Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tatouage berbère : une écriture sur le corps
Publié dans Albayane le 10 - 03 - 2019

Tagezzayt vient de verbe «gezy» qui veut dire tatouer, graver, mais aussi, il prend parfois le sens de «vacciner» dans le dialecte du Sud-est marocain. On peut penser à l'exemple ; «Ad am gezigh ad tHlud Je te tatoue pour être belle», et l'exemple «Gezigh-d i urba ‘j ai vacciné mon fils», dans ce sens on peut dire que Tagezzayt tire de verbe ‘'Ggez ‘' cela veut dire ‘descendre'.
Or, Le tatouage n'est qu'un dessin sur le corps humain qui peut être décoratif ou symbolique, il est plus ancien autrefois en occident il se réalise par l'injection de l'encre dans la peau à l'aide de l'aiguille, de même, il se fait à base de charbon, il n'y avait qu'une seule couleur celle de noir, mais aujourd'hui avec la technologie il est développé ce que nous donne d'avoir plusieurs couleurs car ceci se fait par le biais de lizar.
Il s'avère que beaucoup de sociétés ont pratiqué depuis la nuit des temps ce dessin pour un seul objectif qu'on peut résumer dans l'ornement. Pour ce faire, on remarque que la femme de la société berbère a pratiqué depuis longtemps le tatouage, ces femmes ont préféré se tatouer dans des places spécifiques à savoir ; le front, la barbe, le menton, les joues, le dos de la main et les bras.
Mais à quoi se tatouaient ces femmes berbères dans l'Antiquité? Et pourquoi?
Autrefois, dans la société berbère lorsque la fille s'atteint l'âge de 12 ans leur parents lui dit : «tu vas tatouer ta barbe pour être belle et afin de charmer les jeunes hommes à l'âge du mariage». Au sud-est par exemple il y avait toujours une femme spécialité au sein de chaque tribu ou du village qui pratiquait le tatouage par excellence, c'est une femme connue avec sa bravoure qu'a hérité la façon de tatouage de génération à l'autre, ils disent que le moment préférable pour les filles de se tatouer c'est le printemps lorsque l'été s'approche pour le but de présenter leur beauté dans les cérémonies et les fêtes du mariage. La femme qui pratique le tatouage essayait toujours de plaisanter en chantant des chants relatif à son métier, appellés ‘Izlan n tgezzayt‘ (Chant du tatouage), ensuite, celle-ci doit connaître la situation sociale de la jeune et de quelle famille appartient-elle, parce que selon les traditions du le tatouage en berbère indique le niveau social, et l'appartenance à une quelconque tribu, mais souvent les gens le considéré comme une parure ou un ornement pour plaire. Chez les berbères du sud-est il se fait avec une aiguille épineuse et de la luzerne, mais on trouve d'autres tribus qui ont utilisé l'aiguille épineuse et du noir de fumée ce qu'on appelle en berbère Akeffus (suie), dans ce cas le sang mélange à la suie ou de luzerne broyé en mettant de la laine pour éponger le sang restant.
Ce rite qui remonte à la période préislamique, il y ceux qui expliquaient que ces femmes portaient des tatouages dès l'âge d'enfance tout simplement à fin de s'échapper aux premiers arabes qui viennent de l'orient pour voler les belles jeunes filles, et lorsqu'ils les violent, ils les reviennent en visage tatoués, pour savoir distinguer celles qui ne sont plus vierges, mais tout cela reste oral et certes ne peut être vrai.
Dans d'autres coté, il y a ceux qui sont liés le tatouage à l'ensemble des rites païens, de sourcellerie, de prestidigitation à part de l'esthétique. A cet égard, on peut penser aux gens qui disent que le tatouage protège de mauvais sort et de la malchance, et pour cette raison on trouve chez certaines tribus et certains clans au Sud-est du Maroc, les femmes tiennent à mettre entre les sourcils ou bien dans le front un ligne de suie aux petits enfants dès son enfance, car on ne peut pas tatouer le bébé, en plus, il ne supporte pas la douleur de l'aiguille et c'est pour cela elles préfèrent le noir de fumée qui joue le rôle de tatouage pour enfants, cette matière noircie avait un symbole magique et mythique chez les berbères, on peut dire qu'elle est sacrée dans la mythologie berbère.
Dans ce sens, on peut citer que le rôle majeur du tatouage dans la communauté berbère est très important, il est lié aux croyance des païens dans un premier lieu à savoir l'éloigner de mauvais œil, met en hommage de quelqu'un, signer sur la religion adoptée par la tribu, et on peut dire dans un second lieu qu'il est attaché à ce qui est social, à titre d'exemple indiquer l'appartenance de personne, l'originalité, ensuite permet aux femmes de dévoiler le niveau social de chacune devant les gens, et dans un troisième lieu il joue le rôle de l'esthétique, on pense à la beauté on va mentionner un chant qui évoque ceci, on raconte aux temps enceins dans certaines tribus du Sud-est une femme qui vient chaque début d'été pour pratiquer le tatouage aux jeunes filles de villages, celle-ci chante : ‘' is teram-t ad tHlumt ! is tram-t ad tHlumt iti3rimin ighudan ! is tramt ad tHlumt a ti3rrimin iherran ! ‘' disait la spécialité de tatouage, lorsqu'elle commence son tatouage au premier jeune fille, pour attirer les autres à l'intrépidité de ne pas être peur.
Quels sont les significations du tatouage?
Dan le tatouage berbère, les femmes essayaient de dévoiler le symbole convenable. En effet, chacune de ces femmes avait une signification mythique, nous avons déjà citer que la femme berbère s'intéresse au tatouage du front, de bras, de joues, de barbe, de menton et de dos de la main, …etc. , mais ce qui nous concerne ici c'est seulement le tatouage de la femme du Sud-est.Il est bien que à travers cette modeste recherche dans la vallée d'Ime Dghas (sud-est marocain) que les femmes se tiennent sur le tatouage des barbes et des dos de la main par contre à celles de l'Atlas qui se concentrent sur le tatouage de front et de menton ainsi que des joues, sans oublier aussi que il y a celles qui se tatouent un image qui porte un arbre de sapin ou de cèdre dans la barbe cela peut-être indique l'appartenance, on peut ajouter que les femmes qui se tatouent les bras chez nous n'est qu'une femme qui appartiennent à une famille qui à un poids lourd et important au sein de tribu ou de village, selon les traditions elle peut être la femme d'Ameghar (chef de tribu) ou la femme n taddrt taxatart, n tawja imeqquren (la grande famille).
Dans ce texte, nous allons mettre à la lumière la signification de quelques symbole, commençons par les points qui symbolise la chance d'être se marier à un foyer où il y'a beaucoup le bien et de richesse, ensuite, pour le petit losange sur les joues, cela veut dire la femme est très belle, elle représente la beauté excellente, on outre, celles qui mettent l'olivier sur la barbe, veulent dire que leurs sœurs sont déjà mariées, donc on peut dire que la fille n'est qu'une cadette, dans ce sens on peut mentionner les grains sous la forme des points autour des lignes parallèles représentent la fécondité de la femme. Par ailleurs, le carré représente le logis de femme. On trouve aussi rarement le cercle selon les traditions représentant l'absolu et le spirale qui dit : l'harmonie et dit que la fille est bien organisée dans sa vie quotidienne.
En peu de mots, nous arrivons à dire que le tatouage dans la société berbère avait tellement un rôle décisif et un objectif différent par-rapport aux autres sociétés qui le considère tel un élément clé pour l'esthétique et la beauté. En effet, même s'il s'agit d'un héritage ancestral de notre civilisation qui vient de génération par autre, malheureusement, aujourd'hui n'est plus, car beaucoup de jeunes filles ne veulent plus se tatouent comme l'antan, parce que d'après la religion a interdit cette pratique qui représente le patrimoine et la mémoire collective d'un peuple, cette religion vient de l'orient recommande que le tatouage dans le corps de l'Homme est un tabou, malgré que les berbère ils se tatouent avec des choses naturelles à savoir la suie et le luzerne. D'autre coté, on peut dire que les gens ne sont conscients à l'égard de leur culture et vis-à-vis à leur tradition millénaire, on va signaler l'exemple de certains disent actuellement que la jeune fille qui se tatoue sera méprisée dans la société surtout face aux hommes, alors elle ne trouve jamais son mari, il y'a d'autres qui croient que ce legs rituel n'exprime plus la beauté aux femmes dans ce monde de mondialisation et de technologie, c'est faute de ces gens-là le tatouage n'est plus pratiqué depuis les années 1980.
Aissa Jabbour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.