Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Naciri au Forum de la MAP
Publié dans Albayane le 25 - 04 - 2019

Immuniser la profession de journaliste pour le bien de la démocratie et de la liberté de la presse
Reporters sans frontières (RSF) s'est trompée de nouveau et a manqué d'objectivité et de réalisme en classant le Maroc à la 135e place dans son rapport annuel pour l'année 2019, c'est-à-dire derrière des pays où il n y a pas de liberté de la presse et où des journalistes sont même assassinés, a affirmé Pr Khalid Naciri, ancien ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, également membre du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme.
Pr Niciri, qui était l'invité mardi du Forum de la MAP, dans le cadre des manifestations organisées à l'occasion du 60ème anniversaire de l'agence, a rappelé que le Maroc, qui poursuit son processus démocratique en toute confiance, n'a besoin de personne pour faire briller son image.
Classer le Maroc derrière des pays – qu'il a omis de citer par respect- et où la liberté de la presse est systématiquement bafouée n'honore en rien une ONG, sensée faire preuve d'objectivité et de professionnalisme pour contribuer à la défense de la liberté de la presse dans le monde, a-t-il dit.
«Le prix de son ouverture et de sa transparence».
Selon Pr Naciri, cette attitude ne le surprend guère. «Lors d'un entretien avec Robert Menard, ancien secrétaire général de RSF, à qui j'avais posé la question de savoir, en tant que ministre de la communication, pourquoi le Maroc est perçu de manière négative, ce dernier m'avait surpris en me disant que le Maroc paie le prix de son ouverture et de sa transparence». Quant aux pays qui gardent leurs frontières hermétiquement fermées, ils ne craignent rien puisque rien ne filtre sur la situation de la liberté de la presse qui y prévaut.
Pour ce qui est du Maroc, il a été toujours un pays ouvert sur son environnement régional et international pour « accéder au savoir et à la science même en Chine », comme le précise un Hadith du prophète Sidna Mohamed, a-t-il dit.
C'est ce qui avait marqué aussi les efforts entrepris et les grandes options prises au lendemain de l'indépendance du pays en 1956, en ce qui concerne la cause de la démocratie dans le pays, dont la construction se poursuit depuis, non pas de manière linéaire mais connait des hauts et bas. Et c'est ce qui se reflète inéluctablement sur la situation de la liberté de la presse et des libertés tout court, a-t-il dit.
Depuis lors, la presse au Maroc avait été dominée par la presse partisane, qui a beaucoup perdu de sa lueur d'antan et plus tard de la presse non partisane, baptisée injustement d'indépendante, car tout journaliste est encadré par un référentiel quelconque à respecter.
«Les fakes news… un effet néfaste sur l'opinion publique»
Mais ce qui importe pour le moment, c'est de renforcer la crédibilité de l'information et le respect de la déontologie de la profession tout en mettant en garde contre les fakes news qui peuvent avoir un effet néfaste sur l'opinion publique.
Après avoir abordé, quoique de manière brève, l'évolution du secteur (Forum national de l'information de 1993 et code de la presse et le Conseil national de la presse en 2016), Khalid Naciri a insisté sur la nécessité pour les journalistes d'immuniser davantage l'espace de la presse contre les intrus, les dérapages et l'utilisation politicienne de la profession pour participer de manière effective à la consolidation du processus démocratique en cours et à la mise en œuvre de la Constitution de 2011.
Pour ce faire, la vigilance doit être toujours de mise chez les journalistes qui doivent œuvrer dans le sens de doter le secteur des garanties et des immunités dont il a besoin pour être au service de la démocratie et de la liberté de la presse, a-t-il noté, sachant que le Maroc «n'a pas encore traversé la rivière et asséché ses pieds» comme dit l'adage marocain.
Autrement dit, il reste beaucoup à faire pour prémunir la profession de tous les dérapages probables en renforçant son cadre juridique dans le but de faire de la presse un outil au service de la démocratie, a-t-il dit, estimant que la démocratie n'a aucun avenir dans le pays sans respect de la déontologie de la presse.
Revenant sur l'importance du sujet de cette rencontre «la presse pouvoir ou contre-pouvoir !», Pr Naciri a rappelé qu'il s'agit d'une question qui est au cœur de la philosophie démocratique et de l'idéal démocratique. Selon lui, la question ne se pose pas ainsi car la presse est un pouvoir et un contre-pouvoir, un 4ème pouvoir qui se situe après les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.
D'après lui, le pouvoir non gouvernant de la presse, par opposition aux pouvoirs gouvernants des trois autres, joue désormais dans les sociétés modernes une influence plus grande que celles des autres, qui fait de lui le 1er pouvoir et non pas le 4ème.
C'est ce que laisse entende l'expérience des journalistes militants engagés, dont l'action est menée au service de la cause de la démocratie, a-t-il expliqué, notant toutefois que le journaliste n'est pas un acteur direct, en dépit de son rôle dans le façonnement de l'opinion publique, mission dont le journaliste doit prendre conscient. Ce 5ème pouvoir (opinion publique), enfant légitime de la démocratisation de la vie publique (réseaux sociaux) est à l'origine d'un climat politique nouveau dont personne ne parlait. C'est là peut être le résultat de cette accélération de l'histoire, dont on parlait déjà au cours du 20ème siècle, et qui rend difficile toute prévision, a-t-il affirmé, appelant à davantage de vigilance et de liberté de la presse pour le bien de la démocratie et du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.