ONCF : Le TGV entrera en service dès la fin de ce mois    SM le Roi nomme Driss Guerraoui président du Conseil de la Concurrence    Biographie de M. Driss Guerraoui, nouveau président du Conseil de la Concurrence    CAN 2019. Le Maroc composte son billet pour la phase finale    Pedro Sanchez attendu au Maroc    CAN 2019 : Le Maroc officiellement qualifié    Après 10 mois de prison, Tariq Ramadan sort de prison sous caution (Détails)    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Univers Digital inaugure son 2e magasin casablancais    Affaire Khashoggi : le rapport accablant de la CIA    Le Maroc et la Tunisie veulent synchroniser leurs politiques monétaires    La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019    Le 11ème Sommet extraordinaire sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine entame ses travaux    Pourquoi Bourita dérange    «Nous sommes arrivés très rapidement à la fin du processus»    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les performances comparées des 12 régions du Royaume    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte continue…!
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2018

Le PPS a été créé pour être au service des masses populaires et c'est pour cette raison qu'il existe pour écouter les attentes des couches déshéritées. Les effets d'exclusion dont sont victimes les populations, en termes d'infrastructures et d'équipements publics de base, interpellent les partis politiques. Nombre de régions souffrent de dénuement et de privation, car, pendant longtemps, on a adopté la politique des rentes, des avantages et des préférences au profit de certains fortunés.
Certes, des efforts déployés pour la promotion de quelques zones, mais ce même effort n'a pas été consenti. Mais, il va falloir mettre un terme à ce comportement sectaire, au niveau de la gestion des affaires locales. Ces pratiques dépravantes ne peuvent donner que des résultats nuisibles dans une province en mal de gouvernance. Le combat pour le changement est ardu, face à de multiples résistances, menées par les fossoyeurs de la démocratie et de la justice.
Face à ces enjeux, il est à déplorer le fait qu'une partie de la classe politique dans notre pays s'ingénie à se lancer dans des débats stériles et des polémiques nocives, alors que les problèmes de notre peuple, à différents registres, persistent toujours. Sans démagogie ni populisme, il importe de prôner constamment une politique de réalisme et de pragmatisme. Cette conduite inféconde de la part de certaines entités partisanes ne fait que ternir l'image de l'action politique, puisqu'elle nuit davantage à la confiance que tout le monde devrait préserver au sein du peuple.
Il est donc loisible de s'abstenir de dénigrer ou médire qui que ce soit, mais de s'atteler, corps et âme, à réussir cette nouvelle expérience et, en conséquence, consolider et rehausser de plus belle, les réformes et les réalisations tous azimuts. Dans le même sens, il est important de mettre l'accent sur les avancées notoires de la nouvelle constitution, en matière de gouvernance, d'obligations et de droits.
La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien! Il convient beaucoup plus d'adhérer pleinement au processus de la réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé. Les grandes mutations, à la lumière de nouveaux dispositifs de la loi suprême, proviendraient, inéluctablement, des choix des élites aussi bien au niveau des instances locales que nationales.
Il est impératif également de s'intéresser aux peines des jeunes qui s'engouffrent dans le désespoir et le nihilisme. Il est vrai que nous traversons actuellement une étape cruciale, caractérisée par la conjoncture défavorable, secouée par la crise générale. Mais, faut-il croiser les bras et attendre que la délivrance tombe du ciel ? La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien ! Il va sans dire que l'effort devrait être porté aux problématiques ayant trait au processus de réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé...
Le PPS s'est battu, durant sept décennies, pour hisser la voix de la vérité, pour le droit à l'expression, pour la démocratisation contre l'exploitation et l'oppression... Il l'a fait dans les conditions de l'exil, de la torture, de l'incarcération, de l'extermination de nos anciens camarades, au moment où certaines zones lui étaient carrément interdites, quoique dans la légalité. Aujourd'hui, il continue à le faire, dans d'autres conditions, peut-être encore pires, face à la corruption, au blanchiment des fonds, de la dépravation... Sa lutte ne s'arrête guère, devant tous ces maux qui ne cessent de ronger la société et la tirer vers le bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.