Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La flamme du théâtre amateur!
Publié dans Albayane le 09 - 05 - 2019

Au tout début des années 80, naissait «la rencontre du théâtre amateur». L'idée émanait d'Agadir, mais germait dans la scène de l'art dramatique un peu partout au Maroc. Un groupe de fervents eut donc le mérite de se constituer en «union provinciale du théâtre amateur», regroupant une dizaine de troupes, en particulier d'Agadir et d'Inezgane. Puis, 1980, naquit la première édition du rassemblement autour de l'art théâtral. Une première dans les annales de la pratique du théâtre engagé!
Avec des moyens très limités, on arrivait donc à tenir, chaque année, ce rendez-vous auquel étaient conviés tous les mordus du théâtre national. Certes, il y avait, à l'époque, le festival national de théâtre amateur que tenait le ministère de la jeunesse et sport, en coordination avec la Fédération nationale du théâtre amateur. Mais, celui d'Agadir avait ce cachet singulier de «théâtre engagé», qui ouvrait la porte à tous les spectacles sérieux du Royaume, sans passer par la phase éliminatoire au préalable, souvent entachées de censure.
Durant environ une quinzaine d'années, la rencontre d'Agadir qui drainait des centaines de festivaliers de toutes les régions du pays, cette noce conviviale de partage ressuscitait, au fur et à mesure, les sommités du théâtre marocain qui s'étaient recroquevillées sur elles-mêmes. C'est ainsi que réapparaissaient, au grand bonheur de larges générations montantes d'académiciens des années 80, des ténors de haute renommée nationale et ailleurs, tels Dr Hassan Mnii, feu Med Keghat, Salem Kouindi, Med Kaouti et bien d'autres.
Au fil des années, la rencontre gagnait en maturité et, en plus des représentations de haute qualité qu'elle proposait à l'assistance grandissante, elle débattait des thématiques de l'art dramatique de haute acuité, en corrélation avec les préoccupations de l'heure en matière de recherche esthétique et patrimoniale. Peu à peu, la rencontre d'Agadir devenait une référence, un modèle et un bastion de la création pratique et de l'échange théorique. En dépit des contraintes et entraves, souvent dictées par des calculs politiciens, cette riche expérience a pu résister jusqu'en 1994.
Mais, avant de rendre l'âme, cette tradition théâtrale avait contaminé nombre de structures associatives, notamment Rouad Al Khachaba de Meknès qui avait pris le relai avec sa propre rencontre. Cette dynamique mettait beaucoup de tonus dans le corps du théâtre engagé qui contribuait, à cette époque cruciale de l'histoire de la nation, au relèvement de la pensée éclairée et de la conscience collective. Aujourd'hui, tout cet effort bénévole, motivé par le civisme et la militance, suscitait la fierté d'une poignée d'hommes et de femmes qui ont fondé et concrétisé cette idée ayant enchanté et interpellé des milliers d'amoureux de l'art dramatique engagé. Une pensée de reconnaissance aux bâtisseurs de cet édifice étincelant de la rencontre d'Agadir qui sont, entre autres, Abdelkader Ababou, feux Abdelaziz El Farouki et Hassan Souabni, Lahoucine Echaabi, Mohamed Oubihi…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.