Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Publié dans Albayane le 28 - 05 - 2018

Dans la banlieue d'Agadir, plus précisément, à la commune rurale d'Aourir, à plus de dix kilomètres au nord, les constructions insalubres battent leur plein.
Qui est derrière cette anarchie qui ne cesse de proliférer à des rythmes soutenus ? Serait-ce l'œuvre des agents de l'autorité locale ou les membres de la commune ? Un contrôle ferme se devrait de se suivre, depuis le 20 février 2011, à nos jours, dans les différents quartiers et douars de cette zone prisée, afin de détecter à temps les édifices non autorisés dont certaines demeures achevées sont déjà dotées d'un compteur d'abonnement d'électricité, délivré sans fondement légal. On se demandera alors par quels moyens les permis d'habiter et les certificats de conformité ont été établis pour prétendre à cette opération louche. Un audit dûment diligenté auprès de l'agence de l'ONEE à Aourir permettra de dévoiler bien des surprises dans la contrefaçon des PH et des CC, au niveau des dossiers, en rapport avec les divers abonnements d'électricité domestique.
À cet effet, il semble que le nouveau responsable de l'agence en question aurait demandé avec insistance, sa mutation dans une autre agence. La direction régionale de ce service public est alors appelée à jeter toute la lumière sur cette situation, vivement pointée du doigt. En effet, toutes les constructions insalubres érigées sans aucune autorisation préalable, sans plan d'architecture ni plan technique d'étude de béton armé ni étude d'impact séismique, ont été quasiment recensées répertoriées et connues des autorités locales d'Aourir et de l'agence urbaine d'Agadir, en référence aux dossiers de la Caidat, de la division de l'urbanisme à la préfecture et les plans de restructuration et d'aménagement de l'agence urbaine, disposant des photos aériennes prises depuis février 2011, ainsi que les communes situées sur le littoral atlantique à savoir Aourir, Taghazout, Tamri et Imsouane.
On déplorera donc que les agents d'autorité, les établissements publics concernés et les élus de toutes ces contrées brillent par un laxisme exaspérant face à ces dépassements ! Dans ce sens, on ne peut passer sous silence, cette nonchalance qui marque la conduite du conseil communal d'Aourir, fortement nourri par des profits personnels illicites de concussion, même dans la gestion des bourses octroyées aux différentes associations. A ce propos, on se permet de remettre un bon communal d'une fourchette comprise entre 2000 et 4000 dhs aux présidents des associations qui, ayant bénéficié de ce bon communal à monnayer, devraient signer une décharge à blanc avec cachet. Plus de 160 000 dhs seraient ainsi » volatilisés » au détriment des associations.
D'autre part, on délivre les autorisations de clôturer en dur les terrains des particuliers bien « connus », en particulier en zone verte agricole, en estuaire face immédiat à la mer sur l'oued Tamrarht. Des abus sont donc constatés à l'œil nus, sous les yeux « complices » des agents de l'autorité, chargés de la surveillance. D'autant plus que ces irrégularités dénaturent l'évolution saine de cette région en termes d'urbanisation, à proximité mitoyenne du projet de la station balnéaire de Taghazout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.