Asilah : Inauguration de la nouvelle gare routière    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    La FRMF réduit la sanction de l'AS FAR    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Sanctions contre Manchester City: Guardiola va-t-il claquer la porte ?    New York : le Maroc organise au siège de l'ONU un événement sur l'arganier    La CSMD à l'écoute des Marocains de France    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Conseil de gouvernement : La sécurité sociale au menu    Chômage au Maroc: les derniers chiffres du HCP    Port Tanger Med 2 : APM Terminals dépasse son 1er million d'EVP traités    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Données personnelles, les fortes recommandations de la CNDP et de la BM    À Meknès, un mur ismaïlien sacrifié sur l'autel de chantiers bâclés du PJD    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    L'inventeur du « copier-coller » est mort    Météo Maroc: nuages instables avec averses orageuses ce jeudi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Ministère de la Justice : la liberté provisoire accordée au Koweïtien poursuivi pour viol fait suite à une décision judiciaire    Quelque 170 étudiants marocains participent à New York au programme «Jeunes ambassadeurs aux Nations unies»    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Le plafond de verre de l'attentisme a éclaté    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Issue de parité entre Khouribguis et Mesfiouis    Divers Economie    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    De l'urgence de la réforme du système électoral    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Divers    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2019

L'économie nationale afficherait une certaine décélération en 2019 impactée en grande partie par les contreperformances de la campagne agricole et par celle du coût de l'accord du 25 avril issu des négociations du dialogue social. Cet accord contribuerait à l'aggravation du déficit budgétaire hors privatisations à 4,1% en 2019 avant son atténuation à 3,8% en 2020.
Le wali de Bank Al Maghrib a fait part, lors de la dernière réunion du Conseil de la banque d'un ralentissement de la croissance à 3% en 2018 après 4,2% en 2017. Les prévisions pour 2019 placent le taux de progression du PIB à 2,8% et à 4%, une année plus tard. L'inflation est restée maitrisée au cours de cette année à 0,6%, mais s'accélérerait en 2020 à 1,2%. Les réserves internationales nettes couvrent toujours un peu plus de cinq mois d'importations de biens et services, soit 239 milliards de dirhams à fin 2019. Jouahri a précisé, par ailleurs, que le régime de change flexible actuel ne subira, pour le moment, aucune modification en l'absence de signes précurseurs de chocs.
Fairouz El Mouden

BAM évalue l'impact du dialogue social sur le déficit du budget
L'accord conclu le 25 avril dans le cadre du dialogue social entre le gouvernement et les partenaires sociaux devrait accentué le déficit budgétaire hors privatisations, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, de 3,7% du PIB en 2018 à 4,1% en 2019, avant de s'atténuer à 3,8% en 2020.
Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 2,25%, au terme de sa deuxième session de l'année 2019 tenue mardi à Rabat, annonce la Banque centrale dans un communiqué.
Sur la base de l'évaluation, notamment des prévisions à moyen terme de l'inflation, de la croissance, des comptes extérieurs, des conditions monétaires et des finances publiques, « le Conseil de BAM a jugé que le niveau actuel du taux directeur de 2,25% reste approprié et a décidé de le maintenir inchangé », indique Bank Al-Maghrib.
Lors de cette réunion, relève la même source, le Conseil de BAM a noté que l'inflation a été faible au cours des quatre premiers mois de 2019, avec une diminution en glissement annuel de l'indice des prix à la consommation de 0,1% en moyenne, expliquant que cette baisse est attribuable à celle des prix des produits alimentaires à prix volatils et, dans une moindre mesure, des prix des carburants et lubrifiants.
Ces facteurs, estime-t-il, impacteront l'évolution de l'inflation sur l'ensemble de l'année, la ramenant à 0,6% après avoir atteint 1,9% en 2018.
Bank Al-Magrib s'attend, cependant, à ce que l'inflation s'accélérerait à 1,2% en 2020, tirée par sa composante sous-jacente qui, soutenue principalement par la reprise prévue de la demande intérieure, s'établirait à 1,5% après 0,8% prévue en 2019 et 1,1% en 2018.
Par ailleurs, la Banque centrale souligne que les données provisoires des comptes nationaux annuels indiquent un ralentissement de la croissance à 3% en 2018 après 4,2% un an auparavant, avec une décélération de 15,2% à 4% pour le secteur agricole et de 2,9% à 2,6% pour les activités non agricoles.
En termes de perspectives, poursuit-il, ces dernières devraient connaître, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, un accroissement de leur valeur ajoutée de 3,6% en 2019 puis de 3,9% en 2020.
En tenant compte d'une production céréalière estimée par le Département de l'Agriculture à 61 millions de quintaux, Bank Al-Maghrib s'attend à ce que la valeur ajoutée agricole reculerait de 3,8% en 2019 avant d'augmenter de 6% en 2020, sous l'hypothèse d'une récolte moyenne, faisant observer que, dans ces conditions, la croissance globale ressortirait à 2,8% en 2019 et marquerait une accélération à 4% en 2020.
Concernant le marché du travail, Bank Al-Maghrib assure que l'économie nationale a créé entre le premier trimestre de 2018 et le même trimestre de 2019, 15 mille postes contre 116 mille un an auparavant, précisant que l'agriculture a enregistré une perte de 152 mille emplois, alors que les secteurs non agricoles ont créé 167 mille postes, dont près de 40% dans le commerce de détail.
Tenant compte d'une baisse de 0,4% de la population active, le taux d'activité a reculé de 0,9 point de pourcentage à 46,2% et le taux de chômage est revenu de 10,5% à 10% au niveau national et de 15,6% à 14,5% en milieu urbain, ajoute-t-il.
Au plan des comptes extérieurs, BAM souligne que la bonne performance des exportations se poursuit, avec une progression de 4,5% à fin avril, portée notamment par les ventes de phosphates et dérivés, faisant remarquer qu'en parallèle, les importations se sont alourdies de 4,7%, tirées en grande partie par les achats de biens d'équipement et des demi-produits.
Quant aux recettes de voyage, elles se sont améliorées de 1,5% alors que les transferts des MRE ont accusé un recul de 2,9%. En termes de perspectives, ajoute la même source, la dynamique des exportations se maintiendrait à moyen terme, avec en particulier un rebond des ventes de l'automobile en 2020, en lien avec l'entrée en production de l'usine PSA prévue au cours du second semestre de 2019, alors que les importations sont projetées en ralentissement, avec les baisses attendues de la facture énergétique et du rythme d'acquisition des biens d'équipement.
Les recettes voyage et les transferts des MRE devraient enregistrer une amélioration de leur rythme au terme de 2019 et se renforcer en 2020. Tenant compte de ces évolutions et sous l'hypothèse d'entrées de dons du CCG de 2 milliards de dirhams en 2019 et de 1,8 milliard en 2020, BAM s'attend à que le déficit du compte courant s'allégerait de 5,5% du PIB en 2018 à 4,5% en 2019 puis à 3,1% en 2020.
Pour ce qui est des opérations financières, la Banque centrale indique que les recettes d'IDE devraient osciller autour d'un montant équivalent à 3,4% du PIB et les entrées au titre des prêts connaîtraient des augmentations notables, avec deux sorties attendues du Trésor à l'international, l'une en 2019 et l'autre en 2020.
BAM estime que, dans ces conditions, les réserves internationales nettes (RIN) s'établiraient à 239 milliards de dirhams à fin 2019 et à 234,5 milliards au terme de 2020, continuant ainsi à assurer la couverture d'un peu plus de 5 mois d'importations de biens et services.
S'agissant des conditions monétaires, Bank Al-Maghrib estime que le taux de change effectif réel devrait ressortir en légère appréciation en 2019, l'écart d'inflation devant atténuer l'appréciation nominale prévue du dirham, notant qu'en 2020, il connaîtrait une légère dépréciation, résultat d'une quasi-stabilité en termes nominaux et d'une atténuation de l'écart d'inflation.
BAM relève, en outre, que les taux débiteurs ont marqué au cours du premier trimestre 2019 un recul trimestriel de 17 points de base à 4,89% en moyenne, qui a bénéficié essentiellement aux entreprises, notamment les TPME, notant qu'en dépit de cette détente, le crédit bancaire au secteur non financier a progressé à fin avril à un rythme modéré de 3,3% globalement, et de 1,3% pour les entreprises privées, et devrait terminer l'année en hausse de 3,5% et augmenter de 4,3% au terme de 2020, en ligne avec l'amélioration prévue des activités non agricoles.
Pour ce qui est des finances publiques, BAM signale que l'exécution budgétaire des cinq premiers mois de l'année s'est soldée par un allègement du déficit à 18,5 milliards de dirhams en raison notamment du renforcement des recettes ordinaires de 6,2%, reflétant principalement une augmentation notable des produits de l'IR et de la TIC ainsi que l'encaissement de la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices.
Les rentrées de la TVA ont été, en revanche, en baisse, impactées par la hausse des remboursements qui ont atteint 5,1 milliards de dirhams contre 2,6 milliards un an auparavant, constate Bank Al-Maghrib, relevant qu'en parallèle, les dépenses globales se sont alourdies de 2,6%, tirées par les hausses de celles au titre des "autres biens et services" et de l'investissement.
Dans ces conditions et tenant compte de l'impact de l'accord conclu le 25 avril dans le cadre du dialogue social, le déficit budgétaire hors privatisations connaîtrait, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, une accentuation de 3,7% du PIB en 2018 à 4,1% en 2019, avant de s'atténuer à 3,8% en 2020, conclut-il.
Le Conseil de Bank Al-Maghrib a examiné et approuvé, lors de cette réunion, le Rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière du pays, ainsi que sur les activités de la Banque au titre de l'exercice 2018. Il a également analysé les évolutions récentes de la conjoncture économique et les projections macroéconomiques de la Banque pour les huit prochains trimestres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.