Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…
Publié dans Albayane le 23 - 06 - 2019

Après six mois d'investigations, Agnès Calamard, experte des droits de l'Homme et rapporteuse spéciale des Nations-Unies, estimant avoir réuni suffisamment de preuves de l'implication de l'Etat saoudien dans la mort, le 2 Octobre dernier, de Jamal Khashoggi, le correspondant saoudien du Washington Post dans les locaux du Consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, a réclamé, ce mercredi, l'ouverture d'une enquête visant à déterminer avec précision la responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane dans cette macabre affaire.
Pour rappel, si les autorités saoudiennes avaient, dans un premier temps, nié le meurtre du journaliste, elles avaient, par la suite, avancé plusieurs versions aussi contradictoires les unes que les autres avant de reconnaître que Jamal Khashoggi a été tué au cours d'une opération non autorisée par le pouvoir. Or, en considérant qu'en Arabie Saoudite la quasi-totalité du pouvoir est détenue par le Prince héritier Mohamed Ben Salmane sans l'accord duquel rien ne peut se faire et que Jamal Khashoggi qui critiquait avec virulence sa main mise sur le pays «était lui-même pleinement conscient de ses pouvoirs et le craignait», la C.I.A. reste pleinement convaincue non seulement de son implication dans cet assassinat mais qu'il en a même été le principal commanditaire.
Les recherches effectuées ayant mis à jour des «preuves crédibles» concernant la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens et n'excluant pas celle du prince héritier dans l'assassinat du journaliste saoudien, l'experte onusienne réclame l'ouverture d'une «enquête supplémentaire».
Dans son rapport, Agnès Calamard, qui a eu accès à un enregistrement audio des services secrets turcs, révèle, avec force détails, ce qui s'est passé dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul et cite les noms et les fonctions des membres d'une «équipe de 15 saoudiens» ayant été chargés de l'exécution de cette sinistre opération.
Bien qu'ayant appelé à la poursuite des sanctions imposées par les Etats-Unis et d'autres pays contre 17 saoudiens pour leur participation à l'assassinat de Jamal Khashoggi, l'experte onusienne a estimé qu'elles «ne prennent pas en compte la question de la responsabilité de la chaîne de commandement» et qu'elles devraient s'appliquer, également, «au prince héritier et à ses biens personnels à l'étranger».
L'experte onusienne met, par ailleurs, en garde contre «l'importance disproportionnée accordée à l'identification de l'auteur du crime» car elle imputerait l'entière responsabilité de cet odieux assassinat à ses « auteurs physiques» et en écarterait, du même coup, son commanditaire.
En conséquence, la rapporteuse spéciale des Nations-Unies appelle le Secrétaire Général Antonio, Guterres à «ouvrir une enquête pénale de suivi sur l'assassinat de M. Khassoggi afin de constituer des dossiers solides sur chacun des auteurs présumés».
En considérant, en outre, que, dans la procédure lancée devant la justice saoudienne, l'accusation avait innocenté le Prince héritier Mohamed Ben Salmane, mis en cause plus de 20 personnes et réclamé la peine de mort pour cinq d'entre elles, Agnès Callamard, arguant que cette procédure n'a pas «respecté les normes internationales» a réclamé sa suspension et demandé au FBI de diligenter une nouvelle enquête sur l'assassinat du correspondant saoudien du «Washington Post».
Mais si la Turquie a immédiatement «appuyé avec force» les recommandations du rapport présenté par Agnès Callamard, le numéro deux de la diplomatie saoudienne considère que ce document reste «sans fondement» car en ayant été rédigé par un expert indépendant de l'ONU, il ne s'exprime pas au nom des Nations-Unies alors que, de son côté, le chef de la diplomatie saoudienne Adel Al-Jubeir a déclaré, sur Twitter, que le rapport présenté par la rapporteuse spéciale des Nations-Unies «contient des contradictions et des allégations sans fondement ; ce qui met en doute sa crédibilité», ne contient «rien de neuf» et «répète ce qui a été dit et ce qui a été colporté par les médias».
Que dire pour terminer sinon qu'après avoir fait couler beaucoup de sang, l'assassinat de Jamal Khashoggi n'en finira pas de faire couler beaucoup d'encre encore; alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.