La DGSN ouvrira ses portes au public à Marrakech    IT Days : Journées de recrutement pour les métiers des Systèmes d'Information    Ligue des Champions : Le Wydad sort par la petite porte    El Othmani affirme que son gouvernement lutte contre la corruption    Partielles à M'diq-Fnideq : Le RNI l'emporte    2 priorités selon M. Benchaâboune, justice sociale et satisfaction des citoyens    Ebola de retour en RDC    ONU: Le Comité des 24 salue l'apport des élus des Provinces du Sud    Rapport Ramses 2019: «Il y a une grande attente d'Europe»    Sommet de Salzbourg: Brexit et migrations au menu    L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant    Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Le rapport de la commission du Parlement européen met en relief l'impact des efforts de développement sur les résidents des provinces sahariennes    Le chef de la diplomatie marocaine s'entretient avec son homologue mauritanien    La diplomatie au service de l'économie : Nasser Bourita appelle les représentations diplomatiques à promouvoir le label Maroc    Le Maroc n'est pas un havre de paix    Au moins 3 morts dans une fusillade aux Etats-Unis    L'Aquarius cherche un port pour 11 migrants secourus au large de la Libye    Theresa May humiliée à Salzbourg    Lancement d'un projet vert en faveur de jeunes diplômés en voie de réinsertion    Le Moghreb de Tétouan, club de la Colombe blanche, démarre la saison l'aile cassée    La Commission centrale de discipline a sévi    Sorties peinarde pour le Raja et délicate pour la RSB en Coupe de la CAF    Divers    Insolite : Eléphant électrocuté    Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal    Angelina Jolie jouera dans le thriller "The Kept"    Un nouvel album pour Kanye West ?    La grosse colère de Harrison Ford contre les politiques    Rentrée scolaire: 7,9 millions élèves inscrits, dont 52% des filles    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Le chiffre d'affaire d'Oulmès affecté par le boycott    Kénitra : Un incendie ravage une usine de sucre    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    INDH : Acte III    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Médecine légale : Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mohamed Karim Lamrani n'est plus    Funérailles à Casablanca de Mohammed Karim Lamrani    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte continue…!
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2018

Le PPS a été créé pour être au service des masses populaires et c'est pour cette raison qu'il existe pour écouter les attentes des couches déshéritées. Les effets d'exclusion dont sont victimes les populations, en termes d'infrastructures et d'équipements publics de base, interpellent les partis politiques. Nombre de régions souffrent de dénuement et de privation, car, pendant longtemps, on a adopté la politique des rentes, des avantages et des préférences au profit de certains fortunés.
Certes, des efforts déployés pour la promotion de quelques zones, mais ce même effort n'a pas été consenti. Mais, il va falloir mettre un terme à ce comportement sectaire, au niveau de la gestion des affaires locales. Ces pratiques dépravantes ne peuvent donner que des résultats nuisibles dans une province en mal de gouvernance. Le combat pour le changement est ardu, face à de multiples résistances, menées par les fossoyeurs de la démocratie et de la justice.
Face à ces enjeux, il est à déplorer le fait qu'une partie de la classe politique dans notre pays s'ingénie à se lancer dans des débats stériles et des polémiques nocives, alors que les problèmes de notre peuple, à différents registres, persistent toujours. Sans démagogie ni populisme, il importe de prôner constamment une politique de réalisme et de pragmatisme. Cette conduite inféconde de la part de certaines entités partisanes ne fait que ternir l'image de l'action politique, puisqu'elle nuit davantage à la confiance que tout le monde devrait préserver au sein du peuple.
Il est donc loisible de s'abstenir de dénigrer ou médire qui que ce soit, mais de s'atteler, corps et âme, à réussir cette nouvelle expérience et, en conséquence, consolider et rehausser de plus belle, les réformes et les réalisations tous azimuts. Dans le même sens, il est important de mettre l'accent sur les avancées notoires de la nouvelle constitution, en matière de gouvernance, d'obligations et de droits.
La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien! Il convient beaucoup plus d'adhérer pleinement au processus de la réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé. Les grandes mutations, à la lumière de nouveaux dispositifs de la loi suprême, proviendraient, inéluctablement, des choix des élites aussi bien au niveau des instances locales que nationales.
Il est impératif également de s'intéresser aux peines des jeunes qui s'engouffrent dans le désespoir et le nihilisme. Il est vrai que nous traversons actuellement une étape cruciale, caractérisée par la conjoncture défavorable, secouée par la crise générale. Mais, faut-il croiser les bras et attendre que la délivrance tombe du ciel ? La nonchalance et l'abandon ne mènent à rien ! Il va sans dire que l'effort devrait être porté aux problématiques ayant trait au processus de réhabilitation, en créant des initiatives pour résoudre progressivement les problèmes, en termes d'emplois, de pêche maritime, d'habitat, de santé...
Le PPS s'est battu, durant sept décennies, pour hisser la voix de la vérité, pour le droit à l'expression, pour la démocratisation contre l'exploitation et l'oppression... Il l'a fait dans les conditions de l'exil, de la torture, de l'incarcération, de l'extermination de nos anciens camarades, au moment où certaines zones lui étaient carrément interdites, quoique dans la légalité. Aujourd'hui, il continue à le faire, dans d'autres conditions, peut-être encore pires, face à la corruption, au blanchiment des fonds, de la dépravation... Sa lutte ne s'arrête guère, devant tous ces maux qui ne cessent de ronger la société et la tirer vers le bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.