Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

Ecrivains, philosophes, éditeurs, sociologues et historiens, tout un parterre d'intellectuels marocains et étrangers se donnent rendez-vous, du 18 au 20 octobre à Oujda, à l'occasion de la deuxième édition du Salon Maghrébin du Livre «Lettres du Maghreb», pour passer au peigne fin divers sujets d'actualité dont la migration, la mondialisation, l'Afrique et ses aspirations, les écrits féminins, la diversité linguistique et bien d'autres.
Ce rendez-vous automnal, tenu sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, se présente à bien des égards comme le témoin d'une société en mouvance. Il aspire à promouvoir le livre et la lecture, favoriser le contact avec les auteurs, les éditeurs et les libraires et proposer des pistes de réflexion autour des nombreux défis civilisationnels sur lesquels achoppe la société d'aujourd'hui.
Digne du foisonnement intellectuel que connaissait et que connait la cité millénaire d'Oujda «Capitale de la culture arabe pour l'année 2018», le Salon sera rehaussé par l'organisation d'une trentaine de tables rondes en sus de quatre hommages qui seront rendus au célèbre poète palestinien Mahmoud Darwich, à l'écrivain ivoirien Bernard Dadié, à Touria Chaoui, première femme marocaine pilote et à Abdelwahab Meddeb, natif de Tunis, écrivain protéiforme adepte du soufisme et essayiste de grand talent.
Après le Sénégal l'année dernière, c'est au tour de la Côte d'Ivoire d'être l'invitée d'honneur de cette édition, à vocation internationale eu égard à la participation d'auteurs et d'éditeurs en provenance du Maghreb, de l'Afrique et de l'Europe, le but étant de croiser les regards, de profiter des expériences d'autrui et d'animer des débats susceptibles d'ouvrir plusieurs horizons sur les courants, expériences et sensibilités de tous bords.
Organisé sous le thème prospectif, tentaculaire et ambitieux «Réinventer l'universel», le Salon, loin des réponses toutes faites et des a priori, offre aux intervenants comme aux visiteurs lambda le légitime droit de s'interroger, d'interagir et de débattre des questions d'actualité et de la compréhension du monde contemporain, qui taraudent tout un chacun.
«Réinventer l'universel, en toute humilité, ouvre la voie vers une légitime ambition maghrébine. La problématique est commune à nos auteurs comme à nos éditeurs. Comment promouvoir nos littératures maghrébines, les mettre sur les chemins de l'universalité ?», s'interroge dans ce sens le président du Salon, Mohamed Mbarki.
«Ecrire et créer en Afrique», «vivre ici et rêves d'ailleurs», « les héritages culturels», «Orient et Occident: les nouveaux horizons de pensée», «les jeunes: repères et attentes», «le Maghreb vu d'ailleurs», «les écritures féminines», sont autant de thèmes sur lesquels les intervenants devront mettre l'accent.
Les enfants ne sont pas en reste, ils auront également leur propre espace, «L'enfance du livre», avec de nombreux ateliers proposés en particulier à ceux issus du monde rural, outre une caravane qui ira à la rencontre des enfants en dehors du site de l'événement. Des Ateliers d'éveil culturel et scientifique, sensibilisation au théâtre et aux patrimoines, production de maquettes, contes et histoires fantastiques seront au programme en vue d'attiser la curiosité et le questionnement chez l'enfant et l'inciter à observer, à identifier et à comparer.
A l'occasion du Salon 2018, seront présentés les Actes du Salon 2017, un ouvrage de près de 400 pages, édité en langues arabe et française et constitué de la transcription des échanges de plus de 200 intellectuels réunis autour de 30 tables rondes.
Le Salon est organisé par l'Agence de développement de l'Oriental en partenariat notamment avec le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère délégué chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration, l'Union Professionnelle des Editeurs du Maroc et l'Institut français du Maroc à Oujda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.