Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Covid-19: le point sur la situation au Maroc jusqu'à jeudi à 18h00    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Adieu Si Fadel    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'arbre fruitier de l'université Ibn Zohr d'Agadir!
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2017

Depuis quelques temps, l'Université Ibn Zohr d'Agadir qui renferme presque la moitié des régions du royaume, issues du nouveau découpage administratif relatif à la régionalisation avancée, soit un flux de plus de120 000 étudiants, toutes communautés et cultures confondues, fait sensation.
Une quintessence de taille dont l'assouvissement des attentes formulées n'est pas à la portée de tout le monde. En l'espace de quelques années, pas aussi nombreuses que les doigts de la main, cette institution, à multiples spécialités dont la faculté de médecine et de pharmacie, ainsi que le CHU viendrait incessamment, compléter une panoplie de joyaux infrastructurels, et est en passe de se constituer en un réel creuset d'apprentissage et de formation tous azimuts.
Cette prouesse fastueuse qui force l'admiration, aussi bien dans le secteur que parmi les divers partenaires de la région, du pays voire de l'outre mer, n'est plus un secret pour personne. Uneréférence lustrée de labeur assidu, de civisme ardent, de gouvernance avérée et de volonté inépuisable, à l'image du Dr Omar Halli, un président qui s'active au sein d'une osmose synergique dont le répit est littéralement inconnu de ce cosmosidyllique. Entre autres, le pôle saisissant d'Ait Melloul s'érige en un modèle de persévérance, dans le sillage de cette impulsion phosphorescente, en plus d'une myriade d'ouvrages de construction, de novation et de consécration, à travers le vaste territoire de compétence de cet établissement universitaire, désormais hissé en véritable légende. Que dire de plus ? Ce serait, en fait, un euphémisme redondant que de s'évertuer à égrener tous ces exploits, après tant de reconnaissance élogieuse dont fait état une flopée d'observateurs de cette dynamique hors pair !
Oui mais, plus cet édifice ingénieux crève l'écran, plus les vils envieux crèvent de hargne, au point de se permette de se faire bassement «conforter» dans leur rage, par des plumitifs pervers. Un paradoxe des plus abjects ! Rudement hantés par la véhémence, ces renégats se paient le luxe de semer les balivernes de tout acabit, sans aucun effet sur l'audience largement enjouée par le vécu quotidien d'une université flamboyante. Le comble dans cette cet égarement du scribouillard qui suscite la dérision de tout un chacun, c'est, en effet, sa source exogène, alors que la totalité endogènene cesse de faire de dithyrambes à leur université florissante. Les quelques commanditaires de cette insanité dont l'un évoluant à l'EST d'Agadir en suspicion flagrante, ne peuvent que se mordre les doigts, au vu des succès constants, à la grande satisfaction des apprenants des régions du sud marocain, soit plus de la moitié de la superficie du pays.
«C'est bien l'arbre fécond qui est toujours victime de déprédation !», dit l'adage de chez nous. C'est ce qui se passe à l'arbre de l'université d'Agadir dont la floraison gêne les récalcitrants voués perpétuellement à l'ironie!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.