Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte continue…!
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2018

Le PPS a été créé pour être au service des masses populaires et c'est pour cette raison qu'il existe pour écouter les attentes des couches déshéritées. Les effets d'exclusion dont sont victimes les populations, en termes d'infrastructures et d'équipements publics de base, interpellent les partis politiques. Nombre de régions souffrent de dénuement et de privation, car, pendant longtemps, on a adopté la politique des rentes, des avantages et des préférences au profit de certains fortunés.
Certes, des efforts déployés pour la promotion de quelques zones, mais ce même effort n'a pas été consenti. Mais, il va falloir mettre un terme à ce comportement sectaire, au niveau de la gestion des affaires locales. Ces pratiques dépravantes ne peuvent donner que des résultats nuisibles dans une province en mal de gouvernance. Le combat pour le changement est ardu, face à de multiples résistances, menées par les fossoyeurs de la démocratie et de la justice.
Face à ces enjeux, il est à déplorer le fait qu'une partie de la classe politique dans notre pays s'ingénie à se lancer dans des débats stériles et des polémiques nocives, alors que les problèmes de notre peuple, à différents registres, persistent toujours. Sans démagogie ni populisme, il importe de prôner constamment une politique de réalisme et de pragmatisme. Cette conduite inféconde de la part de certaines entités partisanes ne fait que ternir l'image de l'action politique, puisqu'elle nuit davantage à la confiance que tout le monde devrait préserver au sein du peuple.
Il est donc loisible de s'abstenir de dénigrer ou médire qui que ce soit, mais de s'atteler, corps et âme, à réussir cette nouvelle expérience et, en conséquence, consolider et rehausser de plus belle, les réformes et les réalisations tous azimuts. Dans le même sens, il est important de mettre l'accent sur les avancées notoires de la nouvelle constitution, en matière de gouvernance, d'obligations et de droits.
La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien! Il convient beaucoup plus d'adhérer pleinement au processus de la réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé. Les grandes mutations, à la lumière de nouveaux dispositifs de la loi suprême, proviendraient, inéluctablement, des choix des élites aussi bien au niveau des instances locales que nationales.
Il est impératif également de s'intéresser aux peines des jeunes qui s'engouffrent dans le désespoir et le nihilisme. Il est vrai que nous traversons actuellement une étape cruciale, caractérisée par la conjoncture défavorable, secouée par la crise générale. Mais, faut-il croiser les bras et attendre que la délivrance tombe du ciel ? La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien ! Il va sans dire que l'effort devrait être porté aux problématiques ayant trait au processus de réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé...
Le PPS s'est battu, durant sept décennies, pour hisser la voix de la vérité, pour le droit à l'expression, pour la démocratisation contre l'exploitation et l'oppression... Il l'a fait dans les conditions de l'exil, de la torture, de l'incarcération, de l'extermination de nos anciens camarades, au moment où certaines zones lui étaient carrément interdites, quoique dans la légalité. Aujourd'hui, il continue à le faire, dans d'autres conditions, peut-être encore pires, face à la corruption, au blanchiment des fonds, de la dépravation... Sa lutte ne s'arrête guère, devant tous ces maux qui ne cessent de ronger la société et la tirer vers le bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.