Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Publié dans Albayane le 28 - 05 - 2018

Dans la banlieue d'Agadir, plus précisément, à la commune rurale d'Aourir, à plus de dix kilomètres au nord, les constructions insalubres battent leur plein.
Qui est derrière cette anarchie qui ne cesse de proliférer à des rythmes soutenus ? Serait-ce l'œuvre des agents de l'autorité locale ou les membres de la commune ? Un contrôle ferme se devrait de se suivre, depuis le 20 février 2011, à nos jours, dans les différents quartiers et douars de cette zone prisée, afin de détecter à temps les édifices non autorisés dont certaines demeures achevées sont déjà dotées d'un compteur d'abonnement d'électricité, délivré sans fondement légal. On se demandera alors par quels moyens les permis d'habiter et les certificats de conformité ont été établis pour prétendre à cette opération louche. Un audit dûment diligenté auprès de l'agence de l'ONEE à Aourir permettra de dévoiler bien des surprises dans la contrefaçon des PH et des CC, au niveau des dossiers, en rapport avec les divers abonnements d'électricité domestique.
À cet effet, il semble que le nouveau responsable de l'agence en question aurait demandé avec insistance, sa mutation dans une autre agence. La direction régionale de ce service public est alors appelée à jeter toute la lumière sur cette situation, vivement pointée du doigt. En effet, toutes les constructions insalubres érigées sans aucune autorisation préalable, sans plan d'architecture ni plan technique d'étude de béton armé ni étude d'impact séismique, ont été quasiment recensées répertoriées et connues des autorités locales d'Aourir et de l'agence urbaine d'Agadir, en référence aux dossiers de la Caidat, de la division de l'urbanisme à la préfecture et les plans de restructuration et d'aménagement de l'agence urbaine, disposant des photos aériennes prises depuis février 2011, ainsi que les communes situées sur le littoral atlantique à savoir Aourir, Taghazout, Tamri et Imsouane.
On déplorera donc que les agents d'autorité, les établissements publics concernés et les élus de toutes ces contrées brillent par un laxisme exaspérant face à ces dépassements ! Dans ce sens, on ne peut passer sous silence, cette nonchalance qui marque la conduite du conseil communal d'Aourir, fortement nourri par des profits personnels illicites de concussion, même dans la gestion des bourses octroyées aux différentes associations. A ce propos, on se permet de remettre un bon communal d'une fourchette comprise entre 2000 et 4000 dhs aux présidents des associations qui, ayant bénéficié de ce bon communal à monnayer, devraient signer une décharge à blanc avec cachet. Plus de 160 000 dhs seraient ainsi » volatilisés » au détriment des associations.
D'autre part, on délivre les autorisations de clôturer en dur les terrains des particuliers bien « connus », en particulier en zone verte agricole, en estuaire face immédiat à la mer sur l'oued Tamrarht. Des abus sont donc constatés à l'œil nus, sous les yeux « complices » des agents de l'autorité, chargés de la surveillance. D'autant plus que ces irrégularités dénaturent l'évolution saine de cette région en termes d'urbanisation, à proximité mitoyenne du projet de la station balnéaire de Taghazout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.