«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

Le 13 Novembre dernier, une vidéo postée sur les réseaux sociaux par le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ, extrême-droite) montrait un homme coiffé d'un fez remettant sa carte de sécurité sociale à une assistance médicale avec comme commentaire : «Pour Ali, qui n'est pas assuré, le ciel est en train de s'assombrir car il ne pourra plus utiliser la carte de son cousin Moustafa. Cela faisait des années que le FPÖ réclamait des photos sur les cartes de sécu».
Cette petite vidéo de propagande, partagée par Beate Hartinger-Klein, la ministre FPÖ des Affaires Sociales à l'origine des mesures visant à lutter contre les fraudes, entre dans le cadre d'une vaste campagne xénophobe ciblant la communauté musulmane et attisant le ressentiment envers cette dernière.
C'est dans ce cadre que, dès sa venue aux commandes des affaires de l'Etat autrichien au début de l'année 2017, le FPÖ avait placé au premier rang de ses priorités la lutte contre l'immigration et l'islam radical. Dénonçant la naturalisation des membres de la communauté musulmane, il ne cesse même de réclamer leur exclusion des logements sociaux. Il accompagne toujours son discours raciste et ségrégationniste de visuels faisant apparaître des femmes en burqa ou en niqab alors même qu'à peine 8% de la population autrichienne de confession musulmane revendique son appartenance à un Islam rigoriste.
Aussi, pour le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), le massacre des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande de la semaine dernière est-il venu comme une cerise sur gâteau nourrir la haine à l'égard du musulman à telle enseigne que le 14 mars dernier, lors de la présentation d'un livre écrit par Thilo Sarrazin – un auteur allemand néo-conservateur dont les positions sur l'immigration sont proches de celles de l'extrême-droite autrichienne – le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache a affirmé que dans près de 150 jardins d'enfants contrôlés à Vienne par les islamistes, les élèves «sont éduqués à travers des sermons haineux à devenir des martyrs». Dans une autre déclaration, le vice-chancelier autrichien en vient même à faire un parallèle entre le «pourcentage de citoyens musulmans» dans un pays donné et «les conditions d'une guerre civile».
Il n'en fallait pas plus pour faire sortir de ses gonds IGGÖ, la principale fédération musulmane d'Autriche et la pousser à hausser le ton et crier bien fort : «çà suffit (…) les déclarations du vice-chancelier sont un dérapage que nous ne pouvons plus accepter (car) personne n'est au-dessus des lois, aucune carrière de politicien n'est plus importante que la paix sociale dans notre pays» et à déposer, ce mercredi 20 mars 2019, une plainte «pour incitation à la haine» contre Heinz-Christian Strache, le vice-chancelier autrichien.
Mais, le FPÖ que dirige ce dernier qualifie cette plainte d'initiative «populiste» prise par l'organisation musulmane dans le seul but de «détourner l'attention» de ses membres et de les éloigner des vrais problèmes que vit le pays.
Au vu de l'exacerbation, au fil des jours, de l'animosité qu'il y a entre le parti de la Liberté d'Autriche (FPÖ) et la communauté musulmane, il semble que le bras-de-fer FPÖ-IGGÖ soit là pour durer, alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.