Espagne : La compagnie Binter inaugure une ligne aérienne depuis et vers Fès    فيروس كورونا : المغرب يسجل 3306 إصابات جديدة و3 وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Jeux méditerranéens : La sélection marocaine de football (U18) battue en demi-finale    Formule E : Le pilote suisse Edoardo Morata remporte l'e-prix de Marrakech 2022    Jeux méditerranéens : Trois médailles d'argent et deux de bronze pour le Maroc (athlétisme)    Italie : La communauté marocaine bénéficie d'un consulat mobile    Diaspo #246 : Zineb Mekouar suit la littérature comme un fil d'Ariane grâce à sa grand-mère    CAN féminine: bon départ pour les Lionnes de l'Atlas (VIDEO)    Météo Maroc: temps assez chaud ce dimanche 3 juillet    Foot U18: fin de l'aventure pour le Maroc (VIDEO)    Botola Pro: l'AS FAR bat l'OCK et termine la saison à la 3e place (VIDEO)    Mali: l'ambassadeur d'Espagne convoqué après des propos sur une implication de l'Otan    Restrictions commerciales algériennes : l'Espagne transfère à l'UE les plaintes des hommes d'affaires    Région TTA: plus de 14.800 candidats passeront le rattrapage du bac    Maroc/Covid-19: 3.306 nouveaux cas et 3 décès ces dernières 24h    Covid-19: le ministère de la santé recommande une dose de rappel du vaccin pour les personnes âgées    Immigration illégale : Le Maroc fait face à une "situation extrêmement complexe" affirme le ministre espagnol de la Migration    Amal Ayouch réagit à la condamnation de Faouzi Skalli    Le leadership marocain en matière de sécurité énergétique et alimentaire mis en avant à Naples    Dakar: "Annato" de Fatima Boubekdi remporte le Grand Prix du chef de l'Etat du 3-ème Festival de cinéma "Les Téranga"    L'activité industrielle poursuit son amélioration    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdelhadi Baraka    Echange de tirs dans le Kentucky: Trois policiers tués, l'assaillant arrêté    Casablanca, capitale marocaine du Jazz pendant trois jours (vidéo)    Maroc-Japon: Signature d'un Accord de prêt de 1,6 MMDH pour améliorer l'environnement des apprentissages    L'apostille : Dbibina a bien cru être atteint de Polyopie, avant que Fouad Abdelmoumni, Aziz Chahir et Ali Anouzla ne le rassurent    Ambiance festive pour l'ouverture de Jazzablanca (VIDEO)    Casablanca : Mise en échec du trafic de 2 tonnes de résine de cannabis    Devant la Commission des finances, Nadia Fettah décortique la loi sur les pratiques anticoncurrentielles    Marché des capitaux : Plus de 27,7 milliards DH de levées    African Lion 2022 : Cap Draâ sous un déluge de feu    Abattage, écorchage, stockage... Les conseils de l'ONSSA pour l'Aïd al-Adha    Sahara : Séminaire sur la dévolution des compétences législatives dans les régions autonomes    Selon le Sunday Business Post, le roi Mohammed VI a changé la face du Maroc    Vidéo. Jeux méditerranéens: une deuxième médaille d'or pour le Maroc    Renouvellement du mandat de la MINUSMA: Bamako pose ses conditions    Libye: des manifestants investissent le siège du Parlement    Un étudiant déguisé en femme pour passer les examens condamné à de la prison ferme    L'ANME tient une « rencontre communicationnelle » à Casablanca    Remise des prix de la deuxième phase du programme éducatif « inwi Challenge » (VIDEO)    Maroc: lancement de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité    Sahara: Staffan de Mistura attendu samedi à Rabat pour une nouvelle tournée dans la région    Marhaba 2022 : Journée infernale pour des Marocains bloqués à Ceuta    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feue Maria Rosa de Madariaga    Général Stephen J. Townsend : « Les Forces Armées Royales ont atteint les standards de l'OTAN »    Maluma sort du silence après l'annulation de son concert à Marrakech    Agenda culturel: les bons plans de ce vendredi et du week-end    Théâtre Cervantes : L'appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation est lancé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Violence dans les hôpitaux: Une situation intenable
Publié dans Albayane le 13 - 08 - 2018

L'hôpital public tel que nous l'avons toujours connu, fréquenté, sollicité en cas de maladies, de souffrances...est un lieu de respect, de considération, de reconnaissance et d'admiration pour le rôle inestimable qu'il joue et l'image qu'il incarne au sein de la société. Cette image, cette réalité est aujourd'hui écornée, confrontée à de rudes épreuves, mise à mal à cause des tensions et de la violence quasi quotidienne dont sont victimes les professionnels de santé de différents hôpitaux.
Encore une violence à l'intérieur de l'hôpital, une de plus, une de trop. Cette énième agression s'est produite dans l'hôpital Mohammed V à El Jadida, dans la soirée du jeudi 9 aout 2018.
Trois membres de la famille de la patiente F.K (16 ans) se sont attaqués au service des urgences de l'établissement hospitalier Mohamed V. Ces individus se sont livrés à des actes de vandalisme ayant entraîné la dégradation d'une fenêtre et de divers équipements et ont agressé le personnel assurant la permanence. Un médecin a été atteint d'une luxation d'épaule alors que des infirmiers et une femme de ménage ont subi des coups et blessures.
Ferme condamnation du ministère de la santé
De nombreux incidents ont été relatés ces derniers jours par les médias et qui ont fait réagir toutes les parties concernées, notamment le ministère de la Santé. Ce dernier a fermement dénoncé les actes d'agressions répétitifs visant le personnel médical, administratif et technique opérant dans les établissements de santé. La sécurité en milieu hospitalier revient au cœur de l'actualité avec l'agression dont ont été victimes des infirmières et infirmiers ainsi que des médecins, dernièrement au niveau du service des urgences de l'hôpital de la ville d'El Jadida. Pour le ministère de la Santé, de tels actes sont inacceptables. Le 28 Juillet 2018, nous avons soulevé le problème de la recrudescence de la violence au niveau des hôpitaux, et plus particulièrement au niveau des services d'urgences.
La situation ne fait qu'empirer, la violence est bel et bien un phénomène très préoccupant comme nous l'avons déjà souligné. Aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de reconnaitre que la violence au sein des hôpitaux, à l'intérieur des services des urgences fait partie du quotidien des professionnels de santé (médecins – infirmiers).
Tous concernés par la sécurité de nos hôpitaux
Ce n'est pas une vue de l'esprit, loin s'en faut. C'est une réalité traumatisante, douloureuse et choquante, une réalité qui nous interpelle tous, car nous sommes tous concernés par la sécurité qui doit prévaloir à l'intérieur de nos structures hospitalières. Soulever cette problématique de la violence au sein des hôpitaux, de la recrudescence des agressions dont sont victimes les professionnels de santé (médecins – infirmiers), dans l'exercice de leur fonction, n'est pas en soi quelque chose de nouveau. C'est un phénomène qui est étroitement lié à la violence quotidienne, qui prévaut dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos terrains de Foot...
Ces actes de violence, ces agressions qui surviennent au sein même des établissements sanitaires, s'expriment généralement par des actes d'incivisme, des insultes, des injures, des menaces, et parfois par des coups dont les premiers à souffrir sont les professionnels de santé qui paient un lourd tribut
L'agression qui s'est produite dans l'hôpital Mohammed V à El Jadida, dans la soirée du jeudi 9 aout 2018, vient nous rappeler si besoin est que la violence urbaine pénètre désormais les portes de l'hôpital.
Les services de soins sont de plus en plus confrontés à des tensions avec les patients ou proches de ces mêmes patients qui s'adressent à l'hôpital, aux médecins, aux infirmiers pour des soins, mais face à la violence et aux agressions dont il est victime, l'hôpital se trouve face à un paradoxe : rester ouvert conformément à sa tradition d'accueil, de soins, ou se refermer sur lui-même pour protéger ses médecins et infirmiers et les malades dont il a la charge.
Charge de travail soutenue
Les citoyens doivent savoir que l'ensemble des services d'urgences hospitalières connaissent des moments difficiles, plus particulièrement en ce moment précis de l'année qui coïncide avec la période estivale ; les plages, les fast-foods, les snacks et autres lieux de restaurations rapides sont pris d'assaut. Les routes sont très fréquentées par les automobilistes ... Tous ces éléments concourent à un flux très important de malades ou d'accidentés qui se dirigent prioritairement vers les services d'urgences les plus proches.
Les statistiques du ministère de la santé démontrent chiffres à l'appui que pratiquement tous les services des urgences des hôpitaux publics (SEGMA) enregistrent une fréquentation particulièrement soutenue, jusqu'à 250, voire même 300 passages par jour, soit deux fois plus que ce que ces services peuvent théoriquement accueillir.
Pour certains centres hospitaliers universitaires (CHU), le nombre de patients vus aux urgences peut atteindre 500 par jour.
Faire face aux urgences vitales
On comprend dès lors mieux que les professionnels de santé (médecins – infirmiers) font face à une charge de travail soutenue, avec des moyens parfois limités. En effet, aujourd'hui tout un chacun comprend que les services d'urgences font ce qu'ils peuvent, souvent dans des conditions difficiles, avec les moyens dont ils disposent. Les citoyens ne veulent rien comprendre, ni entendre ; tout ce qu'ils désirent une fois aux urgences, c'est être pris en charge immédiatement, même quand il s'agit des bobos qui ne méritent pas d'être soignés aux urgences.
Pour le personnel de santé (médecins -infirmiers), ce qui compte le plus ce sont les urgences vitales qui ne peuvent attendre. Résultat, les délais d'attente pour une injection, un mal de dent, une légère brulure de peau ou une fièvre à 38°, peuvent atteindre parfois plus de 2 heures, ce qui entraine des tensions.
Se sentir en sécurité à l'hôpital
Dans un communiqué en date du 10 aout 2018, le ministère de la santé a condamné ces agressions répétitives contre les professionnels de santé et a décidé de poursuivre en justice les agresseurs. Tout en réaffirmant son soutien aux cadres et membres du personnel des établissements de santé victimes de telles agressions flagrantes, le département se dit déterminé à entreprendre les démarches nécessaires pour poursuivre les auteurs de ces délits, assurant qu'il ne ménagera aucun effort pour défendre la dignité des professionnels de la santé.
Le ministère de la Santé affirme également qu'il ne peut tolérer aucun acte portant préjudice aux cadres de la santé ou dirigé contre les établissements hospitaliers, quels qu'en soient les auteurs.
Aujourd'hui, il n'est plus permis de rester les bras croisés et de regarder en spectateurs passifs ce qui se déroule sous nos yeux au moment où les professionnels de santé, toutes catégories et grades confondus ne cessent de tirer la sonnette d'alarme sur cette dérive.
Il s'agit aujourd'hui d'assurer aux hôpitaux un accompagnement des pouvoirs publics pour faire face à ce type de situation, avec la présence de forces de police sur place, de jour comme de nuit, et plus particulièrement au niveau des urgences. Les malades, les médecins et les infirmiers désirent légitimement se sentir en sécurité à l'hôpital, c'est leur droit le plus absolu et en tant que tel, l'état doit répondre au mieux à cette demande légitime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.