El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Atlantic Dialogues 2019 : L'énergie, un chantier plus que prioritaire pour l'Afrique !    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    L'Unesco partenaire du festival de Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sauvegarde de l'écologie : Eradiquer les manies néfastes
Publié dans Albayane le 03 - 09 - 2010

La sauvegarde de l'environnement est devenue incontestablement l'une des préoccupations nationales d'extrême acuité. Depuis déjà quelques temps, le Maroc met les bouchées doubles pour être au diapason des nations protectrices de l'écologie, sous ses diverses formes et dimensions. D'autant plus que les changements climatiques et les pollutions multidimensionnels défraient continuellement la chronique, à travers tous les coins du globe. La charte nationale de l'environnement qui rallie cette dynamique universelle dans cette optique vitale retient en haleine toutes les constituantes de la société marocaine, à la lumière des premiers jalons jetés à la concertation et l'action citoyenne, consciencieuse et responsable. La promulgation récente de la loi de préservation de l'environnement en est pareillement une illustration claire et forte de ce volontarisme affiché dans les sphères décisionnelles des institutions suprêmes de l'Etat. Un autre projet de loi relatif à la protection de l'espèce séculaire mythique qu'est l'arganier, débattu sous la voûte de l'hémicycle, depuis mardi dernier, constitue également une volonté avérée d'entourer ce spécimen fabuleux de toutes les conditions de subsistance et de régénération. Paradoxalement à toutes ces mesures de haut degré de maturité et de civisme, les atteintes infâmes à l'essence même de la flore nationale ne cessent malheureusement d'hypothéquer cet effort magistral et crucifier cette biodiversité environnementale de haute facture. Emportés par ces errements aveugles, des promoteurs immobiliers, dans un souci d'urbaniser à outrance, abattent sans relâche, des milliers d'arganiers pour ériger des séries de bâtiments, suscitant un tollé dans les milieux écologiques, notamment les adeptes de cet arbre emblématique qu'est l'arganier, classé, au côté du palmier-dattier comme une réserve de biosphère par la communauté planétaire. Des dizaines d'hectares d'arganiers sont impitoyablement arrachés pour monter la nouvelle fabrique des ciments du Maroc, à proximité de la commune rurale d'Imi M'korne, relevant de la province de Chtouka Ait Baha, sans qu'on ne s'y interpose, malgré les réactions énergétiques de la société civile qui s'était vainement époumonée à tue-tête pour circonscrire ce génocide macabre. De même, on déplorera le carnage qu'avaient subi les dunes de la baie d'Agadir dans le but de planter, en lieu et place, des complexes hôteliers haute de gamme, pieds dans l'eau, aux dépens de ces merveilles dunaires qui scellaient, à l'époque, une splendeur écologique hors pair. Actuellement, on s'apprête à s'attaquer, sans répit, à une multitude d'arganiers dans le couvert végétal jouxtant la commune urbaine de Koléa, liée à la province d'Inezgane Ait Melloul. Là encore, des structures associatives, par le truchement des communiqués et des pétitions de protestation, s'insurgent vivement, avec indignation et colère, contre ces massacres morbides qui anéantiraient des zones de grosse qualité environnementale, pour des voracités urbanistiques. Récemment aussi, la faune marine du large de la première station balnéaire du royaume vient d'être envahie par les carcasses éventrées et coulées de pas moins de cinq chalutiers, longtemps abandonnés dans l'un des bassins du port de pêche d'Agadir. Ce sordide sabordage des embarcations dont la flottaison des coques a été percée, après les ultimatums de l'ONP adressés aux propriétaires concernés, porterait, sans doute, préjudice aux équilibres marins par ces intrusions nocives. Certes, on n'est nullement pas sans convenir que, pour des fins à utilité générale, la voie express Agadir/Taroudant, via l'aéroport Al Massira, avait exterminé des superficies non négligeables d'arganiers du côté de la forêt d'Admim meublant la commune rurale d'Ouald Dahou. Dans ce sens similairement, on ne pourrait pas ne pas tolérer, non sans amertume d'ailleurs, pour les mêmes raisons utilitaires, l'extraction de milliers d'arganiers du côté de la commune rurale d'Ameskroud, relevant de la préfecture d'Agadir Ida Outanane, pour édifier, dans ce tronçon délicat, le premier bout de l'autoroute salvatrice Agadir/Marrakech dont les retombées bienfaitrices ne sont plus à démontrer. Nonobstant, il va sans dire non plus que l'anéantissement cynique de l'arganier est un phénomène qui prend de plus en plus de l'ampleur, malgré les avancées notoires qu'enregistre notre pays en terme de sauvegarde de cet arbre multifonctionnel, avec l'intervention louable des partenaires étrangers, en particulier l'organisme américain l'USAID et la fondation germanique la GTZ qui ont mis en place des mécanismes et des dispositifs performants, en compagnie des ONG locales, fédérées et agissantes. On se souviendrait comment ces associations, accompagnées d'une mobilisation médiatique revigorée, se sont parvenues à dissuader les responsables de l'ONE, lorsqu'ils avaient mis sur orbite la réserve de Cap Guir, relevant de la commune rurale de Tamri, où nichent des espèces rares telles l'ibis chauve et le flamant rose, pour y installer une station thermique qui aurait pu occasionner des dégâts écologiques alarmantes.
Cette synergie civique de tout acabit devrait, en fait, se relancer et motiver toutes les bonnes volontés en vue de mettre fin à tous ces agissements incontrôlés et irréfléchis de ces saccageurs qui enfreignent toutes les prouesses environnementales nationales légiférant les conduites humaines à cet égard.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.