Maroc : panne généralisée d'électricité    Coronavirus : 123 nouveaux cas, 14.730 cas au total, mercredi 8 juillet à 10h    Déficit budgétaire. Le gouvernement doit voyager en classe économique    Covid-19 : Les banques résilientes    Voie express Tiznit-Laâyoune : Les chantiers avancent à grands pas    Crédit Agricole du Maroc de nouveau distinguée par la Commerzbank    Casablanca: le trafic du tramway à l'arrêt    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Le retrait américain de l'OMS prendra effet dans une année    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 123 nouveaux cas, 14.730 au total    Aïd Al Adha: Principales inquiétudes des éleveurs et réponses des institutionnels (Reportage Vidéo)    Accidents de la circulation : 11 morts et 1.766 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    La situation pandémique est maîtrisée    Casablanca : trafic du tramway à l'arrêt à cause d'une coupure d'électricité    France: un plan de reconfinement a été préparé    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    Météo : temps généralement stable avec ciel peu nuageux à clair, ce 8 juillet    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bilan d'étape : le dit et le non-dit
Publié dans Albayane le 22 - 05 - 2019

En application de l'article 101 de la constitution, le Chef du Gouvernement a présenté devant les deux chambres du parlement le bilan à mi-parcours de son équipe. L'initiative est en elle-même louable tant qu'elle contribue à l'enracinement des pratique démocratiques et à donner vie et dynamisme à une situation politique qui est, le moins qu'on puisse dire, atone. C'est une occasion idoine pour enclencher un débat autour des grandes questions du pays et apprécier les réponses, si réponses il y a, de l'équipe Othmani pour y remédier. Par la présente chronique, nous comptons modestement y contribuer.
Comment y procéder? Quelle grille de lecture adopter? Il me semble de prime abord qu'il y a trois manières de lire ce bilan:
1) le soumette à une critique externe et le juger sur la base d'a priori idéologiques et des idées préconçues. Ici, la réponse est prête avant de connaitre la nature du problème. Elle consiste à adopter une attitude de rejet en ne voyant que du noir et du brouillard. Cette attitude nihiliste qui se renforce par le mécontentement populaire se place dans un certain conformisme intellectuel et va jusqu'à dénigrer avec une bassesse inouïe, tout ce qui marche;
2) une deuxième lecture s'inscrit en opposition frontale à la première en versant dans une apologie extrême et dans une autosatisfaction à la limite de la béatitude. Sa devise : «tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes imaginables». Comme les extrêmes se rejoignent, ces deux grilles de lecture ne présentent pas beaucoup d'intérêt si ce n'est le ronronnement verbal et ne font pas, par conséquent, avancer la réflexion;
3) entre ces deux lectures, il y a de la place pour une troisième, celle de la raison et de l'analyse. Celle qui interroge la conscience humaine et met à rude épreuve son intelligence. Celle qui ne se contente pas du refus systématique ni du suivisme aveugle. C'est à cette lecture que je me suis personnellement exercé, m'obligeant, par précaution d'usage, à ne pas faire de commentaire à chaud et à agir dans le feu de l'actualité en prenant, chemin faisant, le recul nécessaire pour conduire une analyse qui est de mon point de vue, objective, critique mais engagée il va sans dire.
Ces considérations méthodologiques étant faites, passons, à présent, au crible la déclaration du Chef du gouvernement en prenant en considération son exposé devant les parlementaires (70 pages) et le texte plus détaillé distribué sous forme de rapport analytique (358 pages). On notera que les deux documents ont été élaborésselon le plan du programme gouvernemental présenté pour obtenir l'investiture du parlement. Ledit programme comprend, rappelons- le, 5 axes:
– Soutien à l'option démocratique et aux principes de l'Etat de droit et consécration de la régionalisation avancée.
– Renforcement des valeurs d'intégrité, réforme de l'administration et ancrage de la bonne gouvernance.
– Développement du modèle économique, promotion de l'emploi et développement durable.
– Renforcement du développement humain et de la cohésion sociale et spatiale.
– Renforcement du rayonnement international du Maroc et promotion de ses causes justes à travers le monde.
Si cette méthode peut paraitre séduisante à première vue, elle prêche néanmoins par son simplisme et son esprit scolastique. On s'est limité à remplir les cases par un « copier-coller »scolaire, à tel point qu'on se perd dans les détails. Les quelques mesures phares, qui se compteraient sur les bouts des doigts, auraient mérité à elles seules, de faire l'objet d'un rapport analytique de la part du Chef du Gouvernement. Malheureusement, elles ont été noyées dans un flot de mesures et de soi-disant «réalisations».
En effet, le Chef du Gouvernement était attendu sur des questions et des problématiques précises qui ont pour la plupart un caractère national préoccupant, qui sont à l'origine d'un malaise social visible et qui placent le pays en position de stand-by et de manque de visibilité. Qu'on en rappelle quelques-unes : le blocage persistant pour l'adoption du projet de loi sur la réforme de l'éducation; le blocage relatif à l'adoption de la loi organique sur la langue amazigh et la loi organique relative au Conseil des cultures et langues; la mise en œuvre de la couverture médicale et sociale au profit des indépendants; la situation macro-économique du pays et les prévisions arrêtées en fin de mandature; les conséquences politiques et les soubresauts sociaux du hirak; l'état réel de la cohésion au sein de la majorité gouvernementale…
Sur ces questions et d'autres, ayons le courage de le dire en toute responsabilité et franchise: le Chef du Gouvernement est resté muet.Ne parlons pas de son silence sur le nouveau modèle de développement? Pas une phrase. Pas un mot ! Est-ce par crainte de piétiner sur des domaines qu'il considère, à tort ou à raison, ne relevant pas de ses prérogatives Est-ce à cause de la nature de l'Homme qui se contente, visiblement, d'un Smig politique et n'arrive pas à se sentir à l'aise dans son costume de Chef de Gouvernement lui préférant celui d'un Premier Ministre? En tout cas, de telles interrogations nous semblent tout à fait légitimes à poser tant elles renvoient à la construction démocratique dans notre pays.
Pour ne pas parvenir à se saisir de ces questions stratégiques, le Chef du Gouvernement s'est laissé piégé par des détails et des réalisations qui relèvent à plus de 90% de la gestion des affaires courantes, à tel point que les réseaux sociaux et les commentateurs à tout va n'ont retenu de cette intervention que son lapsus sur la femme rurale ! C'est bien dommage…
Reste à savoir dans quelle mesure il a séduit et convaincu l'opinion publique de ses choix ? A-t-il rassuré le pays pour se mettre sérieusement au travail ? En l'absence d'instituts de sondage qui mesurent le baromètre de satisfaction des citoyens, seuls les prochains jours nous apporteront les réponses, ou du moins les premiers indices à ces interrogations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.