Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Japan's Banks Are About to Get Even Feebler    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    La loi 49-15 sur les délais de paiement toujours en panne    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    Le Ramadan au Maroc, délices et gourmandises    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    On le savait pas: Excellente idée    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    La DGSN réagit à l'agression de l'humoriste Amine Radi    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Journée Internationale de l'infirmière    Vigilance et mobilisation!    Amina Rachid, La soldate des planches    Les bienfaits des activités physiques    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Le Maroc en CAN à travers l'histoire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    «Wachma» ouvre le bal des «mercredis du cinéma marocain»    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    Boeing : La mise à jour du système anti-décrochage du 737 MAX est prête    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amal Amjahid, une championne au cœur d'or et aux étoiles plein les yeux
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2019

A seulement 23 ans, rien ne semble arrêter la Belgo-marocaine Amal Amjahid, championne hors-norme qui, malgré ses sept couronnes mondiales en ju-jitsu, vise toujours plus haut, portée par de grandes ambitions à la hauteur de son immense talent.
Considérée aujourd'hui comme « la » star mondiale de cette discipline sportive qui repose sur un système dérivé de techniques du judo et du ju-jitsu importées du Japon au Brésil, Amal Amjahid semble avoir un appétit sans limites, prête à relever sans cesse de nouveaux défis.
« Il ne faut pas avoir peur de rêver », c'est la devise de cette native de Bruxelles qui a toujours cru en sa bonne étoile pour arriver aux sommets, sans pour autant perdre une miette de son humilité.
Tout commence pour Amal dans la cour de récréation de l'école alors qu'elle n'avait que 7 ans. « Malgré ma petite corpulence, je n'hésitais jamais à me défendre contre les élèves qui s'en prenaient à moi », se souvient-elle avec un sourire lumineux.
« Un jour, mes professeurs, exaspérés, ont conseillé à ma mère de m'inscrire à des cours de sports de combat pour canaliser mon énergie », confie-t-elle à la MAP.
Boxe, taekwando, karaté, capoeira…la petite Amal s'est essayée à plusieurs sports de combat « qui ne correspondaient pas à sa morphologie », avant de tomber enfin sur le ju-jitsu.
« C'était tout de suite une évidence pour moi. Le ju-jitsu est, en effet, un sport où la personne la plus faible physiquement, la plus petite, peut battre quelqu'un de beaucoup plus grand et de beaucoup plus fort », explique la toute menue Amal (55 kg pour 1m57).
N'ayant jamais peur des combats à la « David contre Goliath », elle a ainsi glané des titres mondiaux dans les catégories des −55 kg, −62 kg et −70 kg.
C'est ainsi que commence le fabuleux parcours de cette championne sur les tatamis avec comme point d'orgue, son premier sacre aux championnats du monde à Los Angeles en 2013.
Le souvenir de ce premier titre mondial reste gravé dans la mémoire d'Amal, d'autant plus qu'elle l'a décroché après un échec aux championnats du monde à Abu Dhabi.
« Malgré cette défaite, j'ai fini par remporter mon premier sacre mondial en venant à bout de la même adversaire qui m'a battue à Abu Dhabi », se remémore-t-elle tout émue.
Depuis, Amal Amjahid n'en finit plus de gagner. Outre ses 7 titres mondiaux, elle a également à son actif 2 médailles d'or aux Jeux mondiaux et 6 sacres européens.
Avec tout ce succès, Amal Amjahid garde les pieds sur terre, faisant montre d'une modestie à toute épreuve et d'une simplicité qui force l'admiration.
Son visage juvénile et son sourire presque timide, contrastent avec la maturité et la forte détermination de cette jeune femme au caractère bien trempé.
Sa réussite, elle la doit surtout à son travail acharné et à sa ténacité, mais aussi à son entourage qui a toujours été d'un grand soutien pour elle.
Entraînée par son père, Amal Amjahid entretient avec sa famille une relation fusionnelle qui lui permet de s'épanouir et d'affronter toutes les difficultés avec sérénité et lucidité. « Ma famille occupe une place très importante dans ma vie. C'est grâce à mes parents, mon frère et ma petite sœur que je suis arrivée là et je leur dis un grand merci pour tout », relève-t-elle avec une larme qui perle au coin de l'œil.
Parmi les meilleurs moments qu'elle a passés avec sa famille, Amal Amjahid évoque un voyage à vélo au Maroc en 2007.
« Avec mes parents et mon frère, nous avons rallié le Maroc à vélo. C'était une aventure extraordinaire qui nous a permis de passer des moments inoubliables en famille », raconte-t-elle.
Au cours de cette aventure placée sous le signe « 3000 Km pour la solidarité dans le monde », Amal Amjahid et sa famille ont visité les villes de Tétouan, Chefchaouen et Casablanca.
Quand elle évoque ses liens avec son pays d'origine, la jeune femme se dit « très attachée à ses racines », affirmant être fortement imprégnée par la culture marocaine.
Le fait d'être issue de l'immigration représente pour Amal Amjahid une richesse et une force, assure-t-elle. Des atouts qui ont forgé la personnalité de cette championne qui souhaite surtout être une source d'inspiration pour les jeunes qui vivent une crise identitaire ou peinent à trouver leur voie dans la vie.
« Je suis heureuse de pouvoir être un modèle pour ces jeunes et de les aider à réaliser leurs rêves », relève-t-elle. A force de volonté et de détermination, ils peuvent surmonter tous les obstacles et les écueils, ajoute-t-elle.
C'est dans ce cadre que la généreuse et bienveillante Amal s'active au sein de l'association « CENS Academy » créée il y a 10 ans par ses parents dans la commune de Molenbeek.
« Notre but est de promouvoir l'éducation à travers le sport et de transmettre aux jeunes les valeurs universelles du vivre ensemble et du respect de l'autre « , explique-t-elle.
En plus du ju-jitsu, les activités de l'association comprennent aussi la psychomotricité, le foot-fauteuil, le scoutisme, ou encore le soutien scolaire.
La CENS Academy oeuvre également à promouvoir l'intégration sociale des enfants à besoins spécifiques en leur facilitant l'accès aux structures sportives et culturelles.
Considérée comme un modèle pour les jeunes Molenbeekois auxquels elle conseille de ne jamais cesser de croire en leur chance de réussir, Amal Amjahid a toujours eu comme modèle le légendaire Mohamed Ali.
« Mohamed Ali est le plus grand des modèles pour ce qu'il a fait sur le ring et en dehors du ring et pour toutes les causes pour lesquelles il s'est battu. Le sport a été aussi pour lui un moyen de transmettre des messages et des valeurs », explique-t-elle.
En parallèle avec sa carrière sportive, Amal Amjahid fait des études d'éducatrice spécialisée. Un choix guidé par son rôle auprès des enfants et des jeunes au sein de l'association « CENS Academy ».
Fervente défenseur des droits humains et de l'égalité des chances, la jeune femme a, par ailleurs, rejoint le Centre régional d'information des Nations Unies pour l'Europe occidentale (UNRIC) à Bruxelles pour porter et transmettre en tant qu'ambassadrice les 17 objectifs de développement durable.
Entre les entraînements matin et soir, les études et les différents engagements associatifs, Amal Amjahid a un quotidien très chargé qui ne l'empêche pas pour autant de vivre des moments privilégiés avec sa famille et de s'adonner à son passe-temps favori: la lecture. Les romans policiers de l'écrivain américain Harlan Coben, ainsi que les thrillers romantiques de l'auteur français Guillaume Musso sont ses compagnons préférés lors des compétitions et des championnats internationaux.
Pour Amal Amjahid, l'appétit vient en gagnant. Son ambition : dépasser les 10 titres mondiaux de la championne brésilienne Leticia Ribeiro qui possède le plus beau palmarès féminin en ju-jitsu. Mais le rêve qui lui tient particulièrement à cœur, c'est de voir cette discipline intégrer les Jeux Olympiques pour pouvoir enfin atteindre le Graal dans le plus grand événement sportif international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.