Listes électorales: le ministère public appelle à la lutte contre les infractions commises lors des inscriptions    Les partis politiques appelés à mettre fin à la charité électorale    Suède : le gouvernement Löfven emporté par une motion de censure    Yassir Maroc signe un accord de coopération avec Huawei    Saint-Gobain Développement Maroc devient Saint-Gobain Maroc    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Championnats panarabes d'athlétisme : suprématie marocaine avec 31 médailles    Selon le président du Barça, le projet de la Super Ligue est « toujours vivant »    Ousmane Dembélé forfait pour le reste de l'Euro    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Intelligence Artificielle: Al Akhawayn et l'Université Mohammed VI Polytechnique lancent un nouveau Master    Enseignement : Open Sky International arrive au Maroc    Eaux de baignade : 29 plages interdites cet été    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

Ecrivains, philosophes, éditeurs, sociologues et historiens, tout un parterre d'intellectuels marocains et étrangers se donnent rendez-vous, du 18 au 20 octobre à Oujda, à l'occasion de la deuxième édition du Salon Maghrébin du Livre «Lettres du Maghreb», pour passer au peigne fin divers sujets d'actualité dont la migration, la mondialisation, l'Afrique et ses aspirations, les écrits féminins, la diversité linguistique et bien d'autres.
Ce rendez-vous automnal, tenu sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, se présente à bien des égards comme le témoin d'une société en mouvance. Il aspire à promouvoir le livre et la lecture, favoriser le contact avec les auteurs, les éditeurs et les libraires et proposer des pistes de réflexion autour des nombreux défis civilisationnels sur lesquels achoppe la société d'aujourd'hui.
Digne du foisonnement intellectuel que connaissait et que connait la cité millénaire d'Oujda «Capitale de la culture arabe pour l'année 2018», le Salon sera rehaussé par l'organisation d'une trentaine de tables rondes en sus de quatre hommages qui seront rendus au célèbre poète palestinien Mahmoud Darwich, à l'écrivain ivoirien Bernard Dadié, à Touria Chaoui, première femme marocaine pilote et à Abdelwahab Meddeb, natif de Tunis, écrivain protéiforme adepte du soufisme et essayiste de grand talent.
Après le Sénégal l'année dernière, c'est au tour de la Côte d'Ivoire d'être l'invitée d'honneur de cette édition, à vocation internationale eu égard à la participation d'auteurs et d'éditeurs en provenance du Maghreb, de l'Afrique et de l'Europe, le but étant de croiser les regards, de profiter des expériences d'autrui et d'animer des débats susceptibles d'ouvrir plusieurs horizons sur les courants, expériences et sensibilités de tous bords.
Organisé sous le thème prospectif, tentaculaire et ambitieux «Réinventer l'universel», le Salon, loin des réponses toutes faites et des a priori, offre aux intervenants comme aux visiteurs lambda le légitime droit de s'interroger, d'interagir et de débattre des questions d'actualité et de la compréhension du monde contemporain, qui taraudent tout un chacun.
«Réinventer l'universel, en toute humilité, ouvre la voie vers une légitime ambition maghrébine. La problématique est commune à nos auteurs comme à nos éditeurs. Comment promouvoir nos littératures maghrébines, les mettre sur les chemins de l'universalité ?», s'interroge dans ce sens le président du Salon, Mohamed Mbarki.
«Ecrire et créer en Afrique», «vivre ici et rêves d'ailleurs», « les héritages culturels», «Orient et Occident: les nouveaux horizons de pensée», «les jeunes: repères et attentes», «le Maghreb vu d'ailleurs», «les écritures féminines», sont autant de thèmes sur lesquels les intervenants devront mettre l'accent.
Les enfants ne sont pas en reste, ils auront également leur propre espace, «L'enfance du livre», avec de nombreux ateliers proposés en particulier à ceux issus du monde rural, outre une caravane qui ira à la rencontre des enfants en dehors du site de l'événement. Des Ateliers d'éveil culturel et scientifique, sensibilisation au théâtre et aux patrimoines, production de maquettes, contes et histoires fantastiques seront au programme en vue d'attiser la curiosité et le questionnement chez l'enfant et l'inciter à observer, à identifier et à comparer.
A l'occasion du Salon 2018, seront présentés les Actes du Salon 2017, un ouvrage de près de 400 pages, édité en langues arabe et française et constitué de la transcription des échanges de plus de 200 intellectuels réunis autour de 30 tables rondes.
Le Salon est organisé par l'Agence de développement de l'Oriental en partenariat notamment avec le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère délégué chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration, l'Union Professionnelle des Editeurs du Maroc et l'Institut français du Maroc à Oujda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.