Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Psycause: Carte de résident    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Zoom: Laisser aimer    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    ONSSA. Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires    Aéroports du Maroc : Le trafic commercial en forte hausse    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Aji T'hdm. "Les Inqualifiables" enflamment la scène    Fès/Tourisme: Jnane Sbil sur les traces du Jardin de Majorelle    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 5: Les fondements de la Loi juive    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Guerre commerciale: Trump semble prêt à aller jusqu'au bout…    Comment les familles perçoivent l'école marocaine    «Arabæsque», une synthèse subtile entre traditions musicales orientales et occidentales    Le nombre des directrices de publication des journaux électroniques en hausse    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Insolite : Champignons hallucinogènes    Ces tournages qui ont tourné au drame : Taxi 2    Comment les céréales complètes protègent des maladies    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    #9hartouna: le hashtag contre les gilets jaunes casablancais    Propositions de loi. Les dispositions législatives vont enfin être activées    29ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le sprint final lancé    La «Nakba» qui interpelle le monde    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    Casablanca. Coups de feu dans l'arrestation d'un trafiquant de drogues    Hervé Renard félicite les internationaux marocains    Vidéo – Un avion de combat F-16 s'écrase contre un entrepôt en Californie    Angelillo moins chanceux que les Lions    Abdellah Amrani, un artiste tout simplement…    Boeing : La mise à jour du système anti-décrochage du 737 MAX est prête    Hamid Lechhab : L'ouverture des médias sur les intellectuels est sélective    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur du Yémen à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Autrichiens manifestent contre leur coalition gouvernementale
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2018

«Résistance», «Ne laissons pas les nazis gouverner» ou encore «S'il vous plaît, pas encore» et «Ceux qui tolèrent Kurze et Strache auraient applaudi en 1938» en référence à l'Anschluss de sinistre mémoire qui le 12 mars de cette année-là avait abouti à l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie et à la mise en place d'un régime autoritaire fasciste furent quelques uns des slogans inscrits sur les pancartes et les banderoles brandies par ces dizaines de milliers d'autrichiens qui, ce samedi, ont investi les rues de Vienne pour dénoncer la coalition gouvernementale en place.
Formé au milieu du mois dernier, le nouveau gouvernement autrichien dirigé par le jeune chancelier conservateur-chrétien Sebastian Kurz du Parti Populaire (ÖVP) qui est secondé par un vice-chancelier qui n'est autre que Heinz-Christian Strache, le chef du Parti de la Liberté d'Autriche, (FPÖ) populiste, compte en son sein six ministres d'extrême-droite occupant des postes-clés.
Les manifestants ont réclamé haut et fort la démission immédiate de Herbert Kickl, le très controversé ministre de l'Intérieur, après que celui-ci ait proposé jeudi dernier, 11 janvier, de «cantonner les demandeurs d'asile dans des centres» usant ainsi d'une terminologie qui évoque les camps de concentration de sinistre mémoire; ce que Benjamin Abtan, le président du Mouvement Antiraciste Européen considère comme étant inacceptable d'autant plus que «dans six mois, ce ministre va se retrouver dans une position de leader européen de la politique de l'asile puisque son gouvernement va présider l'Union Européenne».
Dénonçant donc cette coalition qui fait craindre un retour à cette période sombre de l'histoire du pays, ce sont plusieurs dizaines de milliers de manifestants qui ont participé à «l'une des plus importantes manifestations depuis des années» selon des militants de l'association antifasciste «PlattformRadikale Linke» qui craignent que, par cette coalition qui n'est rien d'autre qu'une «attaque frontale contre la classe ouvrière», l'Autriche ne soit à la veille d'une «transformation autoritaire comme en Hongrie et en Pologne »
Et Andreas Schieder du Parti Social-Démocrate (SPÖ) de préciser, à ce titre, que le gouvernement «prévoit des sanctions à l'encontre des chômeurs de longue durée et des journées de douze heures de travail» alors même que, dans le même temps, il «accorde des énormes réductions d'impôts à l'industrie du tourisme et aux employeurs».
Par ailleurs, l'écologiste Alexander Van der Bellen, élu en 2016 pour faire barrage au candidat du Parti de la Liberté (FPÖ) estime, pour sa part, que «délibérément utilisées ou non, les formules pouvant être comprises comme autant d'allusions aux heures les plus sombres de notre histoire ne doivent trouver aucune place dans le discours politique» alors que Christian Kern, l'ancien chancelier social-démocrate suggère à son successeur de «sanctionner ce dérapage» nuisible à la réputation de l'Autriche.
Enfin, au vu de ce qui se passe en Hongrie, en Pologne et en Autriche et qui risquerait de faire tâche d'huile si l'on n'y prend garde, est-ce user de mauvaise que de dire que certains gouvernements sont en train de pousser l'Europe à faire revivre à ses peuples une très sombre période de son Histoire? Quoiqu'il en soit, espérons que les peuples européens sauront sauvegarder leurs libertés en les défendant comme il se doit...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.