La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La Cour des Comptes publie son rapport sur les services publics en ligne    Flash hebdomadaire    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    1er numéro du «Bulletin du patrimoine de Marrakech et de sa région»    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    P&G renouvelle son opération solidaire "Iftar Saem"    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    Le CESE donne la parole aux citoyens    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dur des portugaises!
Publié dans Albayane le 18 - 04 - 2019

A voir, de nos rivages africains de la Méditerranée, le feu ravager la cathédrale de Notre Dame de Paris, on ne peut que ressentir l'immensité de la perte. Une perte pour nous car il s'agit d'une partie de notre patrimoine.
Tout d'abord à travers l'œuvre littéraire de Victor Hugo où le plaidoyer pour la préservation du patrimoine architectural constitue le filigrane du roman dans lequel Notre Dame de Paris constitue le pivot du récit. Puis, à travers la musique et le cinéma qui ont adapté l'œuvre et enfin ; pour celles et ceux qui ont eu la possibilité de visiter le monument, majestueux chef d'œuvre de l'architecture gothique avec la possibilité d'une vue panoramique sur Paris.
Signe des temps, cet incendie intervient à l'approche de la journée internationale des monuments et des sites célébrée sous l'égide de l'UNESCO chaque année. Il faudrait dire que l'église n'est pas à sa première dégradation, elle en a vu d'autres et certainement elle retrouvera sa splendeur très bientôt.
L'émotion est grande, car la puissance du feu et sa grande capacité de dégradation en sont en grande partie responsable. Les intempéries, et surtout l'activité humaine est beaucoup plus sournoise dans la déprédation du patrimoine bâti. Tous les monuments ne sont pas Notre Dame de Paris pour susciter l'intérêt pour sa restauration passée ou actuelle et chaque monument constitue une partie de nous, de notre histoire. Il nous éclairera sur notre vécu et nous inspirera pour l'édification de notre avenir.
Dans notre beau pays riche en sites historiques, Sa Majesté le Roi s'est engagé dans la réalisation de la mise en valeur et la réhabilitation des anciennes médinas pour préserver et valoriser le patrimoine matériel et immatériel du royaume, et «de le protéger au bénéfice des générations futures». L'effort est immense pour préserver la richesse et la diversité de l'identité marocaine. Il exprime la volonté nationale et l'unité du peuple marocain pour consolider l'intégrité territoriale et édifier l'état national démocratique et moderne. Il nécessite aussi une vigilance pour que les uns arrêtent de défaire ce que d'autres ont construit avec patience, efforts et préservation.
Le cas le plus patent est ce qui se passe à El Jadida. Au moment où les Doukkali(e)s se remémorent la 250ème année de l'évacuation des portugais de Mazagan, la libération de Lbrija et la construction au Brésil de Mazagào; une ferronnerie, loin de toute initiative de développement humain, est installée pour occuper l'espace adjacent aux remparts de la Cité portugaise.
Peut-on imaginer un jour, que ce jour n'advienne jamais, que l'esplanade de la Mosquée Hassan ou ses alentours soit transformée en «souika» pour marchands ambulants, escargotiers et autres vendeurs de saucisses grillées et de jus ! Voudrait-on que l'inscription au patrimoine mondial soit retirée à El Jadida que l'on ne s'y prendrait pas autrement. L'Unesco a consigné à ce propos que « la population de la ville s'y sent très impliquée et s'approprie le souci de conservation et d'animation de ce haut lieu d'histoire maroco-portugaise, consciente que ce patrimoine appartient désormais à toute l'humanité». Rien n'a changé depuis lors; et si la sauvegarde de ce patrimoine est une responsabilité collective, il reste aux différentes autorités d'assumer pleinement leur mission.
Toujours dans les rapports de l'Unesco : «La gestion du site est placée sous la responsabilité du ministère des Affaires culturelles (Direction du Patrimoine culturel, Centre du Patrimoine Maroco-Lusitanien, Institut national des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine), des autorités locales (le maire d'El Jadida) chargées des services, des infrastructures et de l'urbanisme, de la préfecture de la Province (coordination et supervision) et du ministère du Tourisme (financement et promotion)». La mémoire des Doukkala ne se laissera pas effacer ni raturer, elle résistera pour le bien de notre présent et au bénéfice des générations futures du royaume. A bon entendeur, salam; aussi dur des portugaises qu'il soit!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.