Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les livraisons à domicile révolutionnent les habitudes des Marocains
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2019

Faire ses courses à partir de la maison, du travail… sans perdre du temps dans les rayons de supermarché ou encore au souk…c'est désormais l'objectif de plusieurs ménages. Et les formules ne manquent pas aujourd'hui, pour des courses plus «zen». L'existence de plusieurs marchés en ligne, des sites de livraison de courses… permet à plusieurs ménages marocains de nos jours, de faire leurs emplettes et provisions du mois, à partir de chez eux. Cela, sans oublier, que plusieurs commerçants de légumes, des bouchers…se lancent petit à petit dans des livraisons à domicile pour leurs clients fidèles.
Auparavant, chaque semaine ou toutes les deux semaines, il fallait dégager 2 ou 3 heures de son agenda chargé, pour se rendre au souk ou supermarché, pour faires ses emplettes. Avec une semaine de travail saturée, c'est généralement le week-end, censé être un moment de répit, que les ménages profitaient pour faire leurs provisions. Depuis lors, les choses ont changé considérablement. Avec la course à la montre, il est désormais possible de conjuguer facilement ses tâches professionnelles et ménagères et ses courses, grâce à l'existence de plusieurs sites de livraison en ligne.
C'est le cas de Glovo, application de livraison de courses à domicile espagnol. Arrivé sur le marché marocain en juillet 2018, l'application permet aux ménages marocains de se faire livrer des courses de tous types chez eux, sans se déplacer, moyennant des frais de livraison qui varient entre 8 et 15 dh (8 à 9 kg de courses). Lancé initialement à Casablanca, le service mobilise dans la ville blanche près d'une centaine de glovers (coursiers indépendants), qui font des courses pour les clients auprès des partenaires de l'entreprise (supermarchés, boutiques, magasins…) via leurs cartes bancaires. Ils sont ensuite payés à la livraison par les clients en fonction de deux critères : la durée de la livraison et la distance.
Trois mois après le lancement du service à Casablanca, Glovo livrait des milliers de commandes par mois, avec une croissance exponentielle de 70%, confiait son DG au Maroc aux médias. Témoignant ainsi de la révolution dans les habitudes des ménages marocains, dans la gestion de leurs foyers (courses…). D'ailleurs, le spécialiste de la livraison compte désormais étendre ses services dans l'ensemble du royaume, après sa première expérience à Casablanca.
Hormis les sites internationaux, plusieurs applications marocaines ont surfé également sur cette évolution, pour lancer des marchés en ligne offrant également des services de livraison de courses à domicile, à l'instar de Jibliya.ma, à Agadir. L'application donne la possibilité aux ménages de la ville de faire leurs courses (légumes, fruits, produits laitiers, pâtisseries, viandes, produits de beauté, produits d'entretien…) en ligne et de se faire acheminer leurs emplettes aussitôt à domicile. Les tarifs de livraison sont facturés à 25 dh dans la ville et 35 dh hors zone. «Marketlivraison.ma» offre également les mêmes services, mais la plateforme s'étend à plusieurs villes. Elle couvre, notamment Casablanca, Mohammedia, Rabat et leurs villes avoisinantes, comme Bouskoura, Dar Bouazza, ou encore Bouznika, Skhirate ; Sala El Jadida, Salé, Témara…
Elle dispose d'un marché en ligne où les ménages peuvent se procurer légumes, fruits, produits laitiers, viandes… et se faire livrer à domicile, moyennant des tarifs différenciés, soit 40 dirhams pour des courses de moins de 1000 dh, 25 dirhams pour des courses de plus de 1000 dirhams et une livraison gratuite à partir de 2000 dirhams.
Si pendant longtemps, plusieurs sites de ventes en ligne étaient spécialisés dans les produits non périssables, de plus en plus de sites se lancent dans les produits comme les légumes, fruits, viandes… pour faciliter aux ménages les courses et leur empêcher de se rendre à tout prix au souk. Fresh To Delivery.com s'est ainsi spécialisé dans la vente de légumes et fruits frais de saison, à Casablanca, Bouskoura et Dar Bouazza, avec différentes formules d'achat. Ainsi, un panier mixte de fruits et légumes de 27 variétés de 31 kg coûte 259 dh ; celui de 24 variétés (23kg) revient à 189 dh et celui de 18 variétés (15kg) à 99 dh.
Bouchers, commerçants, épiciers livreurs…
Si plusieurs services d'achat à distance et de livraison sont aujourd'hui disponibles et attirent plusieurs ménages marocains, il y'en a toutefois qui restent sceptiques à l'idée de faire des courses de produits périssables en ligne, avec à la clé des coursiers inconnus. Ainsi, plusieurs ménages ont recours à leurs bouchers, vendeurs de légumes habituels…pour leur faire des livraisons à domicile. Karima, jeune professionnelle, résidant à Mohammédia, bénéficie ainsi des services de livraison de son boucher habituel. Ce samedi soir, la jeune femme, qui est rentrée tard d'une réunion de travail, doit préparer une collation à servir très tôt dimanche matin. «Heureusement, que mon boucher est venu livrer en journée, la viande pour brochettes.
Donc, je pourrai facilement faire des sandwiches. Il m'a vraiment soulagée, surtout que sa viande est de bonne qualité et fraiche», confie-t-elle. D'ailleurs, vu cette expérience, elle envisage désormais se faire livrer également les légumes et fruits à la maison. «Je verrai aussi avec celui chez qui j'achète souvent les légumes, pour qu'il vienne me livrer aussi à la maison».
Bien que plusieurs ménages optent de plus en plus pour un changement d'habitudes pour faire leurs emplettes, d'autres restent attachés à leurs coutumes, car le souk, le supermarché, c'est bien plus que faire juste ses courses. C'est une tradition, une culture, un moment privilégié de la semaine et pour quelques-uns, un moment de détente…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.