Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Le temps qu'il fera ce dimanche 23 janvier 2022    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Compteur coronavirus : 7 638 nouveaux cas et 31 décès en 24H    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eco-cité de Zenata: Le nouveau modèle de «cité»!
Publié dans Albayane le 14 - 05 - 2018

La SAZ, Société d'Aménagement Zenata, vient de signer une convention avec le groupe saoudien SGH (Saudi German Hospital) pour le développement du pôle santé de l'éco-cité de Zenata. Mais au-delà de cette convention, c'est toute la démarche de réalisation de ce projet qui se retrouve mise en valeur et un nouveau modèle de ville nouvelle qui est offert pour la conception des prochaines villes marocaines.
Le pôle santé d'une ville confiée à une société privée : c'est ce que vient de faire la Société d'Aménagement de Zenata. La filiale de la CDG, qui s'occupe depuis une dizaine d'années de développer l'éco-cité de Zenata, a donc conclu une convention avec Saudi German Hospital pour le développement du pôle santé de la ville nouvelle près de Casablanca. Aux termes de ce contrat, ce pôle se mettra en synergie avec les pôles éducation, commercial et logistique. L'offre intègre un hôpital de 300 lits, six blocs de spécialités, une offre complémentaire réunissant une université médicale, de la formation paramédicale, une tour médicale pour les cabinets des médecins libéraux, des résidences pour le personnel médical et les étudiants de l'université et une offre hôtelière.Cette convention fait suite à la livraison, en novembre dernier, d'un premier quartier résidentiel d'une superficie de 70 hectares. Cette première livraison comprend un parc central de 7 hectares, un parcours sportif doté d'équipements de proximité. Dans sa réalisation, ce quartier, tout comme l'ensemble du projet, intègre un urbanisme innovant avec un aménagement qui favorise la direction des vents.
Aussi, une première zone de développement de 800 ha (sur une surface totale de 1 830 ha pour tout le projet) a déjà été raccordée aux trois réseaux (eau, électricité et assainissement). S'ajoutent à cela l'échangeur autoroutier ainsi que les premières voiries urbaines opérationnels depuis juin 2015. La livraison de ce chantier est prévue pour l'été 2018. A cette même date, sera aussi achevée la voie ouest connectant le territoire du nord (zone balnéaire) au sud (zone autoroutière) sur plus de 3 km.
Cette convention s'inscrit dans la démarche adoptée depuis le début de ce projet par la SAZ, celle qui consiste en une approche intégrée de la ville.
Une nouvelle approche
Citée en exemple et considérée comme pouvant être exportée dans les pays africains, l'approche adoptée pour la création de cette ville rompt avec les expériences précédentes dans d'autres villes du Maroc. Cette démarche d'éco-conception s'est faite sur la base de deux approches. Une première approche, top-down, en partant des efforts consentis par l'Etat marocain en termes de politiques urbaine, énergétique,de transport, etc. Ces différentes politiques sont autant d'inputs à la réflexion autour de la ville de Zenata. Et une deuxième approche, bottom-up, en menant une réflexion avec les parties prenantes locales : autorités, société civile, associations, tissu entrepreneurial.Cette réflexion commune avec l'ensemble de ces partenaires locaux était nécessaire pour ne pas rater l'aspect social de la ville. L'enseignement essentiel à tirer de cette démarche est qu'une réflexion urbaine consiste, prioritairement, à mettre l'humain au centre de la réflexion. À partir de là,toute erreur qui survient dans le déroulement de ce projet reste d'une ampleur relativement peu importante.Le projet de Zenata ambitionne donc de créer une nouvelle centralité urbaine à même de répondre aux enjeux liés à l'émergence de la classe moyenne, notamment à travers le développement de services à forte valeur ajoutée.L'approche d'éco-conception inclusive et participative fait ainsi intervenir les gouvernances nationales et locales et mobilise l'ensemble des partenaires publics et privés mais aussi la société civile ».
Aujourd'hui, Zenata est considérée comme une des premières éco-cités africaines. Elle est aussi l'une des dernières réserves stratégiques d'ampleur pouvant résorber les déséquilibres socio-économiques entre l'est et l'ouest de la région du Grand Casablanca. Et la longue phase d'assainissement du territoire a été mise à profit pour peaufiner le concept. La planification minutieuse a permis avant de passer sereinement à la phase d'exécution d'une ville dynamique pour éviter le scénario de «cité dortoir». Et cette approche adoptée pour Zenata semble avoir pavé le chemin pour le développement de villes futures au Maroc, notamment à Mazagan où le Pôle Urbain de Mazagan (PUMA) marche dans les pas de Zenata.
Un nouveau modèle de ville
Première ressemblance avec le projet de Zenata, le pôle urbain de Mazagan est lui aussi porté par un groupe puissant, l'OCP. C'est à croire que les villes nouvelles et intégrées ne peuvent désormais réussir que lorsqu'elles sont portées des entreprises de grande envergure nationale. PUMA est le fruit de la vision du Groupe OCP et du ministère de l'économie et des finances. L'ambition commune est de faire de ce nouveau pôle urbain un modèle national de ville durable, éco-conçue et solidaire, capitalisant sur les forces vives de son territoire d'accueil. Le projet mobilise un budget de 5 milliards de dirhams (consacré à l'aménagement) et Puma s'étend sur une superficie de 1.300 hectares. Il comprend près de 200 hectares de voiries principales, 300 hectares d'espaces verts et plus de 600 hectares accueillant les différentes composantes du projet que sont la zone résidentielle, le pôle académique, l'espace de recherche et d'innovation, les équipements touristiques, culturels et sportifs, ainsi que les zones d'activités tertiaires. Le lancement de la phase de commercialisation de la tranche prioritaire (200 hectares) du Puma est prévu dès fin mars. In fine, le projet devrait accueillir, à l'horizon 2034, environ 134.000 habitants.
Développé selon les meilleurs standards internationaux de pôles urbains, PUMA sera construit dans sa globalité autour de quatre zones centrales définies comme des noyaux urbains, accueillant des équipements de proximité et offrant des environnements maîtrisables à pied. Cette ville de demain se déclinera en quatre éco-quartiers qui disposeront d'équipements et de services de proximité de même type, mais ayant chacune leur propre identité.La Centralité A sera davantage orientée vers la recherche, l'innovation et les infrastructures académiques. La B prendra place au cœur du pôle et assurera l'animation générale du site, autour d'un grand complexe commercial. Tout à côté de ce carrefour de rencontres, la Centralité C sera dédiée au bien-être et à la santé, avec l'implantation notoire de cliniques spécialisées. Le quatrième espace, lui, englobera notamment un parc des expositions (déjà opérationnel) ainsi que des commerces et hôtels en sus d'un Campus Mazagan.
Cette ville connectée, pionnière dans l'utilisation des nouvelles technologies au Maroc et parfaitement intégrée dans un territoire urbain et durable sera doté d'une infrastructure de connectivité de qualité, visant à favoriser les usages innovants via notamment la mise en place de services «smart».
Soumayya Douieb
L'erreur des villes sur opportunités foncières
La construction de villes nouvelles s'est définitivement éloignée de l'ancienne démarche qui s'est révélée être un fiasco. Explications de Mohamed Amine El Hajhouj, DG SAZ, extraites d'une intervention lors d'une conférence à Rabat, en avril 2016 : « Contrairement à l'éco-cité de Zenata, les deux villes nouvelles très connues au Maroc, Tamesna et Tamansourt, ont été bâties sur une opportunité foncière. Or, l'erreur à éviter à tout prix est de construire une ville nouvelle sur une opportunité foncière.En réalité, une ville nouvelle se positionne d'abord,de la manière la plus opportune, par rapport àsa position géographique. C'est une exigence essentielle dans la construction d'une ville nouvelle.
Sur les cinquante dernières années et selon un benchmark au niveau international, seuls 25% des territoires ouverts à l'urbanisation dans le monde sont considérés comme une réussite. Le reste,75% des territoires, a connu un échec. L'étude sur les raisons de ces échecs a débouché sur un changement dans la manière de réfléchir et de concevoir une ville.
Ainsi, la réflexion dans la conception d'une ville doit être systémique et doit intégrer toutes ses complexités ; elle ne doit pas être faite au fil de l'eau.La démarche systémique a été très importante dans le modèle adopté pour la réalisation de la ville de Zenata. Elle consiste à traiter tous les problèmes de la ville simultanément, et non les uns après les autres.L'approche d'éco-conception qu'a adoptée l'éco-citéde Zenata met l'étude urbanistique au centre de la réflexion. Mais avant de faire un plan urbain équilibré,il faut déterminer au préalable les composantes du paysage de cet espace urbain en identifiant son positionnement. Sera-t-il un territoire dédié à l'agriculture, à l'industrie, aux services, à l'habitat pur ? Ainsi, déterminer ce mix est primordial au développement de l'espace urbain».
Ecocity Label
Naturalité, proximité, optimisation, flexibilité, co-élaboration et diversité. Ce sont là les 6 principes fondateurs du référentiel Eco-cité Zenata, définissant les orientations pour la construction d'un environnement favorisant un cadre de vie de qualité. Ce référentiel a été labellisé durant la COP22 par Cerway (organisme de certification HQE). Zenata est aujourd'hui la première ville à avoir obtenu le label de performance «Ecocity Label» (ECL). Ce qui en fait un modèle pour les pays du Sud. L'Eco-cité Zenata offre une alternative urbaine aux générations actuelles et futures pour des opportunités socioéconomiques diverses et une qualité de vie améliorée. D'une superficie de 1.830 hectares, avec une façade maritime de près de 5,5 km, elle ambitionne de créer 100.000 emplois et d'accueillir 300.000 habitants conformément aux standards internationaux de développement durable.
Trois pôles d'activités
L'éco-citéZenata est structuré autour de trois pôles d'activités à forte valeur ajoutée.
En premier, il s'agit d'un campus universitaire international orienté vers les métiers d'avenir dans la santé, l'ingénierie et le commerce. Un protocole d'accord a été signé, dans ce sens, entre la Société d'aménagement Zenata et l'Ecole ingénierie des arts et métiers Paris Tech. L'objectif est de créer un campus «Industrie du futur» afin d'accompagner l'accélération industrielle en Afrique.
En second, vient le centre médical intégré qui comprend une unité de soins privée de quelque300 lits et une offre complémentaire constituée d'un centre de formation paramédical, de cabinets médicaux ainsi que de structures d'hébergement.
Enfin, le 3èmepôle concerne le centre commercial et de loisirs régional porté par un groupement d'investisseurs nationaux et internationaux, dont la 1ère phase a été marquée par l'ouverture du premier IKEA au Maroc, le deuxième du continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.