Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'approche anglo-saxonne gagne du terrain
Publié dans Albayane le 07 - 09 - 2017

Permettre à l'enfant de faire son apprentissage du monde dans des classes équipées d'Internet avec des tableaux interactifs, des tablettes et des ordinateurs pour chacun, c'est le must en matière d'enseignement privé aujourd'hui.
Les établissements du genre foisonnent au Maroc et connaissent une affluence non-négligeable, gagnant progressivement en reconnaissance chez les parents. En ce sens, le modèle éducatif anglo-saxon reste l'un des pionniers. Il décroche haut la main ses galons de mode d'éducation performant et adéquat aux besoins de la jeune génération, laquelle doit baigner dans les technologies et s'imprégner de l'anglais, ce langage universel et nécessaire pour performer dans le monde de demain.
A Casablanca, c'est précisément ce que proposent quelques établissements qui se positionnent en locomotive du secteur privé en matière de programmes éducatifs. L'exemple que cette niche est porteuse nous vient de la fraîchement inaugurée «London Academy», une «Smart School» nouvelle génération qui vient d'ouvrir ses portes à Bouskoura, à proximité de Bouskoura Green City et du hub technologique Casa Nearshore.
L'établissement mise sur un corps professoral anglophone (les professeurs étant en majorité natifs du Royaume-Uni), pour une meilleure transmission linguistique. Il propose un enseignement trilingue inculqué à l'enfant à un tendre âge. Le cursus marocain y est renforcé par le programme britannique et celui du Baccalauréat international (IB). En symbiose avec les exigences du temps, la London Academy met en avant un modèle éducatif qui se base sur les nouvelles technologies. L'objectif n'est pas de faire des enfants des consommateurs passifs mais de véritables producteurs de contenus, qui sauront faire preuve d'innovation et de créativité pour concevoir, développer et utiliser des savoirs et des savoir-faire à l'aide de la technologie.
Le meneur de ce projet n'est autre que Samir Benmakhlouf, le précédent Directeur Général de Microsoft Maroc. De la nécessité du savoir-faire technologique pour accéder au marché du travail et être compétitif dans le monde du futur, il en sait quelque chose. Le directeur compte même intégrer certains jeux comme le célébrissime «Minecraft» dans l'éducation des plus jeunes. De la crèche à la terminale, les élèves verront leurs savoirs et compétences – hard et soft skills – renforcés par le biais d'un enseignement des langues et d'un apprentissage mixte, dit Blended Learning, qui mêle l'utilisation conjointe du «eLearning», avec des centaines de cours en ligne, et du mode classique d'apprentissage présentiel.
Arabe, Français et Anglais, puis au niveau secondaire Chinois, Allemand, Espagnol et Latin, sont proposés aux élèves suivant cette méthode.Le cœur du projet éducatif de la London Academy Casablanca se base en outre sur la philosophie «STEAM», qui intègre la science, la technologie, l'ingénierie, les arts et les mathématiques, cinq disciplines essentielles pour assurer l'avenir des élèves.
«Chaque enfant a un rythme d'apprentissage qui lui est propre, d'où la nécessité d'évaluer séparément les compétences et d'accorder à chacun le maximum d'attention qui puisse être», explique ainsi Benmakhlouf le choix de limiter le nombre d'élèves à 20 par classe, et à 1300 admis pour l'établissement qui a été autorisé par le Ministère de l'Education Nationale à en accueillir 1680.
En plus de l'accès aux derniers outils digitaux, la London Academy Casablanca a conçu un emploi du temps moderne axé sur l'ouverture des enfants au monde. Donner ainsi l'occasion aux élèves d'explorer davantage leurs personnalités et leurs goûts pour la découverte de soi et des autres est, en somme, une expérience éducative assez originale et digne d'être encouragée. Cependant, même si l'inscription à ce genre d'établissements reste relativement coûteuse, les moyens qui y sont investis étant à la pointe et le corps professoral étranger, l'affluence est au rendez-vous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.