Omar Hilale saisit le SG de l'ONU et le CS sur les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf    Nasser Bourita : « nous devrons avancer vers une diplomatie orientée vers une solution à la question du Sahara »    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au processus électoral adopté par la commission de l'Intérieur    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Provinces du Sud : L'ONEE mobilise 2 milliards de dirhams pour le renforcement de l'alimentation électrique    HCP : l'essentiel du rapport sur l'analyse genre de l'impact de la Covid-19 sur la situation des ménages    CBA-Afrique : le Maroc en tête de la "catégorie générale"    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    CAN U17 : Tirage des groupes : le Maroc dans le groupe « A »    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Chichaoua : ouverture d'une enquête à la suite des déclarations d'une personne qui affirme avoir reçu deux doses à la fois du vaccin anti-Covid    ONEE : la station monobloc de Tarfaya permettra de résorber le déficit de 36% enregistré dans la production de l'eau potable    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Infantino reçu à Rabat par Bourita    Perturbations sur les réseaux : Les précisions de Maroc Telecom    Industrie agroalimentaire La 2ème édition de «The FoodEshow» du 9 au 12 mars    Le Maroc fait l'évènement à Genève    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    Yassine Regragui: Les Marocains font de plus en plus confiance aux nouveaux modes de paiement    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    La classe politique évoque « un non-événement »    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    M. Bourita s'entretient avec son homologue espagnole    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    Vaccination anti-Covid : Pourquoi il faut donner la priorité aux personnes en situation de handicap    Multilinguisme entre défis et opportunités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique: AMLO fait table rase du passé…
Publié dans Albayane le 01 - 02 - 2019

Prônant un «nationalisme de gauche» et fustigeant les «ravages du néolibéralisme», le nouveau président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador – que l'on appelle par son acronyme AMLO – a hérité de son prédécesseur Enrique Pena Nieto, un pays gangréné par une corruption endémique, la criminalité et le narcotrafic. Aussi, a-t-il, dès son arrivée au pouvoir, promis de réaliser «une transformation pacifique et ordonnée mais profonde et radicale (pour) en finir avec la corruption et l'impunité qui empêchent la renaissance du Mexique».
Voulant donc réellement transformer le Mexique en éradiquant la pauvreté, en supprimant les privilèges et en réduisant le crime organisé, le nouvel homme fort du pays a, désormais, les coudées franches pour instaurer cette démocratie participative dans un Etat de droit qu'il appelle de tous ses vœux maintenant que la coalition dirigée par son parti aux deux chambres du Congrès dispose de la majorité absolue.
Premier signe de la transformation promise: le nouveau chef de l'Etat a transformé la résidence présidentielle en un centre culturel ouvert au public. «Très peu !» rétorqueront ses détracteurs mais force est de reconnaître, toutefois, qu'il ne s'est pas arrêté là. En effet, chaque matin, dès le lever du soleil, des dizaines de journalistes font la queue pour assister à la conférence de presse que le nouveau président donne tous les jours, à partir de 7 h «pile», du lundi au vendredi. «Du populisme !» disent encore ses opposants mais il n'en a cure dès lors que c'est pour lui l'occasion de déplier, chaque matin, devant tous les médias du pays, sa feuille de route et que l'on peut y voir, dès les premières lignes, l'éradication de la corruption, de la pauvreté et de la criminalité; ce qui est loin d'être une partie de plaisir!
Faisant de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, AMLO entend rompre avec le système clientéliste du Parti Révolutionnaire Institutionnel qui a gouverné le pays durant sept décennies (1929-2000) en réduisant la pauvreté qui frappe 43% des mexicains. Il compte, pour cela, leur assurer une couverture médicale et un enseignement gratuit, revaloriser le salaire minimum et doubler les pensions perçues par les retraités sans aucun recours ni à une hausse des impôts ni à un endettement. Pour doper la croissance, le nouveau président du Mexique prévoit de lancer des grands travaux parmi lesquels la réalisation de deux lignes ferroviaires pour désenclaver les régions marginalisées dont le fameux «train maya», une ligne qui traversera cinq Etats et reliera les principales zones touristiques de la région « maya » située à l'est du pays.
Pour pacifier le Mexique et enrayer l'insécurité après des années marquées par le «crime organisé» dans un pays où la violence «répond à des logiques complexes», AMLO prévoit d'instaurer une amnistie partielle dont seraient exclus les grands criminels.
Tout cela est bien beau mais comment donc le nouveau président mexicain va-t-il gérer le flux migratoire en direction des Etats-Unis, cet exode né de la violence et de la pauvreté alors même que «ces personnes sont au Mexique» et qu'il n'y a aucun moyen d'obliger Washington à leur accorder l'asile ?
Qu'en sera-t-il, aussi, des relations très tendues ces derniers mois entre le Mexique et les Etats-Unis qui hébergent 12 millions de mexicains et comment Andrés Manuel Lopez Obrador, chef de file d'une gauche pour la première fois au pouvoir au Mexique, pourra-t-il tenir sa promesse de «changement radical» sans susciter d'inquiétudes de l'autre côté du Rio Grande ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.