans une sorte d'archéologie de l'âme et du corps. Ou plutôt du cops et de l'âme. Slimani nous propose plus qu'un un portrait ; on sait qu'Adèle est journaliste, mariée à un médecin, Richard... qui n'est pas sans rappeler un Charles, nouveau style. Adèle, une Madame Bovary des temps modernes ? Sauf que, à la différence du romantisme maladif d'Emma, Adèle « ne pense qu'à ça ». Le sexe toujours et partout. Et avec tout le monde. Certes, elle aime Richard. Certes, elle aime Lucien...mais face à la présence d'un homme...elle passe à l'acte. Lors d'un dîner, dans la rue, au bureau ; dans un voyage de travail...C'est cru, parfois violent. Mais ce n'est pas du porno. Slimani gère bien le regard qui porte les descriptions.
Car, il ne s'agit pas d'être dupe. On n'est pas dans le réalisme ; encore moins le naturalisme dont se réclame Much loved. Le style de Slimani est moderne, il laisse une large part à l'ambiguïté. La ligne de démarcation est ténue entre le réel du personnage et ses fantasmes. Je penche d'ailleurs davantage pour cette lecture, Dans le jardin de l'ogre est le récit de fantasme d'une femme sous influence. Je me réfère à la scène du train quand Adèle voyage seul pour assister aux funérailles de son père...et commence à fantasmer sur son corps dans un récit qui reste en suspens entre l'imagination et le rêve éveillé ou un souvenir enfoui...Cette inflation de sexualité débridée se laisse d'ailleurs lire sur un registre métaphorique comme une radioscopie des sociétés contemporaines où le sujet est condamné à un vide qu'il cherche à combler par l'excès de consumérisme.
Pour approcher Adèle, la scène fondatrice est un souvenir d'enfance avec une scène (page 124) portée par une démarche d'intertextualité avec la découverte précoce du livre de Kundera, L'insoutenable légèreté de l'être qui ouvre à la jeune femme les voies de l'érotisme romancée. Des flashbacks qui offrent des indications narratives mais tracent des pistes pour expliquer et pourquoi pas excuser...et finalement sympathiser avec Adèle. Dans cette fouille, émerge la figure du père dont Adèle était proche. Elle est la fille d'une synthèse qui s'est faite par l'effacement d'un élément de l'équation. Kader a suivi Simone en effaçant son identité. A sa mort, Adèle d'ailleurs reprocher à sa mère l'incinération du corps « ce n'est pas peut être une pratique courante chez les m... », le mot ne sera pas prononcé car Slimani veille à neutraliser tout ancrage culturaliste de son récit.
Je préfère parler de récit car on n'est pas dans la densité d'un roman, style XIXème siècle avec sa foule de personnages, des intrigues enchevêtrées...Ici, l'intrigue est réduite au minimum. On reste focalisé sur Adèle. La structure permet un autre parallèle avec le cinéma. Dans le jardin de l'ogre, avec son minimalisme, s'apparente à une esthétique nouvelle vague, écriture transparente, limpide...un dispositif narratif aux antipodes du récit hyper chargé de Hollywood. Le récit de Slimani progresse en multipliant des micro-séquences. C'est très découpé, comme on dit dans le langage du montage cinématographique. Ce qui lui donne du rythme, un dynamisme... et in fine un récit qui se lit d'un trait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.