Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…
Publié dans Albayane le 23 - 05 - 2019

Sénatrice et, à ce titre, protégée par l'immunité parlementaire qui lui épargne une détention préventive, Christina Fernandez de Kirchner, 66 ans, péroniste, ayant présidé aux destinées de l'Argentine de 2007 à 2015, après son époux Nestor qui siégea à la magistrature suprême du pays de 2003 à 2007, a comparu ce mardi devant le Tribunal de Buenos-Aires pour «l'une de la dizaine d'affaires de corruption dans lesquelles elle est mise en examen» et qui a trait à 52 contrats d'une valeur globale de plus d'un milliard de dollars conclus, sous sa présidence, avec l'entreprise Austral Constructions.
A ses côtés, comparaissent, en état de détention, Lazaro Baez, le patron de l'entreprise précitée, simple employé de banque de la province de Santa Cruz – le fief politique des Kirchner en Patagonie – rapidement devenu un richissime chef d'entreprise en BTP, Julio de Vido, ancien ministre de la planification arrêté en Octobre 2017, son vice-ministre José Lopez ainsi que douze autres accusés parmi lesquels figure Alberto Fernandez, ancien chef de cabinet du président Nestor Kirchner, décédé en 2010.
Mais nonobstant l'accusation pour laquelle elle est appelée à répondre devant la Cour, l'ancienne présidente de l'Argentine reste, toutefois, protégée par l'immunité parlementaire dont les péronistes, majoritaires au Sénat, refusent de la dépouiller tant qu'elle ne sera pas condamnée et avant que tous les recours judiciaires ne soient épuisés; ce qui risque de durer plusieurs mois encore, voire même jusqu'à ce que cette dernière, candidate à la vice-présidence du pays, devienne, de fait, présidente du Sénat en cas de victoire.
En effet, trois jours avant l'ouverture de ce procès, l'ancienne cheffe de l'Etat a annoncé, à la surprise générale, que lors des élections présidentielles qui se tiendront le 11 Août prochain, elle ne briguera pas la présidence du pays mais la vice-présidence alors même que les sondages la placent bien loin devant Mauricio Macri, le président sortant et que la présentation, à grand renfort de publicité le 9 mai dernier de son livre «Sinceramente» dont 300.000 exemplaires ont été vendus en trois semaines avait été interprétée par ses compatriotes comme étant le lancement de sa campagne électorale.
Or, dans une vidéo de treize minutes postée samedi dernier sur les réseaux sociaux, on voit Christina Fernandez de Kirchner, en sa qualité de patronne du Parti Justicialiste (péroniste), désignant Alberto Fernandez, avocat de 60 ans, comme candidat à la présidence de la République en déclarant «J'ai demandé à Alberto Fernandez de prendre la tête du ticket que nous formerons, lui comme candidat à la présidence et moi comme candidate à la vice-présidence».
Mais cette dernière étant elle-même née Fernandez, nombreux sont ceux qui voient dans cette «candidature», une formule «Fernandez-Fernandez» où le principal intéressé servira d'épouvantail. Raison pour laquelle, pour s'affirmer, dès à présent, comme candidat à part entière, Alberto Fernandez a déclaré, ce lundi, au premier jour de sa campagne à Santa-Cruz, dont la gouverneure n'est autre qu'Alicia Kirchner, la sœur de Nestor Kirchner : «Je ne suis pas une marionnette de Cristina».
Mais, nombreux sont aussi ceux qui voient dans cette stratégie le meilleur moyen qu'aurait trouvé l'ancienne présidente pour rassurer le monde des affaires et les marchés internationaux alors même qu'elle continue à susciter le rejet d'une large frange de l'électorat.
S'agit-il, enfin, pour l'ancienne présidente de revenir au pouvoir en passant par la fenêtre ? C'est tout comme ; mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.