Rabat: un brigadier-chef meurt dans un accident à Hay Riad    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Coronavirus: 319 nouveaux vendredi 3 juillet à 18 heures, 9160 guérisons au total    Maroc: une commission nationale de l'hydrogène voit le jour    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    Baccalauréat: Quelque 870 détenus passent les épreuves dans la maison d'arrêt d'Ain Sebaâ    Smartwatch de Huawei se hisse à la 2ème place au T1 2020    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le Roi félicite le Président biélorusse à l'occasion de la fête d'indépendance de son pays    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Plus de 150 Marocains rapatriés d'Egypte    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire
Publié dans Albayane le 24 - 06 - 2019

Le candidat du pouvoir à l'élection présidentielle en Mauritanie, Mohamed Cheikh El-Ghazouani, s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche vainqueur dès le premier tour, alors que les résultats étaient encore en cours de compilation.
Ghazouani a fait cette déclaration dimanche avant l'aube devant une foule de ses partisans, au terme d'une veillée électorale en présence du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz, selon des journalistes présents.
Les Mauritaniens se sont déplacés samedi en nombre pour élire leur président, qui devra préserver la stabilité chèrement conquise par ce pays, mais aussi en assurer le développement économique et y faire progresser le respect des droits humains.
Ce scrutin doit marquer la première passation de pouvoir entre deux présidents élus dans ce pays secoué par de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008, date du putsch de Mohamed Ould Abdel Aziz, qui était alors général. Le président sortant ne pouvait se représenter après deux mandats.
Mais les candidats de l'opposition, soit quatre des cinq adversaires de M. Ghazouani, lui aussi ex-général, dénoncent une volonté de perpétuation d'un régime «militaire» et des risques de fraude. Ils se sont engagés à se soutenir en cas de second tour le 6 juillet.
Le candidat du pouvoir a indiqué revendiquer la victoire sur la base de 80% des bulletins dépouillés. «Il ne reste plus que 20% mais cela ne changera pas le résultat final», a-t-il affirmé, selon les mêmes sources. Son élection a également été revendiquée sur une page Facebook de sa campagne.
Ghazouani recueillait 50,56% des suffrages sur 80% des bulletins dépouillés, devant les opposants Sidi Mohamed Ould Boubacar et Biram Ould Dah Ould Abeid, tous deux autour de 18%, selon une source à la Commission électorale nationale indépendante (Céni), alors que les compilations se poursuivaient.
Aucun des cinq concurrents de M. Ghazouani n'a réagi dans l'immédiat à cette annonce, mais quatre d'entre eux, dont MM. Ould Boubacar et Ould Abeid, ont dénoncé lors d'une rencontre samedi après-midi des irrégularités et l'expulsion de leurs représentants de certains bureaux de vote.
Mais la Céni avait affirmé n'avoir relevé aucun incident significatif, de même que l'équipe de campagne de M. Ghazouani.
«Notre candidat passera haut la main au premier tour», a assuré son porte-parole, Sidi Ould Domane lors d'une conférence de presse juste avant la fermeture des bureaux de vote samedi à 19H00.
Auparavant, M. Ould Boubacar, ancien chef de gouvernement de transition (2005-2007), avait signalé des «indices inquiétants», citant notamment l'absence d'observateurs internationaux et la composition de la Céni, déséquilibrée en faveur du pouvoir, selon l'opposition. L'opposition s'est dite convaincue de la «volonté de changement» d'une majorité de Mauritaniens.
Mais Ould Abdel Aziz a prédit à plusieurs reprises un «retour en arrière» aux périodes d'instabilité que le pays a connues si son compagnon d'armes de toujours n'était pas élu.
Il a stabilisé ce pays frappé dans les années 2000 par des attentats jihadistes et les enlèvements d'étrangers en menant une politique volontariste: remise sur pied de l'armée, surveillance accrue du territoire et développement des zones reculées. Les critiques se focalisent sur les droits fondamentaux, dans une société marquée par des disparités persistantes entre communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes.
La croissance économique, de 3,6% en 2018, bien qu'en amélioration, reste insuffisante par rapport à la démographie, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) publié en mai.
La BM salue le rétablissement de la «stabilité macroéconomique», avec des projections de croissance annuelle de 6,2% en moyenne sur la période 2019-2021. Mais elle appelle à lever les obstacles au secteur privé, citant en premier lieu les difficultés d'«accès au crédit» et «la corruption».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.