Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Autrichiens manifestent contre leur coalition gouvernementale
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2018

«Résistance», «Ne laissons pas les nazis gouverner» ou encore «S'il vous plaît, pas encore» et «Ceux qui tolèrent Kurze et Strache auraient applaudi en 1938» en référence à l'Anschluss de sinistre mémoire qui le 12 mars de cette année-là avait abouti à l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie et à la mise en place d'un régime autoritaire fasciste furent quelques uns des slogans inscrits sur les pancartes et les banderoles brandies par ces dizaines de milliers d'autrichiens qui, ce samedi, ont investi les rues de Vienne pour dénoncer la coalition gouvernementale en place.
Formé au milieu du mois dernier, le nouveau gouvernement autrichien dirigé par le jeune chancelier conservateur-chrétien Sebastian Kurz du Parti Populaire (ÖVP) qui est secondé par un vice-chancelier qui n'est autre que Heinz-Christian Strache, le chef du Parti de la Liberté d'Autriche, (FPÖ) populiste, compte en son sein six ministres d'extrême-droite occupant des postes-clés.
Les manifestants ont réclamé haut et fort la démission immédiate de Herbert Kickl, le très controversé ministre de l'Intérieur, après que celui-ci ait proposé jeudi dernier, 11 janvier, de «cantonner les demandeurs d'asile dans des centres» usant ainsi d'une terminologie qui évoque les camps de concentration de sinistre mémoire; ce que Benjamin Abtan, le président du Mouvement Antiraciste Européen considère comme étant inacceptable d'autant plus que «dans six mois, ce ministre va se retrouver dans une position de leader européen de la politique de l'asile puisque son gouvernement va présider l'Union Européenne».
Dénonçant donc cette coalition qui fait craindre un retour à cette période sombre de l'histoire du pays, ce sont plusieurs dizaines de milliers de manifestants qui ont participé à «l'une des plus importantes manifestations depuis des années» selon des militants de l'association antifasciste «PlattformRadikale Linke» qui craignent que, par cette coalition qui n'est rien d'autre qu'une «attaque frontale contre la classe ouvrière», l'Autriche ne soit à la veille d'une «transformation autoritaire comme en Hongrie et en Pologne »
Et Andreas Schieder du Parti Social-Démocrate (SPÖ) de préciser, à ce titre, que le gouvernement «prévoit des sanctions à l'encontre des chômeurs de longue durée et des journées de douze heures de travail» alors même que, dans le même temps, il «accorde des énormes réductions d'impôts à l'industrie du tourisme et aux employeurs».
Par ailleurs, l'écologiste Alexander Van der Bellen, élu en 2016 pour faire barrage au candidat du Parti de la Liberté (FPÖ) estime, pour sa part, que «délibérément utilisées ou non, les formules pouvant être comprises comme autant d'allusions aux heures les plus sombres de notre histoire ne doivent trouver aucune place dans le discours politique» alors que Christian Kern, l'ancien chancelier social-démocrate suggère à son successeur de «sanctionner ce dérapage» nuisible à la réputation de l'Autriche.
Enfin, au vu de ce qui se passe en Hongrie, en Pologne et en Autriche et qui risquerait de faire tâche d'huile si l'on n'y prend garde, est-ce user de mauvaise que de dire que certains gouvernements sont en train de pousser l'Europe à faire revivre à ses peuples une très sombre période de son Histoire? Quoiqu'il en soit, espérons que les peuples européens sauront sauvegarder leurs libertés en les défendant comme il se doit...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.