L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    ZLECAF : les entreprises marocaines auront la possibilité d'importer des intrants à plus bas coût de différents pays africains    Coupe du Trône : Le SCCM, le RBM et le MAT en quarts de finale !    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Hakim Ziyech à la relance en Espagne ?    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    Rabat: terrible accident sur la route côtière    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Saisie de plus de 4 tonnes de chira à Asilah    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix Ibn Battouta, le voyage en littérature
Publié dans Albayane le 18 - 02 - 2018

Le programme culturel du Siel 2018 présente une grande variété d'événement. Parmi les plus en vue, les conférence et rencontres avec les lauréats des prix littéraire. Dans la salle Al Qods, le ministère de la culture et de la communication en partenariat avec le ce entre Arabe pour la Littérature et la Géograhie –Découverte des Horizons, a organisé une conférence sous le thème : Rencontre de l'Orient et de l‘Occident, à la découverte de soi et de l'autre.
Modérée par le critique Charafeddine Majdouline, cette conférence a rassemblé les gagnants du Prix Ibn Battouta des éditions jumelées de 2017 et 2018. Abdenbi Dakir, auteur de «Maroc Occident, Regards Croisés» et lauréat du prix dans la section études, estime que «c'est le début du chemin pour le projet ‘Découverte des Horizons', qui concerne ce g littéraire qu'est la littérature du voyage. Cette étude concerne l'image de l'autre dans notre espace culturelle mais aussi celle de soi dans le regard de cet autre, l'Occident dans un sens large. Les études précédentes traitant du sujet ne posaient que la question de l'image de l'autre dans notre regard. On peut citer le travail du français Jean Carré et de l'égyptien Ibrahim Loka sur l'image respective de la France et de l'Egypte. Ces travaux ne s'occupent pas de croiser les regards».
Autre lauréat du prix dans la catégorie création, Amir Alamry est égyptien, il est, entre autre, critique de cinéma de grande retrace un parcours de plus de trente ans entre pays arabes et occidentaux. Selon lui «ce livre est un témoignage personnel qui garde en vue des questionnements sur le Soi, l'Autre, les raisons de notre sous-développement, celle de l'évolution de l'occident. Mais aussi notre regard sur cet autre».
La catégorie traduction a été décernée au marocain Abderrahim Hazal, pour son travail sur l'œuvre de Régis Debré «L'étoile, la croix et le croissant, un candide en terre sainte». Donnant un bref aperçu sur son travail primé, Hazal explique «qu'il s'agit d'un récit de voyage du philosophe français relatant son périple savant dans le moyen orient avec un esprit ‘candide' en ce sens que son ignorance lui permet d'éviter les idées préconçues et de rechercher la vérité de cette région du globe».
Kamal Riahi, tunisien lauréat du prix section carnet de voyage, parle de son expérience douloureuse d'exile volontaire à Alger entre 2009 et 2010, fuyant le régime de son pays. «Mon texte tiens plus du journal intime que de l'écriture de voyage. Ironie de la situation, j'avais fui le régime d'un général pour me retrouver dans le pays des généraux ! C'est surréaliste ! Ce voyage n'en était pas un. Il représente le déchirement d'un père qui quitte sa famille pour lui permettre de vivre devant la menace du système Benali. C'est aussi une redécouverte de soi, de ses propre limites. La découverte de l'autre qui n'est en fait que soi même».
La conférence s'est terminée par l'intervention de Mohammed Naji El Omari qui a reçu le prix pour la traduction d'un récit de voyage d'un officier français C. Gonzague. «La particularité de ce texte, est qu'il a été écrit avec une touche littéraire qui ne correspond pas au profil de l'auteur sensé être militaire, carré et précis. Ce qui m'étonne est que ce dernier, en mission dans la région du Haouz, trouve le temps d'écrire ses observations de la région à une époque trouble de l'histoire du Maroc du début du XXe siècle. Ce texte est classé dans la littérature coloniale, classification que je réfute car il est écrit de manière personnelle voire subjective. Un regard de l'autre sur soi qui souvent coïncide avec notre propre représentation de nous mêmes».
Les prix décernés pour cette manifestation montrent toute l'importance de ce genre littéraire souvent sous-estimé par le monde de la littérature.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.