Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intégration des migrants au Maroc: le privé encore loin du compte
Publié dans Albayane le 09 - 12 - 2018

En matière d'intégration des migrants au Maroc, la contribution du secteur privé reste limitée. En 5 ans de mise en œuvre de la politique marocaine d'immigration et d'asile, l'insertion des migrants au sein des entreprises marocaines reste encore balbutiante. Selon une étude de l'Université internationale de Rabat, dont les chiffres ont été intégrés dans le bilan de la politique migratoire présenté lors du forum mondial migration et développement qui se tient du 5 au 7 décembre à Marrakech, seuls 17,06% de migrants subsahariens sont des salariés déclarés. Le reste exerce dans l'informel, en tant qu'indépendants ou est carrément au chômage. Des chiffres qui démontrent les énormes efforts à déployer par le secteur privé en matière d'intégration des migrants au sein des entreprises marocaines.
Il est admis que l'intégration des étrangers est une question transversale qui implique tous les secteurs. Si le rapport présenté par le ministère des MRE et des affaires de la migration sur les 5 ans de la mise en œuvre de la stratégie nationale de l'immigration et de l'asile, montre que les départements de la santé, l'éducation, la culture, la jeunesse se sont impliqués à grande échelle dans la question. Le bât blesse au niveau de l'emploi, particulièrement le secteur privé, principal pourvoyeur d'emploi pour les étrangers au Maroc (le secteur public étant réservé aux nationaux). Malgré la suppression de la préférence nationale et l'octroi de permis de travail systématiquement à tout migrant ayant bénéficié de l'opération exceptionnelle de régularisation, avec contrat de travail, seuls 27 contrats de travail ont été visés de 2016-2017 par le ministère de l'emploi sans passer par l'ANAPEC.
Un chiffre très faible par rapport aux 28 000 migrants régularisés lors de la première opération de régularisation. L'étude de l'UIR montre en outre que le secteur informel reste la source clé et importante d'emploi, en particulier pour les migrants. Sur les 51% de salariés migrants répertoriés par l'étude, les 2/3 ne sont pas déclarés et travaillent dans le noir. Sur le volet des secteurs d'emploi, il est démontré que les migrants exercent majoritairement des fonctions de back office (call-centers, commerce…), soit 49% dans le secteur des services, 25% dans le commerce et 8% dans le BTP. Face aux difficultés d'emploilégal dans le secteur privé, l'entreprenariat devient quelque peu un choix par défaut, puisque la majorité des migrants souhaiteraient plutôt un travail salarié synonyme de sécurité financière. Ainsi, plusieurs migrants, soit 41% se rabattent sur l'auto-emploi et la création d'entreprise, puisque la loi marocaine leur permet désormais d'accéder au statut d'autoentrepreneur.
L'intégration : entre RSE et gains pour les entreprises
Si la société civile, le gouvernement, les syndicats… plaident inlassablement pour l'accès des étrangers, notamment ceux qui ont été régularisés, au travail décent et légal dans les plus brefs délais, on en est encore à l'étape de sensibilisation des entreprises marocaines sur la question.Elles sont encore nombreuses à être fermées à l'idée d'employer des migrants et réfugiés.
Selon Ali Serhani, représentant de la CGEM, qui est intervenu lors d'une rencontre sur le bilan de la politique migratoire du Maroc, cette résistance est quelque peu intrinsèque au monde des affaires. « Il ne faut pas se voiler le visage. Les entreprises ne sont pas des associations philanthropiques. Elles doivent payer leurs salariés ; elles doivent payer leurs impôts. Quand l'entreprise recrute, elle ne le fait pas juste par plaisir. Elle cherche des gens compétents, pour avoir de la valeur ajoutée », explique-t-il.Toutefois, «les entreprises marocaines ne doivent pas oublier leur responsabilité sociétale en ce qui concerne la gestion de la diversité», nuance-t-il.C'est d'ailleurs à travers ce volet que la Confédération générale des entreprises du Maroc parvient à sensibiliser les entreprises marocaines à l'intégration socio-professionnelle des migrants.
Ainsi, en février 2018, la CGEM, en partenariat avec l'Organisation internationale de la migration (OIM), le ministère des MRE et des affaires de la migration a élaboré «un guide pour l'intégration de la diversité culturelle dans les pratiques des entreprises», qui fait mention de la catégoriedes migrants. Dans ce guide, la confédération encourage les entreprises marocaines à recruter des salariés de diverses origines, à pratiquer une politique de rémunération équitable… De même, la CGEM, l'OIM, le ministère des MRE et des affaires de la migration, l'ANAPEC, le ministère du travail et de l'insertion professionnelle ont rédigé un manuel pratique sur le recrutement des salariés étrangers au Maroc, dans lequel les entreprises sont sensibilisées sur la politique migratoire du Maroc, la réglementation pour le recrutement légal d'un salarié étranger…
Le pacte mondial: un booster pour les entreprises?
En tant que secteur clé de l'économie, le privé a été intégré dans les négociations pour le Pacte, notamment au niveau de l'objectif 6 qui recommande de garantir des mécanismes de recrutement justes et éthiques. Dans ce cadre, le Maroc prévoit dans son plan national de mise en œuvre du Pacte, de continuer à sensibiliser le secteur privé sur la possibilité d'embaucher les migrants et réfugiés et sur le management de la diversité culturelle. Selon Lars Hartenstein, associé principal de Mckinsey & co, le Pacte mondial permettra une croissance de 2% du PIB mondial et une augmentation à 90 milliards de dollars les transferts d'argent, sachant qu'actuellement, les migrants contribuent de 9,7% au PIB mondial.Il est donc dans l'intérêt du secteur privé de se saisir de la question de la migration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.