Le gouvernement examine les projets de loi sur la réforme du système de santé    Révision des listes électorales : Le dépôt des demandes d'inscription ouvert jusqu'à fin décembre    La revue de presse du vendredi 2 décembre    Maroc-Espagne : signature d'une convention de coopération relative au projet d'appui à la consolidation des Centres techniques industriels    CTM améliore son CA consolidé de 17,1%    Carburant : baisse significative du prix du gasoil    Du Ramed à l'Amo : un basculement délicat    Maroc-Allemagne : signature d'un avenant à la convention relative aux financements des mécanismes de garantie    Jamal El Karkouri, un architecte et designer qui brille    Remises migratoires : une hausse de 5% en 2022 (Banque mondiale)    John Herdman analyse la victoire des Lions de l'Atlas    Mondial 2022 / Dernière journée de la phase de poules : Le Ghana, fort probable. Le Cameroun, peu de chance!    Mondial 2022 / Lu sur Twitter / l'image du jour : Nasser Bourita Ministre des Affaires étrangères qui siffle pendant les possessionsI de balle du Canada'    Mondial 2022 / Arbitrage : Les Allemands crient au scandale!    Lions de l'Atlas : Point presse de Regragui et Hakimi après la qualification en 8ès    «Traces de lumière» de l'artiste maroco- italien Abdelkader Meskar à Rabat    «Star Stars in The Place» fait son grand retour à Marrakech    Promotion du patrimoine muséographique : Les détails de la nouvelle convention entre la FNM et le ministère de la culture    WM Power ranking 2022 : Le Maroc 10è meilleure équipe au monde    Coupe du Monde 2022: 63% des Marocains regarderont les matchs (enquête)    Mondial 2022. Les Lions de l'Atlas face aux Matadors espagnols en 1/8è    Météo: les prévisions du vendredi 2 décembre    Mort d'un homme en garde à vue : les précisions qui font taire définitivement les rumeurs    L'ouverture d'un consulat à Dakhla renforce les relations entre Guatemala et Rabat    Décès de Yassine Chibli : le Procureur général du Roi dévoile les résultats de l'enquête    Mondial 2022 : l'Allemagne à terre, quitte la compétition    Le roi ordonne l'augmentation progressive de l'allocation mensuelle des imams    Le prince héritier de Dubaï félicite chaleureusement les Lions de l'Atlas après leur qualification en 8ème    Liberté de la presse : Mediapart obtient gain de cause auprès de la justice française    Covid-19/Maroc : 1.290 cas actifs à l'échelle nationale dont 7 cas admis en REA    15 morts et 27 blessés dans une attaque contre une école afghane    Le gouvernement déterminé à réussir le chantier de réforme du système national de santé    Palestine : Les USA s'engagent à rouvrir le consulat palestinien    Casablanca / Opéra Royal du Maroc : La métropole vibre au rythme du 1er Gala    Une nouvelle exposition de l'artiste Mahi Binebine    Le raï algérien désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Algérie: Un ancien ministre des travaux publics condamné à 12 ans de prison pour corruption    Espagne : Expulsé d'Allemagne, un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste    Révision annuelle des listes électorales générales: le délai d'inscription expire le 31 décembre    L'UGTM appelle le gouvernement à préserver la dignité des travailleurs    La République du Guatemala ouvre un consulat général à Dakhla    Rabat : L'Espace Rivages accueille une exposition du Maroco-italien Abdelkader Meskar    Mariages des mineures: Ouahbi promet d'interdire les autorisations judiciaires    Afrique du Sud : le scandale du cambriolage agite le sommet de l'Etat, l'argent sale mis en cause    Sidaction : coup d'envoi de la campagne 2022    Alerte météo : Fortes averses parfois orageuses et chutes de neige ces jeudi et vendredi    Patrimoine culturel immatériel : Le Royaume immunise ses trésors humains    A vos parapluies ; il va pleuvoir ce jeudi 1er décembre 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Corruption: des mesures concrètes pour éradiquer un mal endémique
Publié dans Albayane le 07 - 01 - 2018

«La corruption, c'est le manque de dignité, c'est l'absence de scrupule». Ces mots, tirés des «Amours sorcières» de Tahar Benjelloun (2003), résument tristement ce que beaucoup de Marocains considèrent comme le plus grand mal qui ronge leur pays: la corruption. Le mot seul jette un froid aussitôt qu'il est dit.
Le Maroc, qui célèbre samedi la Journée nationale de lutte contre la corruption, a fait de cette cause une condition sine qua non de son développement. Aussi, les gouvernements qui se sont succédé ces vingt dernières années n'ont eu d'autre choix que de reconnaître la gravité de ce fléau qui ralentit l'émergence économique du Royaume et ternit son image à l'international.
C'est ainsi que la lutte contre la corruption s'est hissée au rang de priorité absolue de la société marocaine dans son ensemble, alors que les avancées réalisées dans ce domaine sont déterminantes dans l'évaluation, aux yeux des électeurs, du succès ou de l'échec des mandats gouvernementaux et administratifs.
Ces orientations politiques ont été traduites par l'élaboration de programmes nationaux de lutte contre la corruption en 2005 et 2010, par la ratification de la Convention des Nations-Unies contre la corruption en 2007 et par un certain nombre de réformes juridiques et institutionnelles, outre le lancement de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption en 2016. Cette Stratégie, qui s'étale sur dix ans en trois étapes (2016-2017), (2017-2020) et (2020-2025), est la première du genre au Maroc. Elle vise, à l'horizon 2025, à inverser la tendance de manière visible et irréversible, renforcer la confiance des citoyens et améliorer l'intégrité des affaires et le positionnement du Royaume à l'international.
La mise en œuvre de cette Stratégie s'inscrit également dans la lignée des exigences de la Constitution de 2011, particulièrement de son Titre XII qui porte sur le renforcement du principe de la bonne gouvernance et l'obligation d'aligner les services publics sur les normes de transparence et de reddition des comptes et de responsabilité.
Par ailleurs, l'année 2017 a été marquée par la publication au Bulletin officiel, en novembre dernier, du décret relatif à la création de la Commission nationale de lutte contre la corruption et ce, conformément aux dispositions de la Constitution, notamment les chapitres 90 et 92.
Cette Commission est ainsi chargée de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption à travers la présentation de propositions et de programmes susceptibles de renforcer la transparence et de diffuser les valeurs de moralisation et de probité au sein des services publics.
Elle est composée des représentants des autorités gouvernementales, d'instances de gouvernance et d'institutions concernées, ainsi que d'ONG.
Ces mesures significatives viennent s'ajouter à la création de l'Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC), qui résulte directement de la ratification par le Maroc en 2007 de la Convention des Nations Unies contre la corruption.
En effet, l'article 6 de ladite Convention met à la charge des Etats Parties l'obligation de mettre en place un ou plusieurs organes chargés de prévenir la corruption. C'est en application des dispositions de cet article que fut créée l'Instance Centrale de Prévention de la Corruption par le décret n° 2-05-1228 (13 mars 2007).
L'Instance compte parmi ses missions de proposer au gouvernement les grandes orientations d'une politique de prévention de la corruption, notamment en matière de coopération entre le secteur public et le secteur privé pour lutter contre la corruption, donner aux autorités administratives des avis sur les mesures susceptibles d'être prises pour prévenir des faits de corruption et collecter toute information en relation avec le phénomène de la corruption et gérer la base de données y afférentes.
Outres ces mesures, les autorités ont mis en place d'autres mécanismes pratiques en vue de lutter contre la corruption, notamment le renvoi devant la justice des dossiers de corruption inclus dans les rapports de la Cour des comptes et de l'Inspection générale des finances et la facilitation des procédures administratives, notamment celles relatives à l'investissement et aux entreprises comme les impôts, la création des entreprises, le transfert de la propriété, le raccordement aux réseaux d'assainissement et d'électricité, la construction et le foncier.
Il y a lieu de citer également l'ouverture des concours de la fonction publique aux citoyens, en vue de mettre en œuvre le principe de la transparence, d'égalité des chances et de méritocratie, en vue d'empêcher toute tentative de corruption dans ce domaine.
Si l'éradication de ce fléau est encore loin d'être acquise, l'implication des acteurs politiques et civils est indéniable, car force est de constater qu'une mobilisation à tous les niveaux est indispensable pour venir à bout d'un phénomène qui coûte aux Etats des préjudices estimés entre 1.500 et 2.000 milliards de dollars annuellement, selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI) réalisé en mai 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.