Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    L'Asie en « alerte maximale » face au nouveau virus chinois    Les Parlementaires enquêtent sur les marges des banques    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    L'Etat islamique aurait trouvé son nouveau chef    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Des tacles forts, et volonté délibérée de faire mal    Le Raja neutralisé et agressé à Berkane    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le Maroc abrite la 13e édition du festival du théâtre arabe    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    L'Inspecteur Général des FAR reçoit le DG de l'Etat-Major Militaire International de l'OTAN    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla    Les femmes mises au ban du développement    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Insolite : Klinsmann épinglé    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…
Publié dans Albayane le 23 - 06 - 2019

Après six mois d'investigations, Agnès Calamard, experte des droits de l'Homme et rapporteuse spéciale des Nations-Unies, estimant avoir réuni suffisamment de preuves de l'implication de l'Etat saoudien dans la mort, le 2 Octobre dernier, de Jamal Khashoggi, le correspondant saoudien du Washington Post dans les locaux du Consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, a réclamé, ce mercredi, l'ouverture d'une enquête visant à déterminer avec précision la responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane dans cette macabre affaire.
Pour rappel, si les autorités saoudiennes avaient, dans un premier temps, nié le meurtre du journaliste, elles avaient, par la suite, avancé plusieurs versions aussi contradictoires les unes que les autres avant de reconnaître que Jamal Khashoggi a été tué au cours d'une opération non autorisée par le pouvoir. Or, en considérant qu'en Arabie Saoudite la quasi-totalité du pouvoir est détenue par le Prince héritier Mohamed Ben Salmane sans l'accord duquel rien ne peut se faire et que Jamal Khashoggi qui critiquait avec virulence sa main mise sur le pays «était lui-même pleinement conscient de ses pouvoirs et le craignait», la C.I.A. reste pleinement convaincue non seulement de son implication dans cet assassinat mais qu'il en a même été le principal commanditaire.
Les recherches effectuées ayant mis à jour des «preuves crédibles» concernant la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens et n'excluant pas celle du prince héritier dans l'assassinat du journaliste saoudien, l'experte onusienne réclame l'ouverture d'une «enquête supplémentaire».
Dans son rapport, Agnès Calamard, qui a eu accès à un enregistrement audio des services secrets turcs, révèle, avec force détails, ce qui s'est passé dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul et cite les noms et les fonctions des membres d'une «équipe de 15 saoudiens» ayant été chargés de l'exécution de cette sinistre opération.
Bien qu'ayant appelé à la poursuite des sanctions imposées par les Etats-Unis et d'autres pays contre 17 saoudiens pour leur participation à l'assassinat de Jamal Khashoggi, l'experte onusienne a estimé qu'elles «ne prennent pas en compte la question de la responsabilité de la chaîne de commandement» et qu'elles devraient s'appliquer, également, «au prince héritier et à ses biens personnels à l'étranger».
L'experte onusienne met, par ailleurs, en garde contre «l'importance disproportionnée accordée à l'identification de l'auteur du crime» car elle imputerait l'entière responsabilité de cet odieux assassinat à ses « auteurs physiques» et en écarterait, du même coup, son commanditaire.
En conséquence, la rapporteuse spéciale des Nations-Unies appelle le Secrétaire Général Antonio, Guterres à «ouvrir une enquête pénale de suivi sur l'assassinat de M. Khassoggi afin de constituer des dossiers solides sur chacun des auteurs présumés».
En considérant, en outre, que, dans la procédure lancée devant la justice saoudienne, l'accusation avait innocenté le Prince héritier Mohamed Ben Salmane, mis en cause plus de 20 personnes et réclamé la peine de mort pour cinq d'entre elles, Agnès Callamard, arguant que cette procédure n'a pas «respecté les normes internationales» a réclamé sa suspension et demandé au FBI de diligenter une nouvelle enquête sur l'assassinat du correspondant saoudien du «Washington Post».
Mais si la Turquie a immédiatement «appuyé avec force» les recommandations du rapport présenté par Agnès Callamard, le numéro deux de la diplomatie saoudienne considère que ce document reste «sans fondement» car en ayant été rédigé par un expert indépendant de l'ONU, il ne s'exprime pas au nom des Nations-Unies alors que, de son côté, le chef de la diplomatie saoudienne Adel Al-Jubeir a déclaré, sur Twitter, que le rapport présenté par la rapporteuse spéciale des Nations-Unies «contient des contradictions et des allégations sans fondement ; ce qui met en doute sa crédibilité», ne contient «rien de neuf» et «répète ce qui a été dit et ce qui a été colporté par les médias».
Que dire pour terminer sinon qu'après avoir fait couler beaucoup de sang, l'assassinat de Jamal Khashoggi n'en finira pas de faire couler beaucoup d'encre encore; alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.