«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

Le 13 Novembre dernier, une vidéo postée sur les réseaux sociaux par le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ, extrême-droite) montrait un homme coiffé d'un fez remettant sa carte de sécurité sociale à une assistance médicale avec comme commentaire : «Pour Ali, qui n'est pas assuré, le ciel est en train de s'assombrir car il ne pourra plus utiliser la carte de son cousin Moustafa. Cela faisait des années que le FPÖ réclamait des photos sur les cartes de sécu».
Cette petite vidéo de propagande, partagée par Beate Hartinger-Klein, la ministre FPÖ des Affaires Sociales à l'origine des mesures visant à lutter contre les fraudes, entre dans le cadre d'une vaste campagne xénophobe ciblant la communauté musulmane et attisant le ressentiment envers cette dernière.
C'est dans ce cadre que, dès sa venue aux commandes des affaires de l'Etat autrichien au début de l'année 2017, le FPÖ avait placé au premier rang de ses priorités la lutte contre l'immigration et l'islam radical. Dénonçant la naturalisation des membres de la communauté musulmane, il ne cesse même de réclamer leur exclusion des logements sociaux. Il accompagne toujours son discours raciste et ségrégationniste de visuels faisant apparaître des femmes en burqa ou en niqab alors même qu'à peine 8% de la population autrichienne de confession musulmane revendique son appartenance à un Islam rigoriste.
Aussi, pour le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), le massacre des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande de la semaine dernière est-il venu comme une cerise sur gâteau nourrir la haine à l'égard du musulman à telle enseigne que le 14 mars dernier, lors de la présentation d'un livre écrit par Thilo Sarrazin – un auteur allemand néo-conservateur dont les positions sur l'immigration sont proches de celles de l'extrême-droite autrichienne – le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache a affirmé que dans près de 150 jardins d'enfants contrôlés à Vienne par les islamistes, les élèves «sont éduqués à travers des sermons haineux à devenir des martyrs». Dans une autre déclaration, le vice-chancelier autrichien en vient même à faire un parallèle entre le «pourcentage de citoyens musulmans» dans un pays donné et «les conditions d'une guerre civile».
Il n'en fallait pas plus pour faire sortir de ses gonds IGGÖ, la principale fédération musulmane d'Autriche et la pousser à hausser le ton et crier bien fort : «çà suffit (…) les déclarations du vice-chancelier sont un dérapage que nous ne pouvons plus accepter (car) personne n'est au-dessus des lois, aucune carrière de politicien n'est plus importante que la paix sociale dans notre pays» et à déposer, ce mercredi 20 mars 2019, une plainte «pour incitation à la haine» contre Heinz-Christian Strache, le vice-chancelier autrichien.
Mais, le FPÖ que dirige ce dernier qualifie cette plainte d'initiative «populiste» prise par l'organisation musulmane dans le seul but de «détourner l'attention» de ses membres et de les éloigner des vrais problèmes que vit le pays.
Au vu de l'exacerbation, au fil des jours, de l'animosité qu'il y a entre le parti de la Liberté d'Autriche (FPÖ) et la communauté musulmane, il semble que le bras-de-fer FPÖ-IGGÖ soit là pour durer, alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.