Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du poison dans les assiettes
Publié dans Albayane le 21 - 07 - 2017

La malbouffe est un sujet vraiment pertinent, mais qui ne retient que très peu l'attention des Marocains. Etant donné les nombreux problèmes de santé induits par ce mode alimentaire malsain, le 21 juillet a été consacré Journée mondiale de la malbouffe.L'objectif étant de rappeler l'ampleur des problèmes de santé que cause au Maroc la malbouffe.
Le terme malbouffe a été inventé par le scientifique français Joël de Rosnay en 1979 pour décrire une alimentation inadéquate et trop grasse. En d'autres termes, il s'agit de produits alimentaires dangereux pour la santé des individus. De nos jours, quand on parle de malbouffe, c'est pour désigner la nourriture jugée mauvaise sur le plan diététique en raison, notamment de sa faible valeur nutritive et de sa forte teneur en graisses, en sel ou en sucres. Les hamburgers, les hot-dogs, les frites, les chips, les sodas en sont des archétypes.
Il s'agit le plus souvent de produits transformés susceptibles de favoriser l'obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers, des dépressions…
Nous vivons dans une société où tout va vite. Le manque de temps représente un obstacle de taille.Il est loin le temps où les ménagères consacraient des heures pour la préparation du repas familial, les enfants venaient de l'école à midi, le père quittait son travail lui aussi pour aller déjeuner chez lui en famille...
Aujourd'hui, de tels clichés ne sont que des souvenirs. C'est du passé.Les femmes, longtemps confinées dans la cuisine, sont aujourd'hui plus nombreuses à exercer une activité professionnelle. Et c'est tout naturellement que la restauration rapide soit la solution.Une donnée qu'ont bien intégrée les commerçants, les snacks, fast-foods, les grandes surfaces...
La restauration rapide envahit chaque jour un peu plus nos rues, nos boulevards, nos quartiers des plus chics au plus modestes .On trouve de tout : pizzas, hamburgers, paninis, sandwichs, frites, sauces, mssamen, Harcha, Harira...
Pour beaucoup, ce sont des sandwichs composés de pain, de thon et de sauce piquante (Harissa). Pour d'autres, c'est du pain, du Kacher ou alors une boite de sardine et un verre de thé sucré, et le tour est joué.On avale en 5 minutes ce que l'on nous sert sans réellement savoir qui prépare ces repas, le mode de transport, la conservation, les étapes de la préparation, les ustensiles…On n'a pas le temps de penser à tout cela, ce qui compte c'est de se remplir vite la panse et de retourner au boulot car la pause déjeuner c'est 30 minutes dans bien des établissements.Dans ces conditions, la restauration rapide semble la solution, mais cette tendance n'est pas sans conséquences sur le poids et d'une façon plus générale, sur la santé des individus, car qui dit restauration rapide fait allusion à la malbouffe.
En effet, force est de reconnaître que les fastfoods sont très souvent associés à la malbouffe, à une mauvaise alimentation. Il suffit de se pointer à 9 H ou 10 H du matin devant un snack et d'observer attentivement ce qui se passe : les viandes et viande hachée et autres saucisses arrivent dans des sachets en plastique, le poulet dans des couffins, aucune mesure d'hygiène n'est observée, la chaine de froid, c'est une notion inconnue.
Au mépris des besoins diététiques, différents par rapport à l'âge et à l'activité des personnes, la nourriture des fastfoods est composée des mêmes ingrédients : hamburger et frites.Ce qui compte, c'est de laisser la place à celui qui attend, de passer à la caisse.
Comme on peut le constater, le fast-food a une mauvaise image mais connaît un véritable succès, c'est un paradoxe, mais force est de constater que chez nous le fast-food est aujourd'hui un style de vie : celui des gens pressés, qui ne peuvent pas se permettre de perdre du temps. C'est ce qui explique l'explosion des fastfoods.
Les effets de la malbouffe
Depuis une vingtaine d'années, l'obésité est devenue un problème majeur de santé publique, touchant près de 500 millions d'individus dans le monde. Elevée au rang d'épidémie, la maladie n'épargne pas le Maroc où le nombre d'individus en surpoids et les obèses connaît une courbe exponentielle. Les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires chroniques et le diabète sont à l'origine de 35 millions de décès par an (60% du total des décès) et montent en flèche dans les pays en développement. Or, les mauvaises habitudes alimentaires sont une cause majeure de plusieurs de ces maladies.
Le surpoids pendant l'enfance est associé non seulement à un risque accru d'obésité et de maladies non transmissibles à l'âge adulte, mais aussi à des problèmes de santé immédiats, comme L'hypertension et l'insulino-résistance.
La dernière enquête réalisée par le ministère de la Santé sur l'obésité au Maroc a montré que 13,3% des Marocains sont obèses. Cette prévalence est de 19,1% chez les femmes et 7,3% chez les hommes. Par ailleurs, 26% présentent un surpoids, soit au total 39,3% de Marocains qui ont un poids supérieur à la normale. Répartis entre 28,7% chez la femme et 23,3%, ces chiffres sont à revoir à la hausse car cette étude a été réalisée en l'an 2000. Les femmes sont plus touchées que les hommes et les urbains plus que les ruraux. La fréquence de l'obésité et du surpoids, au Maroc, a connu une évolution très significative depuis quelques années.
Le problème de la malbouffe est pluriel. Il faut donc l'aborder sous plusieurs angles et faire intervenir tous les acteurs (famille, école, associations de défense des droits des consommateurs, ministère la santé, professionnels de santé, médias) afin qu'ils puissent interagir pour démontrer les risques pour la santé de la mauvaise alimentation ou malbouffe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.