Parlement: Des lois organiques encore dans les tiroirs    CTM célèbre son centenaire    Vidéo. Safae Hbirkou, nouvelle égérie de Taous    Egypte: Sissi pourrait rester plus longtemps!    23e édition du Caftan: Pour un fabuleux voyage dans le temps    Expo: Dominique Zinkpè face à ses démons    La pensée de Abdelwahab Meddeb en arabe    Reconnaissance française pour l'appui financier marocain à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris    Le Roi Mohammed VI suit de près la problématique de l'eau    Netflix installe un studio de production à New York    Ground Zorro: Pet de lapin    Festival de Cannes : le film marocain «Adam» en compétition dans la section «Un certain regard»    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Le Raja s'offre l'IRT et revoit ses ambitions à la hausse    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Les concours d'internat fermés aux étudiants des Facultés de médecine privées    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Lydie Beassemda : Bénéficier de l'expérience marocaine    De nouvelles Assises pour un système fiscal qui ne tient pas debout    Lancement prochain du programme Souk At-tanmia à Guelmim    Driss Lachguar : Notre objectif est d'éviter des situations où les institutions et donc le pays se trouvent bloqués pendant de longs mois    Le Bureau marocain du droit d'auteur n'a pas renoncé au système numérique    L'acteur Mahjoub Raji n'est plus    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Philippe gillet, CSO chez SICPA : Aucun secteur n'échappe à la digitalisation    Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    Pas besoin d'en savoir plus    Agriculture durable, systèmes alimentaires durables, et «Diaf» : Le Maroc renforce son partenariat avec la Suisse et l'Allemagne    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Digitalisation: C'est maintenant ou jamai!
Publié dans Albayane le 18 - 03 - 2019

Le cabinet Tennaxia Consulting, expert en stratégie et conduite de changement, systèmes de management QHSE, et développement des compétences a conclu récemment un partenariat avec le groupe français Symalean pour commercialiser exclusivement ses solutions au Maroc. L'occasion de faire le point avec son président, Yassine Karim, sur ce cœur de métier et les enjeux de la digitalisation et de la certification des entreprises, deux chantiers qui semblent encore à la traine en dépit de tous les efforts déployés.
Al Bayane : La transformation digitale est sur toutes les lèvres. Mais concrètement, quel est l'impact sur l'entreprise?
Yassine Karim :La question du choix obligé de la digitalisationne se pose plus aujourd'hui. Ce n'est plus un choix, ni un luxe, mais une obligation. La digitalisation est un enjeu stratégique pour toute entreprise désirant se développer. A titre d'exemple, la digitalisation des processus métiers favorise l'augmentation de la productivité et améliore l'efficacité des résultats. Des tâches répétitives qui nécessitent une journée de travail peuvent être réalisées en une heure avec un processus digitale. Le 2e gain est lié au stockage et à la préservation de l'information. La digitalisation met fin à l'éparpillement des dossiers, ce qui facilite l'accès à l'information pour analyser et prendre les bonnes décisions.
Est-ce que l'entreprise marocaine est suffisamment prête pour emprunter ce virage ? N'y a-t-il pas une sorte de réticence au sein même du management?
La digitalisation fait face à des freins et à des réticences, ce qui est normal. Tout projet stratégique, qu'il soit digitale ou non, rencontre des résistances au changement. Le fait que la digitalisation renforce la traçabilité (qui a fait quoi ?) ne convient pas à tous les collaborateurs. Car le maillon faible est identifié grâce à cela. Maintenant, pour réussir un projet digitale au sein d'une entreprise, que ce soit sur le plan pilotage, qualité ou ressources humaines, il faut qu'il soit conçu comme une composante intégrée et intégrante de la stratégie de l'entreprise. Sans engagement réel de la direction générale pour réussir le projet, celui-ci est vouée à l'échec avant même qu'il ne démarre. Vient ensuite le challenge d'impliquer les utilisateurs. Il faut les convaincre de l'intérêt digital en mettant en avant les gains favorisés en termes de temps, d'efficacité et de performance. L'idée est de créer une prise de conscience, que les utilisateurs prennent conscience de l'enjeu de la digitalisation. Le passage au digital nécessite du temps et de l'énergie pour assurer le déploiement le paramétrage et l'intégration dans les processus. C'est loin d'être un projet facile, que l'on peut réaliser sur 1 ou 2 mois. Ce sont souvent des projets à moyen et long terme.
Est-ce qu'il ya dessecteurs qui avancent mieux que d'autres?
C'est clair, le secteur de services avance plus que les autres. Dans les assurances par exemple, nous ne pouvons pas imaginer un processus qui n'est encore non encore digitalisé. C'est un secteur qui estallé aussi loin qu'il le pouvait. Une demande de contrat d'assurance se fait en temps réel au niveau du siège. La réception se fait sous 24 heures. Le secteur de l'industrie est appelé à se digitaliser davantage avec la stratégie numérique et l'installation de l'Agence de développement numérique.
Comment expliquer l'écart dans l'adoption des outils digitaux entre les grandes entreprises et les PME qui constituent pourtant 95% du tissu économique?
Deux points peuvent être à l'origine de cet écart. Le premier est lié aux priorités de la PME. En effet, les PME ont d'autres préoccupations liées notamment à la gestion opérationnelle du quotidien, à la gestion de leur trésorerie et du recouvrement. Ce sont des problématiques qui pèsent lourd. Ceci-dit, les PME n'ont pas suffisamment de temps pour prendre du recul et aller sur le terrain du digital, contrairement aux grandes entreprises qui disposent de ressources humaines et ressources financières suffisantes pour mettre la digitalisation en têtedes priorités.
Ce n'est donc pas lié à un manque de volonté?
Pas du tout. Mais malheureusement, il y a beaucoup d'expériences de digitalisation qui ont échoué dans certaines PME, ce quin'a pas encouragé d'autres PME à emprunter ce virage. Ces échecs sont dus à des défaillances au niveau du déploiement. Pour réussir un projet digital, il faut avoir un assistant maitre d'ouvrage, un ingénieur capable de piloter en interne, ainsi que d'autres ressources, ce qui n'est pas toujours le cas au niveau de ces structures.
Outre l'accompagnement digital, vous assistez également les entreprises qui souhaitent se certifier ? Où en est le Maroc en matière de certification?
Nous sommes sur la bonne voie malgré le nombre de certifications qui reste assez modeste. Il y a une vraie dynamique au Maroc d'aller vers des standards internationaux. Il faut savoir qu'il y a plusieurs types de certifications. Mais nous ne comptons pas plus de 2000 certifications au Maroc. La norme la plus demandé est l'ISO 9001 version 2015 car elle permet à une entreprise de mieux s'organiser, de gagner en performance et en efficacité. D'ailleurs, cette norme est une étape primordiale pour aller vers un projet digitale car un projet de certification ISO 9001 permet à nos PME d'asseoir une organisation, de définir les process et la stratégie d'entreprise, de mettre en place des indicateurs et des tableaux de bord pour la prise de décision, en plus de fiabiliser et de garantir la conformité de la prestation et derrière cela d'assurer la satisfaction du client.
Comment expliquez-vous ce bilan modeste?
Il n'y a pas suffisamment de prise de conscience de l'intérêt de la certification de manière volontaire, car la plupart de ces 2000 entreprises sont dans l'obligation de se certifier soit parce qu'elles opèrent dans l'export et sont donc contraintes de s'aligner sur les standards internationaux soit parce qu'un donneur d'ordre important l'a exigé.
Dans la démarche de certification, la phase du conseil et d'accompagnement est cruciale. Comment les cabinets conseils comme Tennaxia peuvent-ils accompagner l'entreprise dans cette démarche?
Cet accompagnement est assuré en trois phases. La première est dédiée au diagnostic pour comprendre la culture de l'entreprise et ses problématiques. Vient ensuite l'étape de mise en place d'un plan d'action permettant à l'entreprise d'aller vers la certification. Généralement, nous commençons par la certification ISO 9001 qui reste une norme de taille pour mettre en place les fondamentaux d'organisation et de maitrise de process. La 3eme étape est celle du déploiement de tous les dispositifs de maitrise sur le terrain. Notons aussi qu'un projet d'accompagnement nécessite, au minimum, un an de travail. En moyenne, une démarche de qualité commence à porter ses fruits sur trois ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.