Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cimenterie d'Agadir : Préserver les facteurs agricole et écologique
Publié dans Agadirnet le 31 - 08 - 2006

La cimenterie d'Agadir a été dernièrement autorisée à installer une unité industrielle dans la région de Chtouka Ait Baha, plus précisément sur les hauteurs de Inir M'Korn. Une étendue de 1000 ha a été réservée à l'entreprise, cédée par les Eaux et Forêts et les Domaines. La nouvelle réalisation qui viendra renforcer la production de la société en cette matière ne sera opérationnelle que dans quelques années à venir.
Si l'emplacement actuel de la cimenterie d'Agadir, plantée il y a quelques décennies dans une agglomération résidentielle d'Anza, située à sept kilomètres d'Agadir, pose un problème écologique et environnemental en dépit des efforts louables pour endiguer ou tout au moins atténuer les retombées fâcheuses de la production, le nouveau projet complémentaire ne cesse, lui aussi, de faire surgir des interrogations sérieuses à ce sujet. D'abord, par le choix du site mitoyen à une région agricole à savoir Oulad Saïd, Oulad Teïma, Sebt Guerdane pour les cultures d'agrume, Aït Milk et la région de Chtouka pour les cultures maraîchères. Le danger est d'autant plus sensible que ces cultures sont destinées à l'exportation où des mesures formelles de traçabilité sont déjà conclues avec l'Union Européenne (Rep-gap). Le nouveau projet qui mettait en péril toute l'exportation aussi bien des agrumes que des maraîchages. A la différence par exemple de la cimenterie de M'zouda montée à une cinquantaine de kilomètres de Marrakech, le nouveau projet de Imi M'korn porterait atteinte également à l'environnement, en particulier l'arganier qui serait tout simplement arraché avec une densité de 21 arbres à l'hectare soit plus de 1000 hectares d'arganiers déboisés. Sans oublier la carrière d'extraction de klinker (pozlan) qui, par le soufflement du vent, se déferle sur toute la région et dépose des résidus polluants. Il est bien évident que lors du tirage des ciments, les poussières de cellulose sont transportées par les vents du sud et du nord vers toutes les régions agricoles avoisinantes. Cette opération est bien entendu contraire au développement durable dont le Maroc est signataire (convention de Rio en 1993). On se demande alors si le choix de ce site a été l'objet d'une profonde étude au préalable qui éviterait des incidences d'ordre environnemental.
C'est la question que se posent, en tout cas, les intervenants du secteur agricole et les intéressés de la problématique écologique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.