Cinq adhérents du PJD, section El Gara, claquent la porte    Région Drâa-Tafilalet : l'opposition étrille la gestion calamiteuse du pjdiste Habib Choubani    Hand CAN-2020 : 6 pays dont la Tunisie passent à la seconde phase    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Le Youssoufia de Berrechid tenu en échec à domicile par le FUS de Rabat (1-1)    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    Escroquerie en ligne : arrestation d'un individu à Casablanca    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Soins de santé primaires au Maroc: Un chemin de plus de 40 ans…    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stratégies sectorielles: Les résultats en deçà des attentes
Publié dans Albayane le 10 - 01 - 2019

La question de la convergence des stratégies sectorielles refait surface. Interpellé par les députés sur le bilan de ces politiques publiques, lors de la séance mensuelle tenue lundi 7 janvier, le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, a reconnu une série de défaillances qui entachent ces stratégies.
Selon lui, l'atteinte des objectifs fixés demeure limitée en raison du manque de cohérence et de la divergence entre les différentes stratégies sectorielles. El Othmani, qui en est conscient, considère que les résultats enregistrés ne doivent pas cacher les difficultés et les défis rencontrés.
Le chef du gouvernement cite particulièrement le faible impact de ces stratégies, notamment en matière de création d'emplois. A fin décembre 2018, les stratégies sectorielles ont à peine permis la création de 122.000 postes d'emploi.
A cette défaillance, s'ajoute la difficulté d'une répartition équitable de la mise en œuvre des programmes au niveau territorial, a relevé le chef de l'exécutif. La coordination entre les différents départements sectoriels fait également défaut. La multiplicité des stratégies sectorielles rend encore plus complexe leur gouvernance. Surtout que les mécanismes de suivi sont quasi-absents.
Face à ces failles, El Othmani a affirmé que le gouvernement s'efforce de dépasser ces difficultés et contraintes en adoptant une approche qui repose essentiellement sur une évaluation continue des différentes stratégies sectorielles et le renforcement de leur complémentarité et coordination pour pouvoir consolider leurs résultats positifs et remédier aux déséquilibres susceptibles de se produire. L'objectif étant de renforcer l'efficacité et la rentabilité de ces politiques publiques avec un impact direct sur le niveau de vie des citoyens et une satisfaction réelle de leurs besoins.
L'enjeu est de taille. Les stratégies sectorielles permettent de diversifier l'économie, de réduire le déficit commercial, d'absorber le chômage, en plus de l'amélioration du niveau de vie des citoyens, comme l'a souligné le chef du gouvernement.
Aujourd'hui encore, l'économie nationale reste tirée par le secteur agricole dont le PIB a bondi de 5,25% pour totaliser 125 milliards de DH à fin 2018. Il s'agit d'une hausse de 60% depuis l'adoption du Plan Maroc vert. A l'inverse, les activités non agricoles progressent lentement. En effet, leur valeur ajoutée a à peine grimpé de 2,7% en 2017. Elle devrait se limiter à 3,4% au cours de cette année.
Aujourd'hui, le chef du gouvernement mise gros sur le secteur industriel pour booster la part de l'activité non agricole. L'ambition est de porter la part de l'industrie à 23% du PIB à l'horizon 2021. Pour cela, 54 écosystèmes devront être mis en place dans les différentes branches de l'industrie, notamment alimentaire, pharmaceutique et automobile.
Cependant, la mise en place d'une vision globale s'impose afin d'améliorer le rendement des stratégies sectorielles. L'idée est d'adopter des orientations générales pour les politiques publiques à long terme. Il faudra également œuvrer pour une plus grande coordination territoriale. Le chef du gouvernement veut surtout améliorer le rythme d'exécution des stratégies sectorielles au niveau territorial. Actuellement, la cadence diffère d'une région à l'autre. Par ailleurs, El Othmani a insisté sur la nécessité de qualifier les ressources humaines. La formation scientifique, professionnelle et technique devrait être adaptée aux exigences de l'économie moderne. Cela passe par l'investissement dans la recherche scientifique et l'innovation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.