Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2019

Al Bayane: Le jeûne du mois de Ramadan peut – il altérer la fonction rénale?
Pr Amal Bourquia: Dans les conditions normales d'alimentation, particulièrement pour les reins, plus l'apport hydrique est important pour le rein, plus le travail rénal est facilité. Mais si la quantité d'eau ingérée est réduite, plus les reins vont fournir des efforts pour concentrer les urines et éliminer dans cette quantité minime d'eau, le maximum de déchets et de résidus et d'oligo éléments pour garder un équilibre de l'organisme.
Donc, d'une façon générale, quand on boit beaucoup d'eau, on facilite le travail des reins. Quant aux changements de notre mode de vie qui interviennent lors du mois de Ramadan, et la nécessité de ne s'alimenter que la nuit, cela va entrainer des modifications du comportement, de l'alimentation, des apports de l'eau et de la vigilance.
Du fait de la privation d'apport d'eau pendant le jour lors du jeûne du Ramadan,
Il y'a un risque de diminution de la filtration rénale, qui va avoir des conséquences et entrainer plusieurs complications, surtout pour les malades qui s'obstinent à vouloir jeûner malgré les conseils éclairés de leurs médecins traitants.
Quelles sont ces complications?
Au fait, cela dépend du stade de la maladie rénale, notamment pour l'insuffisance rénale chronique et de la stabilité de la maladie rénale.
Qu'est-ce qu'on veut dire par stabilité? C'est quand il y a des maladies qui sont stabilisées, c'est-à-dire que le patient prend correctement son traitement, qu'il n'y a aucune conséquence. Ce n'est pas une phase aigüe, ce n'est pas non plus une situation grave. C'est le cas des lithiases rénales.
Le ramadan entraine des situations de crises, surtout quand il fait très chaud, et la déshydratation et la diminution du volume urinaire constituent des facteurs de développement de la lithiase, qui peut favoriser certaines apparitions ou survenues de coliques néphrétiques chez les patients porteurs de lithiases rénales. Dans de telles situations, le patient doit absolument consulter son médecin traitant.
Il est conseillé au patient d'en discuter avec son médecin traitant, mais de façon générale, en ce qui concerne les lithiases stabilisées, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de lithiase qui a migré, qu'il n'y a pas d'inflammation ou d'infection et qu'il n'y a pas de nombreuses lithiases, pas non plus de crises.
On peut dans ce cas de figure autoriser le jeûne avec des conseils alimentaires pour réduire la consommation de protéines, de gras et de boire beaucoup d'eau au cours de la soirée au minimum 2 litres.
Pour les autres types de néphropathies et quel que soit le type de la néphropathie, glomérulaire, interstitielle, ou vasculaire, il est déconseillé de jeûner lors de la phase aiguë de la maladie, par risque d'aggravation ou d'installation d'insuffisance rénale, d'où encore une fois de plus l'intérêt de se référer à son médecin traitant.
Quand la maladie est en phase de rémission ou stabilisée depuis plusieurs années, le jeûne est autorisé sous surveillance médicale mais également avec prise de médicaments.
Qu'en est-il des malades sous dialyse?
Chez le patient au stade avancé d'insuffisance rénale ou sous dialyse, il est recommandé de s'abstenir de jeûner, surtout si le patient est âgé, anémique, hypertendu ou avec un risque cardio-vasculaire élevé. Les troubles digestifs et certaines étiologies de l'insuffisance rénale imposent aussi au malade de ne pas jeûner, par exemple le diabète de type 1 ou le diabète de type 2 insulino-dépendant.
Concernant les patients transplantés rénaux, ceux qui ont bénéficié d'une greffe rénale, ils ne doivent pas jeûner la première année, après tout dépendra de leur état de santé général. Une greffe stable, avec quelques médicaments peut autoriser la pratique du jeûne de Ramadan, mais tout cela doit être discuté avec le médecin traitant.
Et ceux qui sont sous traitement?
Pour cette question de prise ou non de médicaments, cette décision est du ressort du médecin qui suit le malade et lui seul.
On conseille les médicaments en fonction de leur biodisponibilité, à savoir si les médicaments vont être pris par le malade pendant le Ftour ou alors pendant le Shour . Donc tous les médicaments qui étaient d'habitude pris le matin, seront pris au moment du Shour. C'est le cas des médicaments pour l'hypertension artérielle ou les corticoïdes pour les atteintes glomérulaires ou la greffe. Il faut discuter avec son médecin en ce qui concerne la biodisponibilité pour éviter que l'on diminue les effets de ces médicaments.
Il faut bien informer les malades sur les risques qu'ils peuvent encourir si jamais ils décident eux – mêmes de changer ou de diminuer les prises de certains médicaments, surtout pendant le mois de Ramadan. C'est ce qui les prédispose aux complications et accidents cardiaques et vasculaires.
De toute façon, la décision de jeûner ou non sera discutée au cas par cas et il appartient au médecin traitant de faire preuve de vigilance. Un avis néphrologique reste essentiel avant d'entreprendre une telle décision.
Pour le mois de Ramadan, il faut ménager ses reins, bien boire, ne pas abuser des protéines ou de sel, faire très attention avec certains médicaments tels les antalgiques, ceux que l'on habitude de prendre quand on a mal à la tête, car ils sont toxiques pour le rein et en situation de déshydratation, ils le deviennent encore plus.
Eviter les anti-inflammatoires et paracétamol, comme il faut être très vigilant concernant les décoctions traditionnelles à base d'herbe et autres plantes dites médicinales. Il faut boire équilibré, suffisamment, par exemple à partir du Ftour, et toutes les heures boire un grand verre d'eau.
Que pouvez-vous nous dire au sujet des personnes âgées?
Il faut savoir qu'une personne âgée (plus de 70 ans) qui est fragilisée par le poids des ans, a une capacité réduite à gérer la surcharge de sels et de minéraux qui va entrainer la déshydratation , car le sujet âgé développe une sorte d' incapacité de régulation de l'équilibre hydrique et donc, il est plus sujet à la déshydratation , surtout quand il fait chaud . Certaines personnes âgées souffrent d'incontinence urinaire, ils prennent parfois des médicaments qui font uriner, comme les diurétiques. Ils n'ont pas beaucoup d'appétit, et donc ils ont beaucoup de risque de développer un problème de santé au cours du mois de Ramadan.
Il ne faut pas attendre le déclenchement des manifestations pour aller vérifier l'état des reins, de la tension artérielle et l'état du cœur, il faut anticiper avant le mois de Ramadan et discuter avec son médecin traitant.
Ceci étant, il est clair que ce n'est pas le cas de toutes les personnes âgées, car nombreuses sont ces personnes qui ont un état de santé parfait, qui ne souffrent d'aucune affection et qui pratiquent le jeûne du mois de Ramadan sans aucun problème.
Il y a donc lieu de ne pas généraliser de procéder au cas par cas. Tout doit reposer sur la décision du médecin traitant et des conseils qu'il donnera à son patient, sachant pertinemment que le praticien cherchera toujours à faciliter à son malade la pratique du jeûne tout en procédant à un suivi rapproché pour éviter tout risque éventuel.

Bio-express
Amal Bourquia est médecin, professeur de médecine, auteur, acteur de la vie associative et expert en éthique. Praticienne engagée depuis de nombreuses années dans le combat contre les maladies rénales, elle fait partie des pionniers de la néphrologie au Maroc. Ses qualités tant humaines que professionnelles sont reconnues aussi bien au niveau national qu'international et ses différentes actions en faveur des personnes atteintes de pathologies rénales au Maroc sont largement plébiscitées par la communauté néphrologique. Cette passionnée de néphrologie a entamé sa carrière universitaire en 1980 après sa réussite au concours d'Internat du CHU de Casablanca. Elle est alors la première interne issue de cette faculté. Elle prépare ensuite le Certificat National de Spécialité en Néphrologie à l'Université René Descartes à Paris ainsi qu'un diplôme de néphrologie pédiatrique. En 1990, elle est nommée Professeur de néphrologie et néphrologie pédiatrique à la Faculté de médecine de Casablanca. Ses fonctions hospitalières, son dynamisme et son dévouement pour les malades l'amènent à participer activement à la mise en place et au développement de nombreux programmes thérapeutiques tels que l'hémodialyse aiguë et chronique, la dialyse péritonéale et pédiatrique ainsi que le démarrage de la transplantation rénale dont elle est parmi les précurseurs au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.