Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le désaveu du régime algérien!
Publié dans Albayane le 07 - 08 - 2018

Le régime algérien a beau renier son implication dans le soutien au front des séparatistes, il ne cesse d'être contredit par ses propres actes. Ses actes hostiles à la cause légitime de son voisin lui assènent, à chaque fois, un cuisant démenti. Ce n'est plus un secret pour personne, en dépit de ses affabulations qu'il tente, en vain de bifurquer, au grand jour.
Sans avoir froid aux yeux, il persiste à vomir des balivernes, sans se soucier de la risée dont il se couvre au sein de la communauté mondiale. «Tout hautain et altier de son plumage, le paon s'amuse à faire la roue, il ne s'aperçoit guère qu'il se découvre le derrière !», disait La Fontaine dans l'une de ses sages fables. La citation convient, sans doute, à cette conduite saugrenue de la junte d'Alger!
A peine eut-elle encore une fois, essayé de verser dans la menterie que la diplomatie militariste vient de se faire, illico, contredire à tout rompre. En fait, selon des sources dignes de foi, pas moins de quatre cent «cadres» du Polisario ne pouvaient pas prendre part à la présumée «université d'été» qui se tient à Boumerdes, chaque année.
L'avion militaire algérien dont la capacité n'admettait pas de transporter au-delà de trois cent passagers, ne devait pas permettre cette surcharge à destination, en provenance de Tindouf. Un réel tollé s'est alors enclenché au tarmac de l'aéroport, suite à ce désagrément qui met à nu ces subterfuges fréquents, en direction de la question du Sahara. En effet, le personnel navigant était formel, face à ce dépassement de l'effectif qui tenait à faire partie du voyage.
Une autre preuve plausible qui ne se prêterait à la moindre contestation, à propos de la complicité flagrante. La mésaventure de l'avion crashé, en avril dernier, est toujours fraîche à l'esprit. Alors qu'il embarquait avec plus de 250 soldats dont une trentaine de bénéficiaires de la fantomatique entité, en partance des environs de la capitale, l'appareil s'était envolé en éclat, quelques secondes après le décollage.
Le drame endeuillait tout le pays, mais dénonçait, pour le peu d'incrédules toujours en doute, le jeu sournois des galonnés de l'est. Tous ces actes récidivistes qui visent sciemment la souveraineté et la stabilité marocaines dans ses provinces récupérées le plus légitimement du monde, ne sont, en fait, que la partie saillante de l'iceberg.
Depuis plus de quatre décennies, on s'obstine à armer, approvisionner, former, appuyer cet abject ramassis de réfractaires, beaucoup plus animés par la convoitise du pouvoir que le dévouement à la cause. La faillite de la chimère à laquelle le régime algérien fait face aujourd'hui, fait perdre le nord à une soldatesque dont le bon sens fait défaut, au fil du temps. L'implosion populaire retardée, au mirage de la délivrance par la création d'une issue à l'Atlantique, ne semble guère mettre un terme à cette hallucination morbide.
Pendant ce temps, le Maroc, tout en s'attelant, avec vigilance, à urbaniser, fortifier, impulser son Sahara, relève la cadence de ses réformes. Il n'est surtout pas prêt à céder ses terres d'un iota, malgré les nuisances de ses ennemis ! La fin d'un mythe ignoble s'annonce!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.